Magistère et Conciles œcuméniques

MAGISTÈRE &
CONCILES ŒCUMÉNIQUES

Historique du concile de Trente

Historique du concile de Trente

Abbé Grill

Les erreurs du protestantisme, que vit éclore l'année 1517, eurent bientôt jeté le trouble le plus profond en Allemagne et de vives préoccupations dans toute l'Europe.
L'idée d'un concile général, mise en avant dès le principe, mais sans aucune bonne foi, par Luther lui-même et par ses adhérents, faisait son chemin dans les esprits ; deux Papes cependant, Léon X et Adrien VI, moururent sans avoir eu le dessein formel de la réaliser.
Si Clément VII hésita d'abord, ce fut en raison des circonstances, qui ne lui parurent nullement propices. Une lutte s'engageait entre Charles-Quint et François Ier, et les Turcs menaçaient les côtes d'Italie, ainsi que les provinces arrosées par le Danube. ...

L'infaillibilité et le concile général

L'infaillibilité et le concile général

Cardinal Victor-Auguste Dechamps

Le prochain Concile n'est pas seulement l'objet des espérances de l'Eglise ; il lest aussi des préoccupations du monde. A la grande surprise des théoriciens du positivisme et de la foule des matérialistes pratiques, les questions religieuses reprennent leur rang, c'est-à-dire le premier, dans lu pensée publique. Les princes et les diplomates ont les yeux sur Rome. Les hommes d'Etat, de robe et d'épée, les hommes de la tribune et de la presse surtout, inclinent à faire de la théologie, et grâce aux journaux de toutes les nuances,'cette théologie, quelque peu nouvelle et souvent étrange, arrive à tous les degrés de l'échelle sociale.

Études théologiques sur les constitutions du concile du Vatican (Tome 1)

Études théologiques sur les constitutions du concile du Vatican (Tome 1)

Chanoine Jean-Michel-Alfred Vacant

La commission prosynodale avait donné un prologue assez court à son schéma d'une constitution sur la doctrine catholique contre les erreurs dérivées du rationalisme. Ce prologue rappelait les erreurs modernes qui sapent les fondements de toute révélation, et celles qui se sont glissées au sein du catholicisme par une confusion déplorable entre la foi et la raison. Il n'y était question ni du Concile de Trente et de ses fruits nombreux, ni du protestantisme. ...

Études théologiques sur les constitutions du concile du Vatican (Tome 2)

Études théologiques sur les constitutions du concile du Vatican (Tome 2)

Chanoine Jean-Michel-Alfred Vacant

CONSTITUTION DOGMATIQUE SUR LA FOI CATHOLIQUE

Chapitre III - De la foi.

Puisque l'homme dépend tout entier de Dieu, comme de son Créateur et Seigneur et que la raison créée est complètement subordonnée à la Vérité incréée, lorsque Dieu révèle, nous sommes tenus de lui soumettre pleinement notre intelligence et notre volonté par la foi. Or, cette foi, qui est le commencement du salut de l'homme, l'Eglise catholique professe que c'est une vertu surnaturelle, par laquelle prévenus et aidés de la grâce de Dieu, nous croyons vraies les choses qu'il a révélées, non pas à cause de leur vérité intrinsèque perçue à la lumière naturelle de la raison, mais à cause de l'autorité de Dieu même qui révèle et qui ne saurait ni être trompé, ni tromper. La foi est en effet, au témoignage de l'apôtre, la substance de ce que nous espérons et la conviction de ce que nous ne voyons pas.

Les Actes pontificaux cités dans l'Encyclique et le Syllabus du 8 décembre 1864, suivis de divers autres documents

Les Actes pontificaux cités dans l'Encyclique et le Syllabus du 8 décembre 1864, suivis de divers autres documents

Collectif

A TOUS NOS VÉNÉRABLES FRERES LES PATRIARCHES, LES PRIMATS, LES ARCHEVÊQUES ET LES ÉVÊQUES EN GRACE ET EN COMMUNION AVEC LE SlÉGE APOSTOLIQUE
PIE IX, PAPE.

Vénérables Frères, Salut et Bénédiction apostolique.
Avec quel soin et quelle vigilance pastorale les Pontifes Romains Nos Prédécesseurs, investis par Jésus-Christ lui-même en la personne du bienheureux Pierre, Prince des Apôtres, du devoir et de la mission de paître les agneaux et les brebis, n’ont jamais cessé de nourrir fidèlement tout le troupeau du Seigneur des paroles de la foi et de la doctrine du salut, et de le détourner des pâturages empoisonnés, c’est là ce que nul n’ignore, et Vous moins que personne, Vénérables Frères. Et, en effet, gardiens et vengeurs de l’auguste religion catholique, de la vérité et de la justice, pleins de sollicitude pour le salut des âmes, Nos Prédécesseurs n’ont jamais rien eu de plus à cœur que de découvrir et de condamner par leurs très-sages Lettres et Constitutions, toutes les hérésies et les erreurs qui, contraires à notre divine Foi, à la doctrine de l'Eglise catholique, à l’iionnêteté des mœurs et au salut éternel des hommes, ont souvent excité de violentes tempêtes et appelé sur l’Eglise et sur la société civile de déplorables calamités.

Histoire du concile du Vatican (Tome 1)

Histoire du concile du Vatican (Tome 1)

Mgr Eugène Cecconi

PRÉLIMINAIRES DU CONCILE


Le 6 décembre de l'année 1864 se réunissait au palais du Vatican, en la présence du Souverain Pontife, la sacrée Congrégation des Rites. Il se passa en cette occasion un fait extraordinaire. Pie IX, après avoir imploré l'assistance divine par la prière d'usage, fit éloigner les officiers de la Congrégation, et, pendant quelque temps, resta seul avec les Cardinaux. Puis, les absents rappelés, il fut procédé à l'examen des affaires qui avaient motivé la séance. Une vive curiosité se manifesta parmi les exclus : ils se perdaient en conjectures ; personne cependant ne devina. ...

Histoire du concile du Vatican (Tome 2)

Histoire du concile du Vatican (Tome 2)

Mgr Eugène Cecconi

RÉCIT ET DOCUMENTS
Celui qui désire connaître le fond même des événements humains ne doit pas s'en tenir aux hypothèses que, dans l'enthousiasme de ses méditations solitaires,l'esprit du philosophe s'est composées, se figurant qu'il créait la vraie philosophie de l'histoire. Qu'il songe aux variations incessantes des mille systèmes enfantés par les caprices de la fantaisie humaine, tous systèmes auxquels s'applique l'axiome bien connu : Tu changes; or tout ce qui change n'est pas la vérité, et il reconnaîtra alors facilement que l'historien doit chercher en dehors de sa propre pensée les causes cachées des faits. ...

Histoire du concile du Vatican (Tome 3)

Histoire du concile du Vatican (Tome 3)

Mgr Eugène Cecconi

PRÉLIMINAIRES DU CONCILE

7 avril 1868
Le Préfet de la Propagande charge Mgr Joseph Valerga, provicaire apostolique d'Alep et prodélégué du Saint-Siège en Syrie de sonder, durant son voyage de Jérusalem à Constantinople, les dispositions des schismatiques.
Je viens de recevoir les dépêches .....Comme vous aurez
l'occasion, durant votre voyage, de vous entretenir avec les Evèques schismaliques les plus influents, je vous serai très obligé de me faire connaître leiirs dispositions à l'égard du Concile et de me dire s'ils comptent y assister et à quelles conditions.

Histoire du concile du Vatican (Tome 4)

Histoire du concile du Vatican (Tome 4)

Mgr Eugène Cecconi

(8, 9, 10 juillet 1869)
Rapport officiel des séances tenues par l'assemblée générale du Grand Orient de France an sujet du Concile.

