demonologie.jpg

DÉMONOLOGIE 
& MONDE PRÉTERNATUREL

L'imagination et les états préternaturels

L'imagination et les états préternaturels

Abbé F. Gombault

L'animal communie au monde extérieur par les sens externes, et le choc premier du vivant sensitif avec les objets qui l'entourent se traduit par une sensation, consommée dans l'organe, en tant que perception initiale et directe de l'objet. C'est la réponse de la psychologie ancienne, et l'étude moderne des adaptations organiques lui donne pleinement raison. — Un paysage s'offre à mes yeux : tous ces arbres, toutes ces lumières et ces colorations, tout ce monde extérieur, avec ses mille bruits et ses frémissements, ses senteurs variées, ses ondulations d'air, viennent affecter tout mon être sensible, et pénètrent par tous les sens ouverts, comme par autant de portes mystérieuses où chaque chose se rend présente, non pas telle qu'elle est dans sa matérialité objective, mais dans sa réalité de similitude.

Le diable - ses paroles, son action dans les possédés d'Illfurt (Alsace) d'après des documents

Le diable - ses paroles, son action dans les possédés d'Illfurt (Alsace) d'après des documents

Abbé Paul Sutter

L'Eglise catholique enseigne expressément l'existence de démons, de mauvais esprits. Ce sont des êtres personnels, de purs esprits, que Dieu avait créés dans Vêlai de grâce et destinés à une gloire incomparable dans le ciel.

Dieu et les dieux

Dieu et les dieux

Chevalier Roger Gougenot Des Mousseaux

Un culte bizarre se laisse entrevoir à l'oeil qui parcourt les premiers chapitres de cet ouvrage; c'est celui que la haute antiquité rendit à certaines pierres brutes, devenues pour elle le logement et le corps animé de la Divinité !
Toute singulière qu'elle est, cette fausse religion plonge par ses racines au coeur des traditions patriarcales que l'esprit de mensonge a défigurées. Car l'idolâtrie , féconde en variations, appliqua son germe parasite aux paroles de vie et de vérité qui constituèrent la révélation primitive . Ce fut de cette base solide , ce fut de ce sol fécond, qu'elle tira sa première substance et sa vigueur, lorsqu'elle fit fléchir les genoux de l'homme devant les astres du firmament; lorsqu'un peu plus tard elle mêla cette première corruption de la foi au culte plus corrompu de la Nature.

La magie au dix-neuvième siècle

La magie au dix-neuvième siècle

Chevalier Roger Gougenot Des Mousseaux

Chaque chose a son heure ici-bas, disions-nous en publiant la première édition de cet ouvrage , et celle de mon livre est venue. Hier, son titre même l'eût écrasé : La Magie au dix-neuvième siècle, ses agents, ses vérités, ses mensonges! O mon Dieu ! quelles études d'insensé....
Mais deux siècles se sont écoulés depuis hier : et les sifflets se taisent , et le public écoute. Il tend l'oreille ; ses yeux se sont à demi dessillés, il entrevoit la lumière; il la recherche; et le livre impossible est devenu le livre nécessaire. Il est vrai que, dans cette recherche même, le public se partage. Les uns appellent de leurs vœux tout ce qui verse et prodigue le jour. Une lumière vive, franche, éclatante, est au contraire ce qui chagrine et blesse les autres : ceux qui redoutent de découvrir ce que, pourtant, ils seraient curieux de savoir ! Mais ils ont peur de contempler en face, et devant témoins, une vérité dont ces témoins auraient
peut-être à leur demander compte.

Le monde avant le Christ

Le monde avant le Christ

Chevalier Roger Gougenot Des Mousseaux

Il se présente, dans l'histoire du monde, deux tableaux d'un frappant contraste et d'un effet merveilleux, dont les cadres renferment : d'une part le spectacle de la démence et de la perversité poussées à leur dernier période ; de l'autre, et comme une tardive compensation de ces fléaux, le spectacle de la vertu , de l'innocence et de la sagesse resplendissant d'un éclat surhumain.
A l'aspect de ces pages contraires, onhésite un instant, on a peine à se défendre decette idée des poëles qui ont abaissé le ciel à leur niveau, et fait du triste souverain de ce globe l'instrument passif et aveugle des dieux. ...

