La Sainte maison de Lorette

La Sainte maison de Lorette

Abbé A. Grillot

Il est au cœur de l'Europe chrétienne une contrée où le voyageur rencontre plus que partout ailleurs les merveilles réunies de la nature , de l'art et de la foi...

Le Darwinisme et l'expression des émotions chez l'homme et chez les animaux

Le Darwinisme et l'expression des émotions chez l'homme et chez les animaux

Abbé Alphonse Joseph Lecomte

PRÉFACE.
Dans un précédent travail, nous engagions les naturalistes à aborder dans les détails l'examen du darwinisme (Le daroinisme et l'origine de l'homme). Il est, en effet, des assertions qui , considérées d'une manière générale, peuvent parfois paraître plus ou moins plausibles, mais qui, si on les discute dans tous leurs détails, ne résistent pas un instant à une critique sérieuse.

Le Darwinisme et l'origine de l'homme

Le Darwinisme et l'origine de l'homme

Abbé Alphonse Joseph Lecomte

On sait tout le bruit qui s'est fait autour de la doctrine de Darwin en tant qu'elle implique l'origine bestiale de l'homme. Si l'homme descend de la bête, il est naturel de rechercher la souche immédiate qui lui a donné naissance. De là les travaux des disciples de Darwin pour rattacher l'homme aux singes. Il faut particulièrement citer à cet égard Huxley, Lyell, Vogtet Häckel, sans compter une foule de comparses obscurs, qui prônent le darwinisme uniquement parce qu'ils croient y reconnaître le drapeau de la victoire pour le matérialisme. ...

Un fléau plus redoutable que la guerre, la peste, la famine

Un fléau plus redoutable que la guerre, la peste, la famine

Abbé Augustin Lemann

​"Je levai les yeux, et je regardai : et voici, il y avait un livre qui volait.
Et un ange me dit : Que vois-tu ? Je lui dis : Je vois un livre qui vole ; sa longueur est de vingt coudées, et sa largeur de dix coudées".

Preuves de l'existence de Dieu

Preuves de l'existence de Dieu

Abbé Dubot

Le temps n'est plus où il pouvait paraître oiseux de démontrer l'existence de Dieu aux fidèles groupés autour de nos chaires.

Rôle de la papauté dans la société

Rôle de la papauté dans la société

Abbé François Fournier

Le Verbe divin est descendu sur la terre pour y rétablir la vérité , oblitérée du cœur et de l'esprit des hommes

Les splendeurs de la foi (Tome 1)

Les Splendeurs de la foi (Tome 1)

Abbé François-Marie-Joseph Moigno

"Dès le début de cet ouvrage j'aurai à parler de la foi dogmatique et morale. Le premier pas que j'aurai à faire, sera d'établir que celte foi est absolument nécessaire, et que, hélas! elle est rare. Or je resterais dans le vague et je ne serais pas compris, si je ne définissais pas nettement, tout d'abord, la Foi que je veux faire resplendir."

Les splendeurs de la foi (Tome 2)

Les Splendeurs de la foi (Tome 2)

Abbé François-Marie-Joseph Moigno

Saint Paul a dit dans sa seconde épitre à Timothée, ch. m, v. 16 : « Toute l'Écriture, divinement inspirée, est utile pour enseigner, pour reprendre, pour corriger, pour former à la justice, afin que l'homme de Dieu soit accompli et parfaitement capable de toute bonne œuvre. »

Les Splendeurs de la foi (Tome 3) - La Révélation et la science
deuxième  partie

Les Splendeurs de la foi (Tome 3) - La Révélation et la science
deuxième partie

Abbé François-Marie-Joseph Moigno

L'inspiration accordée aux écrivains sacrés n'a pas eu pour but direct de les constituer à l'état de savants, de faire sortir de leur plume la connaissance dogmatique des phénomènes de l'univers et de leurs causes.