SÉANCE DU 8 JUILLET.
On propose de convoquer pour le 8 décembre de cette année, jour de l'ouverture du Concile, une assemblée extraordinaire de francs-maçons pour affirmer solennellement, en face du Concile lui-même, LES GRANDS PRINCIPES DE DROIT HUMAIN IINIVERSEL qui sont la BASE et la GLOIRE de la franc-maçonnerie. Cette proposition est renvoyée à l'étude des bureaux.

L'encyclique Pascendi Dominici Gregis et la démocratie

L'encyclique Pascendi Dominici Gregis et la démocratie

Mgr Henri Delassus

Plusieurs confrères m'ayant exprimé le désir de voir réunis en une brochure les articles publiés, dans la Semaine Religieuse, sous ce titre ; L'ENCYCLIQUE "PASCENDI DOMINICI GREGIS" ET LA DEMOCRATIE, j'ai cru devoir me rendre à leur avis.

Le pape et le concile du Vatican

Le pape et le concile du Vatican

Mgr Henry Sauvé

L'autorité suprême ou la souveraineté dans l'Eglise se confond avec la juridiction ecclésiastique à son plus haut degré.
Qu'est-ce donc que la juridiction? C'est un des deux pouvoirs dont l'Eglise catholique a été dotée par son divin fondateur.
Recueillons ici les lumineux enseignements du Docteur angélique : Le Seigneur Jésus ayant institué des sacrements ou signes sensibles pour la sanctification des hommes, et devant priver son Eglise du bienfait de sa présence visible, a du instituer des ministres chargés de dispenser les sacrements aux fidèles. Ces ministres seront des hommes, ainsi que le Christ est homme; mais comme ils seront les instruments du Christ dans l'œuvre de la sanctification, ils devront participer à sa divinité par un pouvoir spirituel qu'ils recevront de Dieu, car l'instrument participe de la vertu de l'agent principal. C'est de ce pouvoir que par l'apotre saint Paul dans sa première épître aux Corinthiens. ...

Le concile du Vatican

Le concile du Vatican

Mgr Joseph Fessler

Le Pontife.romain a, de l’aveu de tous, en tant que chef suprême de l’Église catholique, le droit de convoquer un concile général ; et tous ceux qui, en vertu du droit commun ou d’un privilège, sont appelés à y prendre part, doivent y être convoqués. Cette convocation a eu lieu de fait par la bulle d’indiction publiée par le Pape le 29 juin 1868. Il y exprime sa confiance dans la parole de Jésus-Christ : « Lorsque deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux. » (S. Matth., xvm, 20.) Il s’appuie sur l’autorité du Dieu tout-puissant, Père, Fils et Saint-Esprit, et sur celle des saints Apôtres Pierre et Paul, et indique pour le 8 décembre 1869, à Rome, dans la Basilique Yaticane, un Concile œcuménique général.

Les travaux du concile du Vatican

Les travaux du concile du Vatican

Mgr Martin Conrad

Le Pontife.romain a, de l’aveu de tous, en tant que chef suprême de l’Église catholique, le droit de convoquer un concile général ; et tous ceux qui, en vertu du droit commun ou d’un privilège, sont appelés à y prendre part, doivent y être convoqués. Cette convocation a eu lieu de fait par la bulle d’indiction publiée par le Pape le 29 juin 1868. Il y exprime sa confiance dans la parole de Jésus-Christ : « Lorsque deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux. » (S. Matth., xvm, 20.) Il s’appuie sur l’autorité du Dieu tout-puissant, Tout le monde sait que le concile du Vatican n'a publié que deux constitutions qui par leur objet sont toutes deux dogmatiques. La première, portant le titre indiqué plus haut, fut solennellement promulguée dans la troisième session publique, le 24 avril 1870. La seconde, appelée première constitution sur l'Église de Jésus- Christ, le fut dans la quatrième session publique, le 18 juillet de la même année. Le point de départ des délibérations qui ont abouti à ces deux constitutions était une partie des schèmes dogmatiques préparés par la commission théologique instituée ad hoc. La constitution de la foi catholique dont nous allons nous occuper d'abord est empruntée à une partie du schème primitif qui portait le titre : Schème d'une constitution dogmatique de la doctrine catholique contre les erreurs diverses dérivées du rationalisme.

Actes du magistère et conciles œcuméniques

Actes du magistère et conciles œcuméniques

Mgr Victor Pelletier

Le Concile œcuménique et général du Vatican, convoqué par Lettres apostoliques en date du 29 juin 1860, a eu quatre sessions publiques savoir : la première le 8 décembre 1869, session d'ouverture ; la deuxième le 6 janvier 1870 pour la profession de foi; la troisième le 24 avril, pour la constitution Dei Filius sur la Foi catholique; la .quatrième le 18 juillet, pour la première constitution dogmatique sur l'Église, Pastor œternus. Il y a eu en outre quatre-vingt-neuf congrégations générales; ce qui fait, avec la congrégation préliminaire du 2 décembre 1869, un total de quatre-vingt-quatorze séances. La première congrégation générale s'est tenue le 10 décembre 1869 et la dernière le 1er septembre 1870. Les Lettres apostoliques qui ont prescrit l'interruption et l'ajournement du Concile sont du 20 octobre suivant.

Les conciles généraux (Tome 1)

Les conciles généraux (Tome 1)

Mgr Vincent Tizzani

CONCILE DE NICÉE.

Faits antérieurs au Concile de Nicée.

Après avoir en Occident assuré la paix à l'Église catholique par sa victoire contre Maxence, l'empereur Constantin déjà chrétien de cœur ne put étendre le môme bienfait à l'Orient avant la soumission de Licinius. Celui-ci soldat heureux, mais ignorant et grossier, parvenu à la dignité de collègue de Constantin, cherchait les moyens de se rendre seul maître du monde. Il s'engagea alors entre eux une lutte d'un caractère politique, il est vrai, quant au but, mais religieux quant aux moyens. Les chrétiens soutenaient Constantin et les barbares idolâtres Licinius, qui pour plaire à ceux-ci, renouvela contre le christianisme Père des plus cruelles persécutions, massacrant impitoyablement quiconque tombait en- tre ses mains, surtout ceux qu'il soupçonnait d'être philosophes ou rhéteurs et qu'il appelait la peste de la société, quelle que fût d'ailleurs leur croyance.

Les conciles généraux (Tome 2)

Les conciles généraux (Tome 2)

Mgr Vincent Tizzani

Coup d'œil sur l'étal de l'Orient et de l'Occident.


A la mort de Pholius, en 891, l'Orient resta infecte des erreurs qu'y avait répandues cet ambitieux Patriarche, afin de se rendre indépendant du Chef de l'Eglise, du Vicaire de Jésus-Christ. Le VIIIe Concile général avait, il est vrai, solennellement proclamé par ses Actes la suprématie du Pontife Romain, en môme temps que la dépendance du Siège de Constantinople à l'égard de Rome; mais l'esprit de Pholius s'était trop incarné dans les Evoques de Byzance, pour ne les pas rendre de fait indépendants du Pape. D'abord, ils ne se séparèrent pas entièrement de l'Eglise Latine; mais le lien qui les retenait encore unis à celle-ci était si faible, qu'il suffisait de la moindre secousse pour le briser. Ils ne s'apercevaient point de l'abîme dans lequel allait tomber l'Eglise Grecque en se séparant de Rome.