Les hauts phénomènes de la magie, précédés du spiritisme antique

Les hauts phénomènes de la magie, précédés du spiritisme antique

Chevalier Roger Gougenot Des Mousseaux

Un mot sur la magie, dès qu'il en est parlé après le déluge.- Papyrus retrouvés, ou chapitre d'histoire confirmant la Bible à l'endroit des plaies de l'Égypte, et constatant la foi des peuples anciens à la magie. Les fléaux. «Les enchantements sont pour le peuple de Moïse comme son pain. » L'engloutissement de Pharaon et de son armée. Moïse magicien est irrésistible. Papyrus Sallieret Anastasi. Passage du livre de la Sagesse confirmatif de l'Exode et. des papyrus égyptiens. Sabbat des éléments et des bêtes, ouverture des abîmes de l'enfer. La magie digne de risée; déchaînement épouvantable des agents de la magie.

Les médiateurs et les moyens de la magie

Les médiateurs et les moyens de la magie

Chevalier Roger Gougenot Des Mousseaux

Sur le théâtre du surnaturel, le grand rôle est de nos jours aux médiateurs du merveilleux , qui va se révélant, se réhabilitant d'heure en heure, s'épanouissant sous les formes les plus variées dans de nombreuses écoles, dont chacune, déjà, sert de tête à des sectes sans nombre.
Les familles dissidentes que notre plume indique nous rappellent, par les miracles et les résultats de leur fécondité, cel animal-plante des grands océans, ce polype que nos naturalistes ont nommé zoophyte. Voyez- le donc n'être rien d'abord, échapper à l'oeil, dormir d'un sommeil apparent tandis qu'il devient un monde, et révolutionner presque soudain la face des mers!

Mœurs et pratiques des démons

Mœurs et pratiques des démons

Chevalier Roger Gougenot Des Mousseaux

A beau mentir qui vient de loin !

Certes, à ce titre , ma latitude serait grande, car je viens de pousser une reconnaissance jusque dans le monde des Esprits. Mais je suis chrétien ; le Christ est dans mon cæur; d'où le mensonge volontaire arriverait- il donc sur mes lèvres ? Je me tiens, ce me semble, trop près de l'Église pour que l'erreur me soit facile ! La raison permet d'ailleurs de juger, par les autorités que je produis, les faits que j'expose sans les garantir. Mais rien n'entrera dans mes affirmations que je n'aie vu, que je n'aie conquis par l'étude , par les recherches, ou qui ne sorte des profondeurs de ma conviction. C'est là ce que je ne jure ni par Dieu, ni par les hommes; je l'énonce dans toute la simplicité de ma parole.

Mémoires d'une ex-palladiste

Mémoires d'une ex-palladiste

Diana Vaughan

Tout est possible, même l'impossible tout arrive, même ce qui ne devrait pas arriver.
M'est arrivée, en effet, la plus impossible missive que je pouvais attendre. Qu'on la lise.

Le diable peint par lui-même

Le diable peint par lui-même

Jacques Collin de Plancy

L'existence des démons n'est constatée que dans les livres de théologie. Chez les anciens, on parlait des pygmées, des sphinx, du phénix, etc., et personne ne les avait vus. Parmi nous, on entend sans cesse raconter les faits et gestes du Diable , décrire ses formes variées, vanter son adresse; cependant on ne doit toutes ses aventures qu'aux rêves si souvent insipides de quelques imaginations égarées. Nos connaissances sont trop bornés pour conclure de là qu'il n'existe point de démons. Mais, puisqu'il n'a été donné à aucun humain de les voir, tout ce qui va suivre doit être considéré comme une série de paradoxes, de suppositions et de contes.

Légende des esprits et des démons qui circulent autour de nous

Légende des esprits et des démons qui circulent autour de nous

Jacques Collin de Plancy

Personne de nous n'a oublié les années qui ont passé sur nos têtes de 1814 à 1850. La liberté, souvent licence, qui nous a été laissée , a profité surtout aux intelligences matérielles. Les neuf dixièmes des Français et des peuples qui les suivent ne voyaient plus d'autres intérêts que ceux de la terre. On oubliait que ce monde est double, que les créatures visibles sont partout circonvenues d'autres êtres invisibles. Les bons chrétiens même sen venaient à ne plus parler des démons et des esprits. On aurait dit des démons que l'archange qui les a chassés des cieux les avait aussi expulsésde la terre.