Les Splendeurs de la foi (Tome 4) - La Foi et la Raison

Les Splendeurs de la foi (Tome 4) - La Foi et la Raison

Abbé François-Marie-Joseph Moigno

Il importe grandement de définir avant tout la foi qu'il s'agit de faire resplendir, son symbole, ses dogmes ou ses mystères, ses préceptes ou sa morale, ses prières ou sa liturgie. Ces mystères si écrasants pour la raison ont été crus et sont crus encore par un grand nombre de beaux génies. Ces préceptes si rigoureux ont été acceptés, observés, pratiqués par une multitude innombrable d'âmes généreuses !

Les Splendeurs de la foi (Tome 5) - Le Miracle au tribunal de la science

Les Splendeurs de la foi (Tome 5) - Le Miracle au tribunal de la science

Abbé François-Marie-Joseph Moigno

Benoît XIV commence son grand traité par une réfutation du rapprochement que Tona voulu faire entre la canonisation et l'apothéose. Les hérétiques osaient affirmer que la canonisation des Saints, dans l'Église catholique, est une dérivation de l'apothéose chez les païens,

Les livres sacrés de toute les religions, sauf la Bible (Tome 1)

Les livres sacrés de toute les religions, sauf la Bible (Tome 1)

Abbé Jacques-Paul Migne

L'an 484 avant J. C., Confucius rassembla en un seul corps d'ouvrage le livre appelé Chou-king. On convient que ses différentes parties étaient tiréesdes historiens publics des dynasties dont il est parlé dans ce livre, mais on ne peut pas dire quelle était sa forme, ni de combien de chapitres il était composé du temps de ce philosophe;onne sait pas même en quel élat il fut après sa mort, jusqu'au temps de Chi-hoang-ti, qui ordonna de brûler nommément ce Chou-king, que les lettres de la famille de Confucius cachèrent.

Les livres sacrés de toute les religions, sauf la Bible (Tome 2)

Les livres sacrés de toute les religions, sauf la Bible (Tome 2)

Abbé Jacques-Paul Migne

Le nom de Védas est donné, chez les Hindous, à des compositions qu'ils regardent comme ayant été révélées par Brahma lui-même et comme ayant été conservées par la tradition, jusqu'à ce qu'elles fussent arrangées dans leur état actuel par un sage, qui obtint ainsi le surnom de Vyasa, ou Véda-Vyasa, c'est-à-dire compilateur des Védas. C'est la plus vieille et la plus singulière production du génie indien, elle mérite bien l'attention dont elle est l'objet de la part de l'érudition moderne.

La Religion de combat

La Religion de combat

Abbé Joseph Lemann

Une apologie du catholicisme sous une forme un peu belliqueuse ne déplaira pas au public. Les temps la réclament.
Religion de prière, de pardon, de paix, de fraternité, le catholicisme est aussi la religion de combat.
Ce nom n’est pas une nouveauté. L ’Église sur terre n'est-elle pas appelée militante?
Elle est le camp mili­taire du Dieu des armées. Elle combat les erreurs, les vices, l’orgueil, la barbarie.
Elle ordonne à tous ses enfants de foire comme elle; de transporter dans leur for intérieur, d’abord, la lutte contre leurs passions; puis de l’aider, en tous lieux, dans sa douloureuse mais superbe lutte. ...

Précis d'apologétique

Précis d'apologétique

Abbé Texier

Parmi les faits dont l’étude se présente à tout homme qui s’instruit, se place le fait religieux : le genre humain dans son ensemble, en tout temps et en tout lieu, a professé un culte d’adoration et de supplication envers une ou des divinités.
De plus, toute religion réclame plus ou moins, de la part de ses fidèles, une adhésion à des enseignements ou à des paroles émanant de la divinité. Cette adhésion prend ordinairement le nom de foi.
L’esprit humain sincère et loyal est frappé de ce fait religieux et désire en connaître la raison d’être et la valeur. Il veut aussi se rendre compte si cette adhésion est raisonnable et obligatoire, et à quelle religion, à quelle foi, il faut adhérer.