Les conciles généraux (Tome 3)

Les conciles généraux (Tome 3)

Mgr Vincent Tizzani

CONCILE GÉNÉRAL DE VIENNE.
Boniface VIII
Des questions de la plus haute gravite furent agitées au Concile général de Vienne. Parmi ces questions, la série d'accusations portées contre Boniface VIII par Philippe le Bel n'était certainement pas la moins importante. Le roi de France avait a cœur de faire condamner Boniface pour se venger de l'excommunication que ce Pape avait prononcée contre lui. Il avait en conséquence fait répandre certains bruits qui allaient contre l'honneur et la réputation de Gactani, qui tendaient à le faire passer et pour incrédule et pour Pontife illégitime. Ce ne sera donc point chose inutile de dire quelques mots de Boniface VIII, avant de parler du Concile général de Vienne. Nous aurons ainsi l'occasion de résumer les événements antérieurs à ce Concile; car, entre Bonifacc VIII et Clément V, l'on ne rencontre que le court Pontificat de Benoît XI. De plus en procédant comme nous venons de l'indiquer, le lecteur saisira mieux l'importance de la décision rendue par le Concile de Vienne.

Les conciles généraux (Tome 4)

Les conciles généraux (Tome 4)

Mgr Vincent Tizzani

LE V CONCILE GÉNÉRAL DE LATRAN.

I. Coup d'œil sur les événements antérieurs au Concile.

Par suite de l'affection immodérée d'Alexandre VI pour les membres de sa famille, d'un côté compromis par les cruautés du duc de Valentinois, et de l'autre devenu le point de mire d'une ambition jalouse et de plus d'une convoitise politique, le gouvernement Pontifical avait beaucoup baissé dans la considération publique, lorsque Jules II monta sur la Chaire de S. Pierre. Il est vrai qu'Alexandre VI (d'une capacité remarquable d'ailleurs ) s'était appliqué à l'unification des domaines du Saint Siège, en détruisant les petits fiefs dont la multiplicité était devenue une source permanente d'actes tyranniques; mais il est également vrai que sous l'autorité du duc de Valentinois, la réalisation de ce projet ne rencontrait point la faveur des populations. Celles-ci, en effet, ne se voyaient débarrassées d'une multitude de petits tyrans, que pour devenir la proie d'un nouveau maître et plus cruel et plus puissant. Ce fut ainsi que l'idée de procurer à l'Italie un avenir meilleur, en lui appliquant le régime de l'unité dans sa plus stricte expression, avorta par suite de la politique de César Borgia. En exterminant les barons, ce duc prétendait détruire la féodalité; mais il ignorait, ou il oubliait, que les grands changements sociaux ne sont jamais le résultat de la violence ni l'œuvre d'un seul jour.

Actes de Benoît XV (Tome 1)

Actes de Benoît XV (Tome 1)

Pape Benoît XV

Le Pape Benoît XV

NOTICE BIOGRAPHIQUE

Avant le Pontificat.

Jacques-Paul-Jean-Baptisle délia Ghiesa naquit à Gênes le 21 novembre 1851. 11 était l'avant-dernier de quatre enfants.
Une tradition fait remonter l'origine de sa famille au temps même de saint Ambroise. Ce qui est certain, c'est qu'au XIIIe et au XIVe siècle le nom est très répandu en Piémont et qu'une branche établie à Avignon l'a francisé au XVIe Ghiesa en « de l'Eglise ».

Le jeune Jacques montra dés l'enfance une vive piété, il élevait de petits autels, et dans l'intervalle il prêchait à la mer par la fenêtre du palais paternel, à Pegli. Il commença ses études dans un collège de Gênes, puis étudia la philosophie au Séminaire de cette ville dont il suivit les cours en qualité d'externe de 1869 à 1871. Il n'avait pas encore quinze ans lorsqu'il manifesta devant son père l'intention de se faire prêtre, mais le marquis se contenta de lui répondre : « Nous en reparlerons quand tu auras fait ton droit. »

Actes de Benoît XV (Tome 2)

Actes de Benoît XV (Tome 2)

Pape Benoît XV

LETTRES APOSTOLIQUES
accordant de nouvelles Indulgences aux Associés et de nouveaux pouvoirs aux Directeurs de l'Association de Notre-Dame de Salut.

BENOIT XV, PAPE

Pour perpétuelle mémoire.

Notre cher Fils Joseph Maubon, Vicaire général de la Congrégation des-Augustins de l'Assomption et Directeur général de l'Association érigée canoniquement à Paris sous le titre de Notre-Dame de Salut, Nous supplie instamment de daigner, de par Notre bienveillance Apostolique, confirmer à perpétuité quelques indulgences qui ont été concédées à cette Association par Nos Prédécesseurs et d'en ajouter de nouvelles. Accueillant favorablement, autant que Nous le pouvons dans le Seigneur, cette demande qui a pour but le bien et l'accroissement d'une Association aussi féconde en fruits, après en avoir conféré avec Notre cher Fils le Cardinal Pénitencier Majeur, Nous avons jugé bon de prendre les dispositions décrites ci-dessous.
Confiant dans la miséricorde de Dieu et l'autorité des Bienheureux Pierre et Paul, ses apôtres, à tous et à.chacun des fidèles qui entreront par la suite dans ladite Association de Notra-Dame de Salut, Nous accordons une Indulgence plénière le premier jour de leur entrée, si vraiment contrita et confessés, ils reçoivent la Très Sainte Eucharistie.
Nous accordons aussi une Indulgence plénière à l'article de la mort aux fidèles qui sont inscrits ou qui s'inscriront par la suite dans cette , Association, pourvu que, vraiment pénitents, ils se soient confessés et approchés de la sainte Table, ou, s'ils ne pouvaient réaliser ces conditions, qu'ils invoquent de bouche, si possible, ou au moins de cœur, le nom de Jésus; et que, d'une âme résignée, ils reçoivent la mort de la main de Dieu comme la juste rançon du péché.

Actes de Benoît XV (Tome 3)

Actes de Benoît XV (Tome 3)

Pape Benoît XV

LETTRE ENCYCLIQUE AUX PATRIARCHES, PRIMATS, ARCHEVÊQUES, ÉVÊQUES ET AUTRES ORDINAIRES EN PAIX ET COMMUNION AVEC LE SIÈGE APOSTOLIQUE

proclamant Docteur de l'Eglise saint Ephrem le Syrien, moine d'Edesse.
BENOIT XV, PAPE

VÉNÉRABLES FRÈRES, SALUT ET BÉNÉDICTION APOSTOLIQUE.

Le divin fondateur de l'Eglise a confié à Pierre, Prince des apôtres, étroitement uni à Dieu par l'infaillibilité de sa foi, « coryphée du chœur des apôtres », commun maître et chef de tous, la mission de paître le troupeau de Celui qui bâtit son Eglise sur l'autorité du magistère visible, perpétuel et immuable, de Pierre lui-même et de ses successeurs. C'est sur cette pierre mystique, fondement de tout l'édifice de l'Eglise, que devait reposer, comme sur sou pivot et son centre, la communion de la foi catholique et de la chanté chrétienne.

Lettres apostoliques de S. S. Léon XIII (Tome 1)

Lettres apostoliques de S. S. Léon XIII (Tome 1)

Pape Léon XIII

« Je prends le nom de Léon pour deux motifs : Léon XII a été le bienfaiteur de ma famille, et je crois que, dans les circonstances critiques où se trouve l'Eglise, il faut que son chef ait la force du lion. » Telles furent les premières paroles qui tombèrent des lèvres du Pontife que le choix du Sacré-Collège venait de donner à l'Eglise de Dieu. Une pensée de gratitude et un courage indomptable en face des périls, voilà donc ce qui se trouve à l'aurore du glorieux Pontificat que l'univers acclame et que tant de vœux supplient le ciel de prolonger.
Le 2 mars 1810, à Carpinetto, dans la Sabine, l'ancien pays des Volsques, naissait, d'une famille noble et très considérée, VINCENT-JOACHIM PEGGI. Son père, Dominique-Ludovic Pecci, avait été colonel au service de Napoléon I ; sa mère s'appelait Anna Prosperi Buzzi.
Joachim Pecci avait trois frères plus âgés que lui et deux sœurs. Ses parents jouissaient d'une honnête aisance : leur vie était simple, grave, pieuse. Le respect public les entourait.