Légendes de l'autre monde

Légendes de l'autre monde

Jacques Collin de Plancy

1. LÉGENDE DE LA MORT.
On définit la mort : L'effet produit par l'acte de l'âme qui se retire du corps ; Recessus animæ a corpore.
Dieu n’a pas fait la mort. Elle est, comme l’a dit Milton, fille de Satan et du péché. Nous savons tous cette terrible et lamentable histoire. Dieu avait créé l’homme immortel, comme les anges (inexterminabilem, Sap., II, 23); l’odieuse vanité, suggérée par Satan à nos premiers parents, de s’égaler à Dieu même, qui venait de leur donner l’être, fut misérablement accueillie; et la mort, avec tout ce qu’elle entraîne, est le châtiment de cette rébellion.

Légendes infernales

Légendes infernales

Jacques Collin de Plancy

Saint Augustin, en exposant à nos méditations la Cité de Dieu, c'est-à-dire cette portion de la race humaine qui ne s'est pas égarée, nous montre au près d'elle , souvent autour d'elle , et bien plus nombreuse, la Cité du diable , c'est- à-dire cette autre portion, envahissante et tumultueuse, de la même souche, qui a oublié, ou déserté, ou trahi, ou renié les droits et les devoirs de son origine, pour suivre un étendard levé contre Dieu.

La chute d'Adam , qui de Dieu , dont il avait l'amour et de qui il tenait son être, est descendu au démon, dont il n'avait que la haine et de qui il ne pouvait rien attendre, a établi le règne de Satan sur la terre.

Des esprits et de leurs manifestations diverses (Tome 1)

Des esprits et de leurs manifestations diverses (Tome 1)

Marquis Jules Eudes Mirville

Le magnètisme animal n'étant que l'un des sujets de notre thèse, nous ne venons point aujourd'hui, messieurs, vous développer une théorie complète sur un agent d'ailleurs si contesté. Plus tard, dans un second mémoire nous essayerons de nous montrer plus explicite à son égard. Distinguant alors avec soin ses élément physiologiques et secondaires de l'élément principal et mystèrieux qui fait toute sa force, nous tacherons de rendre à la science ce qui appartient à la science,. .. A l'homme ce qui appartient à l'hommee,.. . A l'agent mystèrieux ce qui lui revient certainement.

Des esprits et de leurs manifestations diverses (Tome 2)

Des esprits et de leurs manifestations diverses (Tome 2)

Marquis Jules Eudes Mirville

N. B. Si nous avions la prétention d'implanter, dès les premiers pas, la doctrine de nos interventions surnaturelles sur le terrain scientifique qui les repousse avec le plus de hauteur et de succès apparent, nous commettrions une grande faute. Ce serait compromettre toutes nos ressources, que de les précipiter, dès la première heure et sans préparation suffisante, au plus fort de la mêlée.

Des esprits et de leurs manifestations diverses (Tome 3)

Des esprits et de leurs manifestations diverses (Tome 3)

Marquis Jules Eudes Mirville

L'arrêt en est porté, ce monde est devenu la vallée de la mort, comme disaient tous les philosophes grecs.
L'heure de l'exil a sonné pour ses maîtres et l'humanité se met en marche. Il va lui falloir désormais promener toutes ses misère sur la surface du globe, le fatiguer de ses plaintes, l'arroser de ses sueurs et de son sang. Départ navrant! douloureux pélerinage qui ne devra plus s'arrêter qu'à la fin de tous les siècle sur les confins d'un autre monde!

Des esprits et de leurs manifestations diverses (Tome 4)

Des esprits et de leurs manifestations diverses (Tome 4)

Marquis Jules Eudes Mirville

Nous avons déjà constaté avec Cornelius a Lapidel, que le mot tsaba (du le verset du chapitre II de la Genèse), traduit, dans la Vulgate par ornatus, ornement, signifiait avant tout armé sidérale Nous traduisions donc ainsi ce verset : "Dieu fit le ciel, la terre et toute l'armé des étoile et des anges réunis," puisque, suivant le même commentateur, tsaba veut dire, non pas l'un ou l'autre, mais l'un et l'autre, "siderum ac angeloram." Cette version nous mettait en outre bien à l'aise pour répondre aux objections tirée du prétendu silence de Moïse sur la création des anges.