Apologie scientifique de la foi catholique

Apologie scientifique de la foi catholique

Chanoine Duilhé de Saint-Projet

Pour mieux apprécier, dès le début, l'importance de.s études que nous entreprenons et l'opportunité de notre programme, il est nécessaire de poser et d'éclairer certaines questions pratiques, véritablement souveraines, trop souvent inquiétantes, sur le mouvement des idées et des doctrines à l'époque où nous sommes.
Où en est, à cette heure, l'esprit humain en matière de croyances religieuses et philosophiques? Où en est la lutte formidable de la pensée libre contrelapenséechrétienne? Est-il vrai - et ces paroles viennent de haut - que « nous soyons, à une époque toute nouvelle dans les expériences de l'humanité, en présence d'un phénomène plus vaste et qui n'est pas la même chose que l'audacieuse explosion d'une hérésie»? Quel est le nombre, quelles sont les forces de ceux qui ne croient plus et qui ont déclaré la guerre à toute croyance? Où en sommes-nous, nous autres catholiques et philosophes spiritualistes, que faisons-nous pour repousser l'invasion du scepticisme religieux et du matérialisme dans les âmes?

Petite histoire illustrée du monde ancien (Tome 1)

Petite histoire illustrée du monde ancien (Tome 1)

Hilaire de Barenton

L’HUMANITÉ A SES PREMIÈRES ORIGINES

Depuis un siècle, on a beaucoup disserté sur les origines de l’humanité; et l'on est allé chercher ses renseignements auprès de deux sciences dont on attendait beaucoup, parce qu’elles étaient nouvelles, l'archéologie et la géologie. Ces deux sciences n ’ont pu donner que ce qu’elles contiennent : des débris de squelettes, des restes d’industrie en couches souvent superposées. On ne peut pas dire que ce fussent là des documents dénués de toute valeur. Ils avaient leur importance et même une grande importance. Mais ils étaient comme ces écritures anciennes, découvertes à peu près en même temps, que, de longtemps, on ne sut pas lire, et auxquelles les premières tentatives d’interprétation trouvèrent les sens parfois les plus ingénieux et les plus séduisants, mais sans rapport aucun à leur vraie signification. Il fallut découvrir tout d’abord la valeur phonétique de chaque signe au moyen d’un bilingue, et apprendre à les lire, puis reconnaître le dialecte auquel se rattachaient les sons ainsi reconstitués. Alors seulement on put entreprendre leur traduction.

Petite histoire illustrée du monde ancien (Tome 2)

Petite histoire illustrée du monde ancien (Tome 2)

Hilaire de Barenton

ABRAHAM ET LE MONDE ORIENTAL AU XXe SIÈCLE

Assur

Abraham (2047-1872) naquit à Ur, la cité d’Arphaxad et de ses ancêtres, comme nous l’avons établi dans notre précédent volume. Depuis plus de cent ans, sa patrie s'était vue disputée par les monarques d’Isin et de Larsa. L’année même de sa naissance, une nouvelle dynastie, fondée par l’Elamite Kudur-Mabug, adda des pays occidentaux, renversa le roi de Larsa; et les deux fils du conquérant, Warad-Sin (2046-2034) et Rimsin (2034-1974), se succédèrent sur le trône de cette ville dont Ur dépendait. Ces deux princes se vantent d’avoir été généreux envers la patrie d'Abraham : « Warad-Sin, qui prend soin d’U r, roi de Larsa, de Sumer et Akkad », raconte le premier, dans ses inscriptions. « Rimsin, qui prend soin d’Ur », répète le second. De fait, loin de persécuter la religion, ils la favorisaient et subvenaient aux frais du culte. Mais, en 1974, Hammourabi, roi de Babylone, résolut d’étendre son empire sur toute la Chaldée et au-delà; il triompha de Rimsin, le fit prisonnier et semble l’avoir pris à son service.