Lettres apostoliques de S. S. Léon XIII (Tome 2)

Lettres apostoliques de S. S. Léon XIII (Tome 2)

Pape Léon XIII

LETTRE APOSTOLIQUE
DE N. T. S. P. LÉON XIII
AU SUJET DE LA RESTAURATION DU SIÈGE ARCHIEPISCOPAL DE GARTHAGE

LÉON, ËVÊQUE
SERVITEUR DES SERVITEURS DE DIEU
Pour en perpétuer la mémoire,

La charité maternelle de l'Eglise, bien que répandue également sur tout le genre humain, et merveilleusement soucieuse de toutes les nations, cependant a coutume de regarder avec un sentiment particulier de miséricorde celles que la violence ou l'erreur ont arrachées des bras de l'Evangile. Il n'y a rien de si grave que de voir les ténèbres renaissantes delà superstition aveugler ceux à qui une grâce éclatante et un bienfait de Dieu avaient fait briller la lumière de la vérité; il n'y a rien de si malheureux que de retomher dans la mort après avoir été racheté pour le salut. — C'est un secret conseil de Dieu qui a frappé d'une calamité de ce genre nombre de terres, et aussi l'Afrique romaine, alors que la doctrine chrétienne si tôt connue des Africains et reçue d'eux, fut éteinte violemment par un flot d'immenses tempêtes.

Lettres apostoliques de S. S. Léon XIII (Tome 3)

Lettres apostoliques de S. S. Léon XIII (Tome 3)

Pape Léon XIII

LETTRE DE N. T. S P. LÉON XIII
AU CARDINAL BAUSA
Archevêque de Florence.

LÉON XIII, PAPE
Notre cher Fils, Salut et Bénédiction Apostolique»
Nous avons trouvé une nouvelle preuve de Votre dévouement et de Votre respect pour ce Siège Apostolique dans la lettre que Vous Nous avez adressée, au mois d'août dernier, pour Nous transmettre les vœux d'un certain nombre de fidèles qui souhaitent que la dévotion pratiquée, sous le titre de la Sainte Famille, envers Notre-Seigneur Jésus-Christ, et la Vierge Mère, et saint Joseph xfui formérent sa famille, soit élevée dans l'Eglise à un degré de cuite plus haut, et pour demander sur cette affaire, comme on le doit dans les causes graves intéressant la foi et la discipline, la pensée et le jugement de ce Siège Apostolique. Appréciant hautement Votre acte de déférence et de prudence, Nous avons voulu tenir compte aussitôt de Votre demande et Nous avons soumis l'affaire à l'examen de Notre Congrégation des Saints-Rites pour avoir son avis et ses propositions.

Lettres apostoliques de S. S. Léon XIII (Tome 4)

Lettres apostoliques de S. S. Léon XIII (Tome 4)

Pape Léon XIII

LETTRE APOSTOLIQUE AUX PEUPLES ET AUX PRINCES DE L'UNIVER

LÉON XIII, PAPE
SALUT ET PAIX DANS LE SEIGNEUR

Le concert de félicitations publiques, qui a marqué d'une manière si éclatante Tannée tout entière de Notre Jubilé episcopal, et qui vient de recevoir son couronnement de l'insigne piété des Espagnols, a eu principalement ce fruit, sujet de grande joie pour Notre âme, de faire briller, dans l'union des volontés et Taccord des sentiments, l'unité de l'Eglise et son admirable cohésion avec le Pontife Suprême. On eût dit, en ces jours, que, perdant tout autre souvenir, l'univers catholique n'avait plus de pensées et de regards que pour le Vatican. Ambassades de princes, affluence de pèlerins, lettres empreintes d'amour filial, cérémonies augustes, tout proclamait hautement que, lorsqu'il s'agit d'honorer le Siège Apostolique, il n'y a plus dans l'Eglise qu'un cœur et qu'une âme. Et ces manifestations Nous ont été d'autant plus agréables, qu'elles rentraient pleinement dans Nos vues, et répondaient pleinement à Nos efforts.
Car, guidé par la connaissance des temps et de la conscience de Notre devoir, ce que Nous Nous sommes constamment proposé, ce que Nous avons infatigablement poursuivi, de paroles et d'actes, dans tout le cours de Notre Pontificat, C'a été de Nous rattacher plus étroitement les peuples, et de mettre en évidence cette vérité, que l'hiííuence du Pontilicat romain est salutaire À tous égards. C'est pourquoi Nous rendons de très vives actions de grâces, d'abord k la bonté divine, de qui Nous tenons cebienfait d'être arrivé sain et sauf à un âge si avancé ; ensuite aux princes, aux évèqucs, au clergé, aux simples fidèles, à tous ceux enfin qui, pa r les démonstrations nombreuses de leur piété et de leur dévouement, ont prodigué des marques d'honneur à Notre caractère et à Notre dignité, à Notre personne une consolation vivement agréée.

Lettres apostoliques de S. S. Léon XIII (Tome 5)

Lettres apostoliques de S. S. Léon XIII (Tome 5)

Pape Léon XIII

A NOTRE CHER FILS
FRANÇOIS CARDINAL RICHARD
ARCHEVEQUE DE PARIS
LEON XIII PAPE
Notre cher Fils, salut, et bénédiction apostolique.
II y a peu de jours, durant les solennités de Noël, la France entière vient d'accomplir un grand acte de religion : c'était le renouvellement et la confirmation des promesses de son baptême; et il était, assurément, impossible de donner un plus beau et plus naturel couronnement aux leles séculaires de l'initiation des Francs à la foi chrétienne. C'est à ce moment que nous sont parvenues les lettres où vous Nous faisiez part d'un dessein qui, inspiré parla sagesse qui vous distingue, semblait s'accorder merveilleusement avec ces récentes fêtes et ne pouvait manquer d'avoir d'heureux résultats pour In religion.

Lettres apostoliques de S. S. Léon XIII (Tome 6)

Lettres apostoliques de S. S. Léon XIII (Tome 6)

Pape Léon XIII

INDICTION DU JUBILÉ UNIVERSEL DE L'ANNÉE SAINTE MIL NEUF CENT

LEON, EVÊQUE
SERVITEUR DES SERVITEURS DE DIEU.

A tous les Fidèles du Christ qui verront ces lettres,
Salut et Bénédiction Apostolique.

A l'approche de la fin du siècle, dont Notre vie môme mesure presque l'étendue, Nous avons décide de prendre, d'après les traditions des ancêtres, une résolution qui profite au salut du peuple chrétien, en môme temps qu'elle montrera comme le dernier vestige des sollicitudes que Nous n'avons cessé d'éprouver dans la fonction de ce suprême Pontificat.
Nous voulons parler d'un grand jubilé, qui, dès longtemps, est entré dans les coutumes chrétiennes, qui a été sanctionné par la prévoyance de Nos prédécesseurs, et que, traditionnellement, nos pères ont nommé Y Année sainte, tant parce qu'elle est accompagnée d'un plus grand nombre de cérémonies saintes, que par la plus grande abondance des moyens qu'elle fournit pour corriger les mœurs et pousser les âmes à se renouveler par la sainteté.

Lettres apostoliques de S. S. Léon XIII (Tome 7)

Lettres apostoliques de S. S. Léon XIII (Tome 7)

Pape Léon XIII

LETTRE APOSTOLIQUE
DE NOTRE SAINT-PÈRE LE PAPE LEON XIII
E N L'HIONNEUR DE LA CONSÉCRATION D'UN NOUVEAU SANCTUAIRE
DE LA R. V. MARIE, SOUS LE VOCABLE DU T. S. ROSAIRE ,
A LOURDES, EN FRANCE, AU MOIS D'OCTOBRE 1901.