Des esprits et de leurs manifestations diverses (Tome 5)

Des esprits et de leurs manifestations diverses (Tome 5)

Marquis Jules Eudes Mirville

"Insensé que vous êtes disait au dernier siècle un de ses plus ardents sophistes, détruisé donc ces temples qui rétrécissent vos idées élargissez votre Dieu, voyez-le où il est? ou bien dites tout simplement qu'il n'est pas."
Diderot ne voulait pas qu'un dernier temple survivre au dernier prêtre et au dernier roi.

Dix-huit siècles avant lui, quelqu'un,tout en formulant le même principe sur l'élargissemendivin, n'en avait pas tiré les même conséquence : ...

Des esprits, de l'Esprit-Saint et du miracle (Appendices et supplément)

Des esprits, de l'Esprit-Saint et du miracle (Appendices et supplément)

Marquis Jules Eudes Mirville

UN TRIOMPHE DE LA TRADITION A PROPOS D'UN MIRACLE

MIRACLE AU ONZIÈME SIÈCLE.

1. Du moyen âge et de sa critique. •— 2. Un ressuscité devant le moyen âge. — 3. Devant la critique de l'Église.— 4. Devant la volonté divine surnaturellement exprimée.

1. — Du moyen âge et de sa critique.

Ici vont se multiplier les objections, car nous atteignons le moyen âge, et c'est un lieu commun rivé dans tous les esprits : qu'une excursion dans ce monde-là équivaut, comme ténèbres, à une excursion dans l'autre. Certains critiques iront plus loin : ils trouveront qu'après nous être engagé à leur produire des miracles démontrés, partout et toujours, nous faisons acte A'habileté en ne nous permettant qu'une station de quelques minutes sur un terrain rempli d'aspérités pour nous.
A cette première objection nous pourrions d'abord répondre avec M. de Montalembert que « ces siècles ne furent rien moins que barbares, que des siècles chrétiens ne le sont jamais, et qu'il faut réserver exclusivement cette dénomination à une époque et à une société'comme les nôtres, où le culte du vrai Dieu a été partout remplacé par celui de l'argent et de la fausse raison.»
Ensuite, en admettant dans l'ensemble des mœurs publiques, pendant ces quelques siècles, autant de rudesse et d'ignorance qu'on le voudra, ce ne serait pas du moins aux monastères, à leurs savants et à leurs saints que nous pourrions nous en prendre.

Des esprits, de l'Esprit-Saint et du miracle (Tome 6)

Des esprits, de l'Esprit-Saint et du miracle (Tome 6)

Marquis Jules Eudes Mirville

On s'est beaucoup occupà récemmende à l'id4e de Dieu, 1) de
l'idéde l'infini, à de la tldodich divine, à etc., etc. Toutes
ces idkes sont de premier ordre, mais elles seront surtout com-
prises par ceux qui auront une idke trks-juste de l'histoire ecclé
siastique et de la Vie des Saints.
Nous n'avons plus cette id& juste. Tout à l'heure nous signa-
lerons les vrais coupables de cette perte et de cette faute.
Travailler à leur réparatio est notre but aujourd'hui.
Nos dernikres études'appliquaient à ces hhos de l'antiquitÃ
profane, dont on n'a pas craint de comparer les apothkoses aux
canonisations de nos saints. Il est utile de rechercher si, mal-
On s'est beaucoup occupé récemment de "l'idée de Dieu," de "l'idée de l'infini, à de la théodicée divine," etc., etc. Toutes ces idées sont de premier ordre, mais elles seront surtout comprises par ceux qui auront une idée très-juste de l'histoire ecclésiastique et de la Vie des Saints.
Nous n'avons plus cette idée juste. Tout à l'heure nous signalerons les vrais coupables de cette perte et de cette faute.
Travailler à leur réparation est notre but aujourd'hui.
Nos dernières études s'appliquaient à ces héros de l'antiquité profane, dont on n'a pas craint de comparer les apothéoses aux canonisations de nos saints. Il est utile de rechercher si, malgré leur titre de demi-dieux, leur naissance plus que singulière , leurs prodiges avérés, leurs interventions fantastiques dans les affaires de ce bas monde, il s'en est rencontré un seul, fût-ce le plus grand, que l'on puisse aujourd'hui sans ridicule rapprocher de l'un de nos saints, fût-ce le plus petit! Et puisque bien des fois on a murmuré le nom de Pythagore, on voudra bien nous permettre de sortir de ce pays des fictions par une fiction dernière, destinée à nous rendre plus facile et plus sensible la transition à nos grandes et historiques personnalités.