Eternité malheureuse, ou les supplices éternels des réprouvés

Eternité malheureuse, ou les supplices éternels des réprouvés

Jeremias Drexel

C'est avec raison que Philon, auteur juif, a dit, que la pensée du sage et la maion de Dieu. La sagesse y habite et goûte un doux repos, Voir, parler, écouter ont autant d'actions qui appartiennent à l'homme, qui ont en quelque manière communes aux bêtes; elles ont des yeux & des oreilles qui, dans pluieurs d'entre elles, elles ont des yeux et des oreilles qui dans plusieurs d'entres elles surpassent celles de l'homme; les bêtes de charge se souviennent de ce qu'on leur a dit ; l'on attribue aux éléphants quelque chose qui a du rapport à la faculté d'écrire ; mais il n'appartient qu'à l'homme de penser et de raionner. Dieu préside aux penées pures et saintes des hommes, ...

L'Infaillibilité devant la raison, la foi et l'histoire

L'Infaillibilité devant la raison, la foi et l'histoire

Léon Gautier

Nous avons toujours pensé que la meilleure manière de juger une question con­siste à la juger de très-haut. L’opinion la plus voisine de la Vérité, c’est et ce sera toujours la plus élevée. Il faut se défier des solutions religieuses ou politiques qui ren­ ferment quelque élément contraire à la no­blesse de notre intelligence et aux battements de notre cœur. Le Catholique, enfin, cet être né pour les hauteurs, ne doit jamais mériter de s’entendre dire : Altius.
Pour combattre le principe de l’infailli­bité romaine, on cherche partout à établir que les défenseurs de cette thèse ont des sentiments étroits, qu'ils résistent obstiné­ ment aux aspirations légitimes de l’âme hu­maine et de leur temps; qu’ils sont les en­ nemis de la Lumière et de la Liberté.

Credo ou refuge du chrétien dans les temps actuels

Credo ou refuge du chrétien dans les temps actuels

Mgr Jean-Joseph Gaume

Nombreuses comme les atomes de l’air, funestes comme les miasmes des marais pestilentiels, des erreurs de tout genre circulent dans l’Europe moderne. Excepté aux plus mauvais jours de l’ancien paganisme, rien de pareil ne s’est vu.
Ces erreurs atteignent aujourd’hui leur dernière formule. Rationalisme, Panthéisme, Matérialisme, Athéisme, Naturalisme, Césarisme, Sensualisme, Positivisme, Socialisme, Solidarisme, Spiritisme : leur nom seul épouvante. ...

Un signe des temps ou les quatre-vingts miracles de Lourdes

Un signe des temps ou les quatre-vingts miracles de Lourdes

Mgr Jean-Joseph Gaume

Les miraculeuses guérisons opérées à Lourdes les 21, 22, 23 du mois d’août de cette année 1878, sont la raison de cet écrit.
Quatre-vingts miracles en soixante- douze heures ! Un tel événement ne saurait passer inaperçu. La Providence ne tâtonne jamais : tout ce qui arrive, arrive à son heure. Cette profusion de miracles au moment actuel, est un solennel ensei­gnement. Le comprendre et le pratiquer est une condition sine qua non de salut individuel et social.

Causeries sur le protestantisme d'aujourd'hui

Causeries sur le protestantisme d'aujourd'hui

Mgr de Ségur

Ces Causeries sur le protestantisme s'adressent aux catholiques bien plus qu'aux protestants; ce n'est pas une attaque, ce n'est pas même une controverse, c'est une œuvre de préservation et de défence.
On s'est demandé : A quoi bon parler encore du protestantisme à l'époque où nous sommes? Ne s'est- il pas tellement fusionné avec le rationalisme et l'incrédulité, qu'il n'existe plus comme secte religieuse? et d'ailleurs les Français n'ont ils pas trop de bon sens et trop de logique pour lui laisser prendre racine chez eux?