LÉON XIII, PAPE
A TOUS LES FIDÈLES QUI LIRONT CETTE LETTRE SALUT ET BÉNÉDICTION APOSTOLIQUE

Les immortels bienfaits procurés au genre humain par le Christ Rédempteur demeurent gravés au fond de toutes nos Ames et sont honorés dans l'Église par un éternel souvenir, qui unit, chaque jour, à un doux témoignage d'amour envers la Vierge, Mère de Dieu.
Pour Nous, lorsque Nous jetons les yeux sur la longue durée de Notre Souverain Pontificat et que nous repassons la série de Nos Actes, Nous Nous sentons doucement pénétré de consolation et de reconnaissance, à la vue des œuvres que, sous l'impulsion et avec l'aide de Dieu, auteur des bons conseils, Nous avons, soit entreprises Nous-même, pour rehausser les honneurs rendus à la Vierge Marie, soit pris soin de faire entreprendre ou promouvoir par des enfants de l'Église catholique.

Histoire du Concile œcuménique et général du Vatican

Histoire du Concile œcuménique et général du Vatican

Révérend Père Samblin

Le Concile œcuménique dont nous essayons de tracer l'histoire, est sans aucun doute le plus grand feit de notre époque. — Son importance est tout à la fois religieuse et sociale : — Religieuse, car il met fin à des controverses qui inquiétaient l'Eglise depuis plusieurs siècles et qui avaient affaibli les liens de l'unité pour la France et l'Allemagne catholique : — Sociale, parce que ce Concile montre à notre société contemporaine, qui avait oublié les principes de subordination et du devoir pour ne plus reconnaître à l'homme que des droits, lui montre, disons-nous, une autorité doctrinale, souveraine et infaillible, dérivant immédiatement de Dieu comme de sa source et à laquelle toutes les intelligences, comme tous les cœurs, doivent se soumettre.

Actes de S. S. Pie X (Tome 1)

Actes de S. S. Pie X (Tome 1)

Saint Pie X

Parmi les sollicitudes de la charge pastorale, non seulement de cette Chaire suprême que, par une insondable disposition de la Providence, Nous occupons bien qu'indigne, mais encore de chaque Eglise particulière, une des principales sans nul doute est de maintenir et de promouvoir la dignité de ia maison de Dieu, où se célèbrent les augustes mystères de la religion, et où le peuple chrétien se rassemble pour recevoir la grâce des Sacrements, assister au Saint Sacrifice de l'autel, adorer le très auguste sacrement du Corps du Seigneur, s'unir à la prière commune de l'Eglise dans la célébration publique et solennelle des offices liturgiquesParmi les sollicitudes de la charge pastorale, non seulement de cette Chaire suprême que, par une insondable disposition de la Providence, Nous occupons bien qu'indigne, mais encore de chaque Eglise particulière, une des principales sans nul doute est de maintenir et de promouvoir la dignité de ia maison de Dieu, où se célèbrent les augustes mystères de la religion, et où le peuple chrétien se rassemble pour recevoir la grâce des Sacrements, assister au Saint Sacrifice de l'autel, adorer le très auguste sacrement du Corps du Seigneur, s'unir à la prière commune de l'Eglise dans la célébration publique et solennelle des offices liturgiques.

Actes de S. S. Pie X (Tome 2)

Actes de S. S. Pie X (Tome 2)

Saint Pie X

Parmi les multiples sollicitudes que Nous impose le souci de Notre charge apostolique, Nous comptons aussi celle de veiller comme il convient au maintien des prérogatives pontificales de Nos vénérables Frères qui sont revêtus du caractère episcopal. Ils sont en effet les successeurs des Apôtres. C'est d'eux que parle saint Cyprien quand il dit : Lévêque est dans l'Eglise et l'Eglise est dans l'êvêque. Point d'unité dans une Eglise sans son évoque; bien plus, l'Esprit-Saint lui-même a établi les évêques pour diriger l'Eglise de Dieu. C'est pourquoi le Concile de Treunte a justement défini que les évêques sont supérieurs aux prêtres.

Actes de S. S. Pie X (Tome 3)

Actes de S. S. Pie X (Tome 3)

Saint Pie X

Une fois encore les graves événements qui se précipitent en votre noble pays Nous amènent à adresser la parole à l'Eglise de France pour la soutenir dans ses épreuves et pour la consoler dans sa douleur. C'est, en effet, quand les fils sont dans la peine que le cœur du Père doit plus que jamais s'incliner vers eux. C'est, par conséquent, lorsque Nous vous voyons souffrir que, du fond de Notre Ame paternelle, les flots de tendresse doivent jaillir avec plus d'abondance et aller vers vous plus réconfortants et plus doux.

Actes de S. S. Pie X (Tome 4)

Actes de S. S. Pie X (Tome 4)

Saint Pie X

C'est par une heureuse inspiration que le Pontife Sixte-Quint, de sainte mémoire, marchant sur les traces de ses prédécesseurs et parachevant ce qu'ils avaient commencé, voulut accroître le nombre et préciser les attributions des Sacrées Commissions de cardinaux ou Congrégations romaines, dont quelques-unes avaient déjà été instituées pour certaines affaires. ...

Actes de S. S. Pie X (Tome 5)

Actes de S. S. Pie X (Tome 5)

Saint Pie X

Objet déjà d'une immortelle rénommée, le nom de la Pucelle d'Orléans, cette vierge à jamais glorieuse qui va être inscrite au catalogue des Bienheureux, rend témoignage à celte divine puissance qui, « pour confondre les forts, choisit ce que le monde tient pour rien » (I Cor. i, 27).
En effet, en l'an de grâce 1428, les.troubles civils et les discordes intestines, aggravant les désastres d'une guerre longue et acharnée avec les Anglais, avaient amené la France aux dernières extrémités dla détresse : il ne restait aux vaincus ni refuse ni espoir de salut. Alors Dieu, qui toujours entoura d'un amour particulier cette nation noble entre toutes, suscita une femme « pour délivrer son peuple et s'acquérir une gloire éternelle » (I Mach. vi, 44).

Actes de S. S. Pie X (Tome 6)

Actes de S. S. Pie X (Tome 6)

Saint Pie X

Nous qui occupons la chaire du Prince des apôtres, Nous n'avons rien, plus à cœur que de voir le catholicisme se répandre de plus en plus dans le monde et la lumière de l'Evangile dissiper les ténèbres de Terreur, à travers les continents et les mers, jusque chez les peuples les plus lointains.
Aussi tenons-Nous à honorer et à enrichir de privilèges particuliers et de grâces spéciales les pieuses associations de fidèles qui se proposent de promouvoir les saintes expéditions apostoliques et soutiennent, par des secours d'argent, les prédicateurs de la divine parole.

Actes de S. S. Pie X (Tome 7)

Actes de S. S. Pie X (Tome 7)

Saint Pie X

De tous les sentiments que Dieu nous a donnés, aucun n'est aussi fort que celui de la reconnaissance, par lequel nous sentons vivement le besoin de remercier quiconque nous a fait du bien. Cependant, tandis que ce sentiment s'impose impérieusement entre les hommes, il.est bien souvent oublié quand il s'agit de le montrer au Seigneur, et le fait des dix lépreux mentionnés dans le saint Evangile, dont un seul revient manifester sa reconnaissance, obligeant le divin Rédempteur à se lamenter avec ces mots : Et novem ubi sunt? se renouvelle, hélas! tous les jours.

Actes de S. S. Pie X (Tome 8)

Actes de S. S. Pie X (Tome 8)

Saint Pie X

Lettre au R. P. Edouard Hugon, 0. P., professeur de théologie au Collège pontifical Angélique, louant son "Cours de philosophie thomiste"

CHER FILS, SALUT ET BÉNÉDICTION APOSTOLIQUE.