Question des esprits, ses progrès dans la science

Question des esprits, ses progrès dans la science

Marquis Jules Eudes Mirville

Il faudra bien que l'histoire le dise : Vers les premiers jours du mois de mai 1853 , toute la France avait la fièvre , et cette fièvre était due au singulier spectacle qu'elle avait sous les yeux . Quelque désir qu'on ait de l'oublier, la mémoire en sera toujours là ; le guéridon léger comme la table massive, l'humble corbeille comme la calebasse élégante , le palissandre et le noyer, la porcelaine elle-même et le cristal, s'étaient ingérés tout à coup , sous la simple imposition de quelques doigts, de tourner , de compter, de causer et de deviner ; tout cela avec l'ardeur et l'entrain qui devaient nalurellement succéder à six mille ans de repos et de silence obligés.
Toutefois, l'esprit ne venait qu'aux meubles, et nous comprenons que dans le principe on ait pu croire à ce qu'on appelait une transmission , une soustraction de la pensée , attendu que , s'il y en avait un peu plus d'un côté , de l'autre évidemment il y en avait beaucoup moins . Le communisme avait gagné la matière , et dans ce partage l'homme ne s'était pas enrichi.

La conférence entre Luther et le diable au sujet de la messe

La conférence entre Luther et le diable au sujet de la messe

Martin Luther

Il m’arriva une fois de m’éveiller en sursaut vers le milieu de la nuit : Satan était là qui, s'en tarder, ouvrit la discussion.
" Écoute, me dit-il, Luther, docteur savantissime. Tu sais que, durant quinze années, tu as célébré des Messes privées; que dirais-tu si ces Messes privées étaient une horrible idolâtrie ? Que dirais-tu si le corps et le sang du Christ n'y avaient pas été présents, et que tu n'eusses adoré, fait adorer aux autres que du pain et du vin? "

Des rapports de l'homme avec le démon (Tome 1)

Des rapports de l'homme avec le démon (Tome 1)

Maître Joseph Bizouard

Décider que le surnaturel est absurde, c'est saper la religion, c'est détruire sa base et en faire une invention purement humaine.

Des rapports de l'homme avec le démon (Tome 2)

Des rapports de l'homme avec le démon (Tome 2)

Maître Joseph Bizouard

Introduction à l'histoire de la magie et de la sorcellerie du quinzième au dix-septième siècle inclusivement. - Doctrines dénionologiques. - Doctrine des démonologues catholique.

Des rapports de l'homme avec le démon (Tome 3)

Des rapports de l'homme avec le démon (Tome 3)

Maître Joseph Bizouard

Selon les Pères, les hérésies sont l'œuvre du démon. - Ce qu'on avait pensé de toutes les hérésies précédentes, on le pensa surtout de la Réforme considérée comme étant la grande hérésie qui, d'après l'Apôtre, précédera la fin des temps.

On ne dira rien ici des abus produits par le relâchement de la discipline ecclésiastique, ils sont connus ; sans doute, ils appelaient une réforme, mais non celle des prétendus réformés, laquelle n'eut d'autre mobile que leurs passions.
Luther déféré au Pape pour avoir émis des propositions hétérodoxes, persista dans son obstination; excommunié, condamné par les universités, son or-gueil ne lui permit plus de garder de mesure.

Des rapports de l'homme avec le démon (Tome 4)

Des rapports de l'homme avec le démon (Tome 4)

Maître Joseph Bizouard

On a vu sur la fin du dix-septième siècle les lois sur la sorcellerie perdre de leur sévérité. On punissait encore de peines corporelles les pratiques superstitieuses : c'était uniquement quand on y joignait l'impiété et le sacrilège, « sous prétexte de prétendues magies, » que le coupable était puni de mort.