La Présence réelle

La Présence réelle

Mgr de Ségur

De ceux qui n'y croient pas.



D'abord, ce sont les incrédules proprement dits, qui, pour une raison ou pour une autre, ont totalement perdu la foi. Dieu merci, il n'y n a pas autant que quelques-uns semblent le croire; un ou deux peut-être, sur mille. Quand on les voit au lit de mort, on en a la preuve convaincante.

Un incrédule, c'est un pauvre homme qui ne croit pas en Jésus-Christ. Il est tout simple qu'un homme qui en est arrivé là ne croie pas à la présence réelle. ...

Les Merveilles de lourdes

Les Merveilles de lourdes

Mgr de Ségur

Il y a sur la terre un certain nombre d'endroits privilégiés, où la miséricorde du bon Dieu aime à se manifester avec une sorte de prodigalité. Ces lieux bénis s'appellent des sanctuaires, c'est-à- dire des endroits tout spécialement sanctifiés et sanctifiants. On les appelle aussi des pèlerinages, à cause de l'affluence des pèlerins qui vont y prier et y implorer des grâces.
Les pèlerinages sont, en effet, des sources, ou pour mieux dire des volcans de grâces. ...

Réponses courtes et familières aux objections les plus répandues contre la Religion

Réponses courtes et familières aux objections les plus répandues contre la Religion

Mgr de Ségur

Qu'ai-je à faire de la Religion? Je n'en ai pas, et cela ne Qu'ai-je â faire de la Religion? Je n'en ai pas, et cela ne m'empêche pas de me bien porter.
RÉPONSE. Aussi ne viens- je pas vous la donner comme un moyen de grandir ou de vous bien porter.
Mais, de bonne foi, ne sommes-nous donc en ce monde que pour cela? et n'avons-nous point une destinée plus haute que nos bœuf, nos chiens et nos chats?... Tous les peuples, dans tous les temps, dans tous les lieux, ont toujours été convaincus du contraire, et il me parait difficile que vous ayez raison contre tout le monde.

Y a-t-il un dieu qui s'occupe de nous ?

Y a-t-il un dieu qui s'occupe de nous ?

Mgr de Ségur

Nous vivons dans un temps étrange. Les idées les plus bizarres, les plus folles se débitent en plein jour, dans les journaux, dans les romans, dans les discours. Jamais peut être notre France n'a assisté à un pareil spectacle. On parle de tout sans rien savoir; on affirme ou bien l'on nie ce que l'on ignore; et, surtout en matière de religion, l'effronterie des attaques dépasse toute mesure.
Il y a eu des impies dans tous les temps; mais il y a impies et impies. Ceux de notre siècle le sont sans savoir pourquoi , et , plus ignorants que leurs devanciers, ils sont aussi plus violents qu'eux ; ils ne se contentent pas, comme les autres, de se moquer du curé, des dévotes, du sermon, ils vont droit au but, et attaquent effrontément ce qui fait la base de toutes les croyances humaines, le fondement de toute la religion. Il n'est pas rare, en effet, d'en rencontrer qui prétendent ne pas croire en Dieu, et qui ont le singulier amour- propre de se ravaler au niveau des bêtes en affirmant que l'homme est un animal comme les autres, que nous n'avons pas d'âme, qu'après la mort tout est fini, etc.

Cours d'apologétique chrétienne, ou, exposition raisonnée des fondements de la foi

Cours d'apologétique chrétienne, ou, exposition raisonnée des fondements de la foi

Père Devivier S.J.

Toute science prend, comme point de départ, des vérités d'un autre ordre déjà démontrées. Lorsqu'elle entreprend d'établir la réalité du fait de la Révélation, et Finstitution divine de l'Eglise catholique romaine, l'Apologétique a aussi le droit de considérer comme acquises bon nombre de vérités d'ordre philosophique. Nous croyons néanmoins utile, nécessaire même à l'heure présente, d'offrir à la jeunesse chrétienne une démonstration préliminaire de l'existence de Dieu, ainsi que de la spiritualité, de la liberté et de l'immortalité de l'âme humaine.