Si la doctrine de saint Thomas doit être quelque part tenue en souverain honneur et cultivée avec amour, c'est assurément dans cette Famille de religieux dont il fut la lumière et l'ornement. Et, eû effet, parmi les membres de l'Ordre célèbre de Saint-Dominique, Notre souvenir se plaît à compter encore des hommes nombreux et non des moins connus qui, toujours fidèles au grand Docteur qui ne vieillit jamais, continuent à illustrer splendidement les institutions et les dogmes chrétiens et à les défendre victorieusement.

Actes de S. S. Pie XI (Tome 1)

Actes de S. S. Pie XI (Tome 1)

Saint Pie XI

S. S. Pie XI est né le 31 mai 1857 à Desio, petite ville de la banlieue de Milan. Il était l'avant-dernier fils d'une famille de sept enfants. Au baptême, qui eut lieu dès le lendemain dans l'église paroissiale des Saints-Cyr et Materne, il reçut de son parrain et grand-père, Ambroise Ratti, les prénoms d'AmbroiseDamien-Achille. A cette époque, son père, François Ratti, marié à Thérèse Galli, dirigeait la filature des frères Conti, de Pusiano; il devint dans la suite associé de la maison Gadda, à Carugate, et mourut en juin 1881. La mère du futur Pape a rejoint son mari dans la tombe en octobre 1918.
Au sortir de l'école primaire de Desio, tenue par un prêtre l'enfant fut placé au Petit Séminaire de Saint-Pierre-Martyr, et montra un goût prononcé pour les études; il fit ses humanités au Séminaire de Monza pendant deux années, puis passa un an comme surveillant au collège Saint-Charles, à Milan, où il subit avec succès l'examen du baccalauréat, et de là entra au Grand Séminaire, dont il suivit pendant un an les trois premiers cours et où il se distingua parmi ses condisciples.

Actes de S. S. Pie XI (Tome 10)

Actes de S. S. Pie XI (Tome 10)

Saint Pie XI

LETTRES APOSTOLIQUES

L'Ordre des Hiéronymites de la Congrégation du bienheureux Pierre de Pise est supprimé.
PIE XI PAPE

Pour perpétuelle mémoire.

Parmi les institutions que l'Eglise catholique s'applique avec une attention vigilante et un soin persévérant à établir, à soutenir, à protéger en vue de favoriser le bien spirituel des fidèles, se trouvent presque au premier rang les Congrégations ou les Ordres religieux. Ornement et protection do Ja religion, ces organismes ont fleuri à toutes les époques, dès les temps les plus anciens, et ils sont de nos jours encore en plein épanouissement. Cependant, par suite des injures des temps, des vicissitudes, des des autres fidèles, Nous avons confié et à la Sacrée Congrégation préposée aux affaires des religieux et à d'autres personnes très au courant de ces sortes de choses, le soin d'examiner quelles mesures devraient être prises en cette affaire. Cor cet Ordre désireux de perfection religieuse, très attaché à ses Règles, qui a donné aux fidèles de très beaux exemples, ne compte maintenant que quinze prêtres et quatre frères lais, répartis dans sept* maisons; de telle sorte qu'il ne peut plus y avoir en lui de discipline et de vie monastiques. Il y a plusieurs années, Nos Prédécesseurs peu éloignés, craignant que cet Ordre n'ait pas longtemps à vivre, essayèrent à plusieurs reprises, par les soins particuliers de la Sacrée Congrégation des Evêques et Réguliers, par ceux de la Sacrée Congrégation des Religieux et enfin des Visiteurs apostoliques, de le ramener à la vie régulière d'autrefois et de lui infuser une vigueur suffisante. Ce fut en vain.

Actes de S. S. Pie XI (Tome 11)

Actes de S. S. Pie XI (Tome 11)

Saint Pie XI

LETTRE APOSTOLIQUE
déclarant patrons principaux du vicariat apostolique de Rabat les saints Bérard, Pierre, Accursius, Adjutus et Othon, protomartyrs de l'Ordre des Frères Mineurs»

PIE XI, PAPE
Pour perpétuelle mémoire de la chose.

Depuis plusieurs siècles déjà, l'illustre Ordre séraphique tout entier vénère et honore comme ses protomartyrs les premiers Frères Mineurs envoyés en Afrique par saint François d'Assise en personne, leur bienheureux Père, afin d'y gagner au Christ les, âmes des infidèles. Ils s'appelaient Bérard, Pierre, Accursius, Adjutus et Othon, et furent mis à mort au Maroc, en haine de la, foi, en l'an 1220

Actes de S. S. Pie XI (Tome 12)

Actes de S. S. Pie XI (Tome 12)

Saint Pie XI

LETTRES DÉCRÉTALES
décernant à la bienheureuse Jeanne-Antïde Thouret, vierge, les honneurs réservés aux Saints.

PIE EVEQUE
SERVITEUR DES SERVITEURS DE DIEU
Pour perpétuelle mémoire.

Sous l'arbre salutaire de la Croix, les lis et les roses, arrosés du sang du divin Agneau, fleurissent perpétuellement dans le champ du Seigneur : ce sont les lis de la pureté, les roses de la charité, vertus par lesquelles, principalement, les élus rendent un témoignage quotidien au Rédempteur du monde.

Actes de S. S. Pie XI (Tome 13)

Actes de S. S. Pie XI (Tome 13)

Saint Pie XI

LETTRE à M. Henri de Vergés, président général des Conférences de Saint-Vincent de Paul.
PIE XI, PAPE

CHERS FILS, SALUT ET BÉNÉDICTION APOSTOLIQUE.
C'est avec la plus joyeus e reconnaissance envers la divine Bonté que Nous venons remercier l e Conseil général de la Société de Saint-Vincent de Paul de l'hommage traditionnel de ses vœux de nouvel an, auxquels il a pu associer de si consolantes nouvelles sur l'état actuel des Conférences. Si, en effet, la récente année jubilaire a été marquée des plus heureux accroissements relatifs à cette œuvre, qui est pour l'Eglise un des plus beaux fleurons de sa couronne, la constatation que vous faites au sujet de cette marche progressive, qui n'a nullement ralenti pendant l'année 1934, témoigne une fois de plus de la prédilection de Dieu pour cette institution, destinée à donner au monde le touchant spectacle de l'Evangile agissant par la pitié fraternel et renouvelant sous- tous les cieux, dans l'humilité et le silence, la miséricordieuse activité du divin Sauveur, qui allait aux âmes par les corps et faisait de sa miséricorde le précurseur de la vérité.

Actes de S. S. Pie XI (Tome 14)

Actes de S. S. Pie XI (Tome 14)

Saint Pie XI

DISCOURS

adressé aux élèves du Séminaire français de Rome dans l'audience pontificale du 10 janvier 1936.

Ayant un double motif de vous exprimer, très chers Fils, Notre reconnaissance. Nous vous remercions d'abord, vous et Notre cher P. Frey, du cadeau si grand, si précieux, si délicat qu'il Nous offre en vous amenant en Notre présence, vous tous qui formez cette belle famille du Séminaire français, famille qui est une partie si qualifiée, si exquise, de la grande famille que le bon Dieu Nous a confiée, famille qui Nous est si particulièrement chère, comme vous le savez bien et comme tout le monde le sait : comme le savent surtout vos évèques auxquels Nous sommes toujours reconnaissant quand ils peuvent envoyer au Séminaire français quelques-uns des clercs en qui ils mettent leurs meilleures espérances.

Actes de S. S. Pie XI (Tome 15)

Actes de S. S. Pie XI (Tome 15)

Saint Pie XI

LETTRES APOSTOLIQUES
Erection d'une nouvelle Nonciature apostolique
dans la République de Guatemala.

PIE XI, PAPE
Pour perpétuelle mémoire.