Des rapports de l'homme avec le démon (Tome 5)

Des rapports de l'homme avec le démon (Tome 5)

Maître Joseph Bizouard

Si l'esprit des masses, lorsqu'il s'agit du merveilleux, est toujours fourvoyé dans les négations et dans les accusations d'imposture et de jonglerie, les faits extraordinaires qui se sont multipliés sous les yeux des savants ne permettront plus bientôt à un grand nombre d'entre eux d'accepter une explication aussi niaise qu'elle est injuste; A la seconde moitié du dix-huitième siècle, la jurisprudence n'infligea que rarement les peines rigoureuses portées contre les sorciers, excepté le cas où ils auraient voulu se servir de sortilège et de magie pour faire des maléfices, considérés alors comme des poisons.

Des rapports de l'homme avec le démon (Tome 6)

Des rapports de l'homme avec le démon (Tome 6)

Maître Joseph Bizouard

La philosophie du dix-huitième siècle était à la portée de tout le monde, puisqu'elle consistait en général à ne rien croire, à ne rien pratiquer et à rire stupidement de ce qui avait occupé l'esprit des hommes les plus éminents dans la théologie, des plus graves magistrats, des philosophes les plus profonds, des célébrités médicales les plus fameuses, des personnages les plus instruits des siècles derniers.

Histoire abrégée de la possession des Ursulines de Loudun et des peines du père Surin

Histoire abrégée de la possession des Ursulines de Loudun et des peines du père Surin

Père Surin

Cette histoire surprenante a commencé par de grands procès entre deux chanoines de l’é­glise collégiale de Sainte-Croix de Loudun, nommés, l'un M. Mignon, homme fort sage, vertueux et d'un mérite distingué; l’autre, Ur­bain Grandier, fort bien fait, éloquent, docte, se tirant adroitement de toutes sortes d'affaires. Il était chanoine et curé de la paroisse de Saint-Pierre du Marché. Mignon gagna un procès contre lui devant son évêque M. de Poitiers, et le perdit devant le primat, monseigneur l’ar­chevêque de Bordeaux.

La réalité des apparitions angéliques

La réalité des apparitions angéliques

Révérend Père Bernard-Marie Maréchaux

Mon étude sur les apparitions démoniaques réclamait comme complément celle que j’offre en ce moment au public. Aussi bien l’éminent Directeur de la Revue du Monde Invisible, Mgr Méric, m'a-t-il vivement engagé à la faire, en des termes d'une bienveillance qui constitue pour moi le plus précieux des encouragements.
J'avoue bien volontiers qu ’il eût été plus normal de commencer par les anges que par les démons.
Logiquement la lumière est antérieure aux ténèbres, et l'effigie d'une médaille passe avant le revers. La nature angélique demanderait à être envisagée dans sa pureté native, avant de l'être dans la déformation qui l’a si tristement défigurée.

La réalité des apparitions démoniaques

La réalité des apparitions démoniaques

Révérend Père Bernard-Marie Maréchaux

L ’apôtre saint Paul, dans sa première épitre à Timothée, donne à son cher disciple ce grave avertissement qui est bien à l’adresse de l’époque présente : « L ’Esprit déclare manifestement que, sur la fin des temps, plusieurs s’éloigneront de la foi, en prêtant l’oreille aux esprits d’erreur et aux doctrines des démons. » (I Tim., iv, i.)

Le démon, cause et principe des maladies, moyens de les guérir

Le démon, cause et principe des maladies, moyens de les guérir

Un prêtre du clergé de Paris

Cette histoire surprenante a commencé par de grands procès entre deux chanoines de l’é­glise collégiale de Sainte-Croix de Loudun, nommés, l'un M. Mignon, homme fort sage, vertueux et d'un mérite distingué; l’autre, Ur­bain Grandier, fort bien fait, éloquent, docte, se tDès le berceau du christianisme. l'Église, inspirée par l'Esprit-Saint, a toujours enseigné que le Démon était l'ennemi de l'homme, principalement du chrétien, et qu'il cherchait à lui nuire de toutes manières; qu'il était, eu outre, l'auteur du mal moral, et souvent aussi du mal physique.
Le mal moral, c'est le péché, qui fait de si grands ravages dans les âmes.
Le mal physique, c'est la maladie du corps, et tous les fléaux qui sont déchaînés sur la terre par l'action et la malice des mauvais Anges.