L'Édifice de la science religieuse ; la première pierre de l'édifice, l'idée religieuse

L'Édifice de la science religieuse ; la première pierre de l'édifice, l'idée religieuse

Père Géron C.Ss.R.

Quand on construit une maison, la première question à se poser est la suivante : A quel usage cette maison servira-t-elle ? Qui devra-t-elle recevoir et abriter ?
Qu'on ne trouve donc pas étrange que dans cet ouvrage qui a pour titre : L'édifice de la science religieuse, je consacre le premier chapitre à répondre à la question :
Pour qui j'élève cet édifice ?
Je l'élève ou, pour parler sans figure, j'écris ce livre pour quatre sortes de lecteurs :
1° Pour ceux qui ont entendu les conférences dont cet ouvrage est l'écho. Je dis : dont cet ouvrage est l'écho, car ce livre a été prêché avant d'être publié.

Exposition du dogme catholique (Tome 1)

Exposition du dogme catholique (Tome 1)

Père Monsabré O.P.

APPEL ROYAL DE L'EGLISE
Messieurs,
Il y a dix-huit ans, à la place où je suis, un homme que vous avez admiré et aimé s'écriait : - murs de Notre-Dame, voûtes sacrées » qui avez reporté mes paroles à tant d'intelligences privées de Dieu, autel qui m'avez béni, je ne me sépare point de vous !... »
Et cependant on ne le revit plus, la tombe, a étouffé sa grande voix... - Est-il mort tout à fait? - Non, Messieurs, il vit, dans la persévérante admiration de la France et du monde entier; il vit en vous, qu'il a appelés sa gloire et sa couronne; il vit dans l'humble enfant qui vient offrir aujourd'hui à vos regards le froc illustré par son génie et sa sainteté, vous faire entendre une voix qu'il a bénie, et travailler à sa renommée, en vous prouvant, une fois de plus, que personne ne peut l'égaler. Si vous vous rappelez tout ce que vous lui devez, vous me pardonnerez plus facilement, je l'espère, de n'être point ce que vous seriez en droit d'attendre.

Exposition du dogme catholique (Tome 9)

Exposition du dogme catholique (Tome 10)

Père Monsabré O.P.

VIE DE JÉSUS. — L'ENFANT

Éminentissime Seigneur, Messeigneurs, Messieurs,
Nous sommes entrés respectueusement dans la personne de Jésus-Christ et nous avons contemplé ses adorables perfections : sa science, sa pureté, sa puissance, son amour, sa sainteté, la grandeur et l'efficacité de ses abaissements et de ses infirmités, l'excellence de la majesté de son sacerdoce. Au sortir de cette contemplation, nous nous sommes écriés avec le prophète : « Christ ! tu es beau par-dessus tous les enfants des hommes : » Sjpeciosus forma prœfiliis hominum.
Ce cri d'admiration sortira plus énergique et plus profond de nos âmes convaincues et attendries, si nous considérons les perfections du Sauveur. manifestées par des œuvres, dans les phases diverses de sa sainte vie.

Exposition du dogme catholique (Tome 11)

Exposition du dogme catholique (Tome 11)

Père Monsabré O.P.