A la charge qui Nous est confiée il appartient, Nous en avons conscience, de prendre, au jnoment convenable, les décisions qui, vu îles circonstances des temps et des événements, paraissent opportunes en >vue de promouvoir le bien des fidèles. Parmi ces moyens se rencontrent sans nul doute des organismes qui ont pour but de pourvoir aux relations entre le Saint-Siège et les autorités civiles de chaque nation ; et c'est pourquoi Nous établissons, quand l'occasion se présente, Nos légats, munis de pouvoirs propres à leur faire atteindre heureusement la fin énoncée plus haut. Pour-ce motif,«dans l'espoir que Notre résolution contribuera grandement à rendre plus étroits les liens qui unissent la nation du Guatemala et le Saint-Siège, voulant aussi être agréable au gouvernement et au peuple de cette République et leur donner actuellement un témoignage de Notre particulière bienveillance, de Notre propire mouvement, de science certaine, après mûre délibération, et en vertu de la plénitude de Notre autorité apostolique, par la teneur des présentes Lettres, Nous érigeons la nouvelle légation ou nonciature apostoliqule de Guatemala. Son territoire sera constitué et limité par les frontières mêmes de cette République de Guatemala.

Actes de S. S. Pie XI (Tome 16)

Actes de S. S. Pie XI (Tome 16)

Saint Pie XI

LETTRE ENCYCLIQUE
AUX VÉNÉRABLES FRERES, ARCHEVEQUES ET EVEQUES D'ALLEMAGNE ET AUTRES ORDINAIRES EN PAIX ET COMMUNION AVEC LE SIÈGE APOSTOLIQUE

sur la situation de l'Eglise catholique dans l'Empire allemand

PIE XI, PAPE
VÉNÉRABLES FRERES,
SALUT ET BÉNÉDICTION APOSTOLIQUE.

C'est avec une vive inquiétude et Un étonnement croissant que depuis longtemps Nous suivons des yeux les douloureuses épreuves de l'Eglise et le s vexation s de plus en plu s grave s dont souffrent deux et celles qui lui restent fidèles par le cœur et la conduite, au milieu du pays et du peuple auxquels saint Boniface aporté autrefois le lumineux message, la bonne nouvelle du Christ et du Royaume de Dieu.

Actes de S. S. Pie XI (Tome 17)

Actes de S. S. Pie XI (Tome 17)

Saint Pie XI

CONSTITUTION APOSTOLIQUE

Le nouveau diocèse ou éparchie de « Piana Dei Greci » est érigé : il est formé par les paroisses de rite byzantin détachées des archidiocèses de Monreale et de Palerme.

PIE, EVEQUE
SERVITEUR DES SEBVITEURS DE DIEU
Pour perpétuelle mémoire.

Dans sa sollicitude à l'égard de toutes les Eglises, le Siège apostolique a toujours eu l'habitude de reconnaître et n'a jamais hésité à sanctionner ,de sa suprême autorité chacun des rites de la religion chrétienne, pourvu qu'établis sur la profession pleine et parfaite de la foi catholique ils puissent témoigner avec clarté et évidence tant de l'ancienneté de leurs saintes cérémonies que de leur beauté intrinsèque, et cela qu'il s'agisse d'un rite liturgique propre soit à un peuple ou à une nation, soit à une Eglise particulière. En effet, Nos prédécesseurs ont toujours estimé avec raison que cette variété même des rilcs liturgiques dans l'Eglise, dans l'unité de la foi, contribuait énormément à rehausser la magnificence du culte divin. Car ces rites, en mettant davantage les cérémonies sacrées à la portée des fidèles, les attachent ainsi d'une façon plus étroite à la pureté de la doctrine, les aident à persévérer dans la profession de leur foi, les maintiennent à bon droit dans les traditions les plus nobles et les plus touchantes de leurs nations. Jamais Nos prédécesseurs n'ont toléré qu'on établisse ou qu'on maintienne des inégalités ou des degrés de dignité parmi les divers rites liturgiques de l'Eglise catholique, comme si les uns étaient plus nobles que les autres, ou comme si l'un méritait l'estime et l'autre le mépris !

Actes de S. S. Pie XI (Tome 18)

Actes de S. S. Pie XI (Tome 18)

Saint Pie XI

DISCOURS
aux membres du Chapitre général de s Frères Mineurs Capucins dans l'audience du 10 juin 1938.

L'auguste Pontife se plaît à souligner que cette audience, pour plus d'une raison, était vraiment une audience solennelle. Les titres imposants des religieux qui s'y trouvaient présents représentants d'une des plus grandes et des plus méritantes familles religieuses, suffisaient à lui donner ce caractère. Ces titres, en effet, ne sont pas peu de chose dans la sainte Eglise de Dieu. Il s'agit ici, à proprement parler, d'une totale et religieuse participation et adhésion à la parole de Dieu. En enlevant à l'expression tout ce qu'elle pouvait avoir d'austère, le Pape veut dire qu'il est comme le général qui est content de se trouver au milieu non seulement de soldats de choix , mais de soldats choisis parmi l'élite, au milieu des représentants de toute une milice d'élite, au milieu d'une foule qui n'est pas une foule , mais un ensemble très distingué : il n' y a pas de foule, en effet, là où tout est ordonné et en même temps choisi .

Actes de S. S. Pie XI (Tome 2)

Actes de S. S. Pie XI (Tome 2)

Saint Pie XI

LETTRE

A LE MINENT M. LE BARON LOUIS DE PASTOR, AMBASSADEUR EXTRAORDINAIRE DE LA REPUBLIQUE AUTRICHIENNE PRÈS LE SAINT-SIEGE ;
à l'occasion de ses soixante-dix ans.

CHER FILS, SALUT ET BÉNÉDICTION APOSTOLIQUE,
Lorsque, à la fin de ce mois, dans la plénitude de vos facultés physiques et morales vous célébrerez le soixante-dixième anniversaire de voire naissance, vos élèves et vos confrères de jadis a l'Université d'Innsbrurk — Nous avons appris récemment leurs projets—vous fêteront, de concert avec tous ceux dont vous avez conquis l'affection et l'admiration, par des témoignages très particuliers de respect et de joie. Dans cet hommage, destiné à rappeler vos mérites, serait-il convenable que le Pontife romain, que Nous-môme, qui jugeons à un si haut prix et votre per.-onne et vos travaux, qui sommes lié à vous par des relations déjà anciennes. Nous gardions le silence ou Noub Nous laissions devancer par d'autres?

Actes de S. S. Pie XI (Tome 3)

Actes de S. S. Pie XI (Tome 3)

Saint Pie XI

CONCORDAT

entre le Saint-Siège et l'Etat bavarois.
Les Acta Apostolicae Sedis du 24 janvier 1925 en ont publié le texte officiel en langues allemande et italienne. Nous en donnons ci-dessous la traduction française : Au nom de la Très Sainte et Indivisible Trinité.
Sa Sainteté le Souverain Pontife Pie X I et l'Etat bavarois, désireux de régler de nouveau, d'une façon stable et correspondant aux nouvelles conditions des temps, la situation de l'Eglise catholique en Bavière, ont résolu de conclure un Concordat. A cet effet, Sa Sainteté le Souverain Pontife Pie X I a nommé comme Plénipotentiaire Sou Excellence Révérendissime Monseigneur Docteur Eugène Pacelli, archevêque de Sardes et nonce apostolique à Munich, et le Gouvernement de Bavière a nommé comme Plénipotentiaires Son Excellence Monsieur le Docteur Eugène von Knilling, ministre des Affaires étrangères, Docteur François Malt, ministre de l'Instruction publique et du Culte, et le Docteur Guillaume Krausneck, ministre des Finances; lesquels, après avoir échangé leurs pleins pouvoirs, et les avoir trouvés en bonne et due forme, sont convenus des articles ci-après :

ARTICLE 1er
1. — L'Etat bavarois garantit le libre et public exercice de la religion catholique.
2.-1 1 reconnaît le droit de l'Eglise de promulguer dans le domaine de sa compétence des lois et décrets obligeant ses membres; il n'empêchera pas et ne rendra pas difficile l'exercice de ce droit.
3. — Il assure à l'Eglise catholique le tranquille exercice du culte. Dans l'exercice de leurs fonctions, les ecclésiastiques jouissent de la protection de l'Etat.