LA REDEMPTION

Eminentissime Seigneur ', Messieurs,
Ce n'est pas assez de connaître les perfections d'un homme et de savoir comment il a vécu; il importe a examiner ce qu'il laisse après lui, ce par quoi il se survit; car, si glorieux qu'il ait été dans son rapide passage à travers les générations humaines, toute sa gloire est peu de chose, si elle ne se perpétue par quelque grande œuvre.
Le rationalisme nous accorde que le Christ, dont nous avons admiré la personne et la vie , a exercé par ses enseignements et ses vertus une prodigieuse influence sur l'humanité ; mais c'est l'influence d'un moraliste dégageant la vie pratique dos faux principes et des préjugés qui l'égaraient, pour la soumettre à des règles plus certaines, plus nobles et plus pures, pas davantage. Nous n'acceptons pas, nous ne pouvons pas accepter cette maigre conclusion des principes grandioses que nous avons posés. L'enseignement catholique nous apprend que le Christ se survit dans une œuvre immense, admirable et sainte, en vue de laquelle Dieu l'a prédestiné de toute éternité, dans une œuvre dont dépend son existence, où se concentre et s'exprime toute sa perfection, et le bon sens nous dit, après l'étude que nous avons faite des perfections et de la vie de Jésus-Christ, que cela devait être.

Exposition du dogme catholique (Tome 12)

Exposition du dogme catholique (Tome 12)

Père Monsabré O.P.

l'autorité de l'église

Eminentissime Seigneur, Messeigneurs, Messieurs,
L'Église est la société visible des enfants de la Rédemption, société fondée par le Christ et munie des caractères qui décèlent sa divine origine. Comme il est impossible de contempler l'univers sans y reconnaître l'action féconde toute-puissante d'une cause supérieure, il est impossible de contempler l'Église sans y reconnaître l'action féconde et toute-puissante du Christ, et de même que l'ordre et les splendeurs du monde physique nous révêlent l'infinie perfection de son auteur, de même l'ordre et les splendeurs du monde spirituel créé par le Sauveur nous révèlent sa divinité. On ne peut dire : - Le Christ est Dieu, et sans adùirer l'échange de gloire qui se fait entre le créateur et son œuvre. telles sont les conclusions sur lesquelles nous sommes restés l'année dernière.

Exposition du dogme catholique (Tome 13)

Exposition du dogme catholique (Tome 13)

Père Monsabré O.P.

LA NATURE DES SACREMENTS

Credo remissionem peccatorum.

Eminentissime Seigneur, Monseigneur, Messieurs,

Jésus-Christ, rédempteur du monde et créateur de la société visible des rachetés, gouverne son œuvre par la sainte monarchie qu'il a constiluée et investie de sa divine autorité. Les lois extérieures de son gouvernement nous sont connues, et déjà, en étudiant le dogme de la communion des saints, nous avons pu suivre l'action des lois intimes en vertu desquelles les biens spirituels circulent et s'échangent dans le corps mystique du Sauveur. Je vous ai promis, après cette question de physiologie générale, une étude de physiologie partielle, qui nous fera connaître à fond l'œuvre du Christ et les saintes lois de son gouvernement. Je suis prêt à accomplir ma promesse.

Exposition du dogme catholique (Tome 14)

Exposition du dogme catholique (Tome 14)

Père Monsabré O.P.

LE MYSTERE EUCHARISTIQUE.

Eminentissime Seigneur, Messieurs,
Selon la belle doctrine de saint Thomas, notre vie spirituelle suit^ dans ses évolutions, des lois conforraes à celles qui régissent notre vie corporelle, image des merveilles que Dieu opère dans nos âmes régénérées. Le mouvement de la génération nous donne la vie du corps, le généreux travail de la nature nous accroît et nous perfectionne ; mais, après cela, il faut que nous empruntions au dehors les forces qui nous conservent, qu'un aliment réparateur renouvelle en nous la vie^ à mesure qu'elle se dépense. Ainsi en est-il de la vie spirituelle. Engendrée par le baptêm-e, perfectionnée par la confirmation, elle a besoin d'un aliment réparateur et conservateur. Cet aliment, le Sauveur l'a mis dans im sacrement admirable qu'on peut appeler son chefd'œuvre.

Exposition du dogme catholique (Tome 2)

Exposition du dogme catholique (Tome 2)

Père Monsabré O.P.