Actes de S. S. Pie XI (Tome 4)

Actes de S. S. Pie XI (Tome 4)

Saint Pie XI

CHIROGRAPHE

A L'ÉMINENTISSIME PAULIN-PIERRE ANDRIEU, CARDINAL-PRÊTRE DU TITRE DE SAINT-ONUPHRE DU JANICULE ,ARCHEVÊQUE DE BORDEAU

au sujet du décret condamnant certaines oeuvres de Charles Maurras et le journal L'Action Française.

BIEN AIMÉ ET VÉNÉRÉ MONSIEUR LE CARDINAL,
C'est de tout cœur que Nous vous remercions des bons et si pieux souhaits que vous venez de Nous envoyer par votre aimable lettre du 23 décembre passé et que Nous vous les rendons en implorant pour vous du divin Enfant toutes les grâces que votre âme de Pasteur désire pour vous-même, pour votre Clergé et pour votre Peuple, qui sont aussi les Nôtres et que Nous aimons tant parce qu'ils vous aiment, travaillent avec vous et répondent si généreusement à vos sollicitudes pastorales. Nous tenons à faire cela personnellement et sans intermédiaire, pour vous dire encore une fois combien Nous apprécions la fidèle et généreuse coopération que vous Nous prêtez depuis quelques mois. Dans les feuilles ci-jointes vous allez lire le premier un décret touchant la grave question de l'Action Française, qui va paraître incessamment dans les Acta Apostolicae Sedis/ avec les actes du dernier Consistoire. Vous aviez un certain droit à cette prémice parce que parmi vos vénérables Confrères de l'Episcopat français vous avez été le premier à soulever la question et le premier aussi à porter les conséquences d'une telle initiative, toujours avec Nous, dès que votre cause est devenue la Nôlre, c'est-à-dire dès la toute première heure.

Actes de S. S. Pie XI (Tome 5)

Actes de S. S. Pie XI (Tome 5)

Saint Pie XI

CONSTITUTION APOSTOLIQUE

portant indiction d'un Jubilé universel extraordinaire pour l'année 1929.

PIE ÉVÈQUE
SERVITEUR DES SERVITEURS DE DIEU

Pour perpétuelle mémoire.

En inaugurant, par une grâce toute particulière de Dieu, la cinquantième année de Notre ordination sacerdotale, rien ne Nous a été et ne pouvait Nous être plus agréable, comme Père commun de tous les fidèles, que de voir tous Nos fils s'unir à Nous, par la pensée et par la prière, pour rendre grâces â Dieu et implorer son secours opportun, tant pour Nous-même que pour l'Eglise confiée à Nos soins et exposée à tant de maux et de périls. Fortifiés par cette grâce, tous — et plus spécialement le clergé — pourront s'appliquer à procurer le progres ainsi que l'extension de la foi chrétienne et l'efflorescence de la vie de sainteté.
11 Nous a donc été très agréable, et d'autant plus agréable qu'il y a eu plus de spontanéité et plus d'empressement, de voir la merveilleuse unanimité qui a poussé tous les bons à Nous o/Frir leurs félicitations pour cet heureux événement, et à le célébrer, dès les premiers jours de cette année, par des prières publiques et privées en y ajoutant, de toutes parts, leurs vœux et leurs souhaits.

Actes de S. S. Pie XI (Tome 6)

Actes de S. S. Pie XI (Tome 6)

Saint Pie XI

CONSTITUTION APOSTOLIQUE

érigeant le Séminaire russe .

PIE ÉVÈQUE
SERVITEUR DES SERVITEURS DE DIEU

Pour perpétuelle mémoire.

Nos Prédécesseurs Nous ont légué comme un héritage sacré le soin de ramener à l'unité catholique les Orientaux. Plus d'une fois, mais surtout par la publication, Tannée dernière, de l'Encyclique Rerum OHentalium, Nous avons montré d'une façon éclatante combien celte œuvre d'union Nous préoccupait. Elle Nous pousse toujours à employer de nouveaux moyens pour sauver ces peuples, et obtenir plus vite et plus complètement le retour si désiré des fils vivant dans le schisme.

Actes de S. S. Pie XI (Tome 7)

Actes de S. S. Pie XI (Tome 7)

Saint Pie XI

MOTU PROPRIO

concernant un nouveau sceau de plomb de la Chancellerie Apostolique.

PIE XI, PAPE

Des Lettres Apostoliques pour la provision des bénéfices et offices consistoriaux et pour les autres affaires majeures de l'Eglise sont envoyées, suivant les règles du Gode de Droit canonique (can. 260), par la Chancellerie Apostolique. Les Pontifes Romains ont la coutume, depuis plusieurs siècles, d'authentiquer les actes plus solennels de cette catégorie, transcrits sur parchemin, par un sceau de plomb ou bulle, d'où le nom de Bulles leur fut donné. Une face de ce sceau, gui porte l'image des deux Principaux Apôtres, demeure presque toujours la même, si on excepte quelques détails se rapportant surtout à sa structure; l'autre varie à chaque nouveau Pontificat, puisqu'elle porte le nom de chaque Pontife.

Actes de S. S. Pie XI (Tome 8)

Actes de S. S. Pie XI (Tome 8)

Saint Pie XI

LETTRES APOSTOLIQUES
accordant pour toujours une indulgence plénière en forme de jubilé à l'église cathédrale du Puy,

PIE XI, PAPE
Pour perpétuelle mémoire.

L'évoque du Puy Nous expose que Nos prédécesseurs les Pontifes romains ont déjà accordé, il y a bien longtemps, que les fidèles, en visitant l'église cathédrale du Puy, le jour de la fête de l'Annonciation de la Bienheureuse Vierge Marie, quand cette fête coïncide avec le Vendredi-Saint, pourraient gagner une indulgence plénière en forme de jubilé, aux conditions accoutumées. Dans la suite, le Pape Sixte V, d'heureuse mémoire, a prorogé le temps où Ton pouvait gagner cette indulgence, d'abord jusqu'au mardi de Pâques, et ensuite pendant toute l'octave de la Résurrection de Notre-Seigneur Jésus-Christ.

Actes de S. S. Pie XI (Tome 9)

Actes de S. S. Pie XI (Tome 9)

Saint Pie XI

LETTRE A MONSEIGNEUR EMMANUEL-CELESTIN SUHARD, ARCHEVÊQUE DE REIMS
pour le XIVe centenaire de la mort de saint Remi.

PIE XI, PAPE
VÉNÉRABLE FRÈRE, SALUT ET BÉNÉDICTION APOSTOLIQUE.

Le très noble zèle dont sont animés, à votre suite, ceux des fidèles qui ont à cœur d'exalter, en ce XIVe centenaire de sa mort, la mémoire de saint Remi, votre très illustre prédécesseur, répond pleinement et excellemment à la vénération dont il est l'objet de votre part et aussi de la Nôtre. Il est impossible, en effet, qu'il ne soit pas extrêmement agréable à Nous, tout comme à vous, que des honneurs exceptionnels soient rendus à celui qui a été un ornement splendide de l'Eglise, l'apôtre du peuple franc, à qui ses mérites ont valu un magnifique tribut de louanges et de piété, manifesté non seulement par la sympathie reconnaissante de ses contemporains, mais encore par l'indéfectible admiration de la postérité qui a élevé en son honneur un si grand nombre de temples dont certains si augustes.