L'HOMME SELON LES PRINCIPES CHRÉTIENS
Messieurs,
Nous pourrions engager aujourd'hui l'avenir, en commençant l'exposition raisonnée du dogme catholique dont plusieurs d'entre vous ont en- tendu, il y a quelques années, l'introduction ; mais à cette heure qui peut compter sur l'avenir ? - Attendons que la miséricorde divine ail fixé la marche des temps et des événements. Aussi bien, les âmes sont trop agitées pour qu'on puisse attirer leur attention sur un objet qui les éloigne de leurs préoccupations actuelles. Après avoir gémi sur nos effroyables malheurs, elles en ont demandé au passé la cause, elles en de- mandent au présent le remède. - Le remède! car il faut à tout prix sortir de l'abîme d'humiliations et de douleurs patriotiques où nous a plongés la justice divine, provoquée par l'extrême perversité des opinions et des mœurs publiques. ...

Exposition du dogme catholique (Tome 3)

Exposition du dogme catholique (Tome 3)

Père Monsabré O.P.

VUE GÉNÉRALE DU DOGME CATHOLIQUE,
Messieurs,
Vous devez vous rappeler que l'année dernière, à pareille époque, je vous pariais de mon désir de commencer une exposition raisonnée du dogme catholique. J'ai sacrifié ce désira vos préoccupations; aujourd'hui je vous de- mande de vouloir bien sacrifier vos préoccupations à mon désir. Je ne veux pas attendre plus longtemps; car, si après avoir pleuré nos malheurs nous devons nous occuper de guérir nos plaies, il me semble que la plaie qu'il faut guérir, avant toutes les autres, c'est l'ignorance religieuse et l'affaiblissement du sens chrétien. ...

Exposition du dogme catholique (Tome 4)

Exposition du dogme catholique (Tome 4)

Père Monsabré O.P.

L'ÊTRE DIVIN,
Messieurs,
Nous avons étudié ensemble une question fondamentale, qui porte tout l'édifice de la vérité : la question de l'existence de Dieu. Des effets créés, nous nous sommes élevés à la cause
suprême et nous l'avons saluée de ce premier cri de la foi : Credo in Deum. - Dieu est vérité certaine pour tout esprit capable de construire ce simple raisonnement : - Il n'y a pas d'effets sans cause. Or, tous les êtres qui peuplent le monde, leurs mouvements, leur vie, leurs perfections, leur merveilleuse ordonnance ne sont que des effets. Donc, il existe une cause ; et cette cause, c'est celui que nous appelons Dieu. ...

Exposition du dogme catholique (Tome 5)

Exposition du dogme catholique (Tome 5)

Père Monsabré O.P.

LA GENÈSE DU MONDE.,
Messieurs,
Lorsque, Tannée dernière, je me préparais à vous parler de l'être, des perfections et de la vie de Dieu, je me sentis accablé sous le poids de mon néant et, désespérant de m'élever vers cette infinie grandeur que nulle intelligence créée ne peut atteindre, je me prosternai et m'écriai avec le prophète : De profundis clamavi ad te Domine : Seigneur, du profond abîme de mon infirmité, je crie vers vous. Entendez ma voix et venez me chercher où je suis, car
je ne puis monter jusqu'à vous. ...

Exposition du dogme catholique (Tome 6)

Exposition du dogme catholique (Tome 6)

Père Monsabré O.P.

Après avoir étudié l'œuvre du Créateur dans sa production, dans l'harmonie de son ensemble et de ses parties, nous devons nous demander comment elle persévère, et, puisque c'est une oeuvres vivante, comment elle se développe et la relie vers son but. Après avoir reçu l'être et la vie, a-t-elle été abandonnée à elle-même, et Dieu, son auteur, n'est-il que le spectateur égoïste et tranquille de ses incertaines destinées? On a dit cela, Messieurs. La poésie a prêté main-forte aux arides formules de la
philophistique, pour nous représenter le superbe mépns avec lequel Dieu traite sa créature.

Exposition du dogme catholique (Tome 7)

Exposition du dogme catholique (Tome 7)

Père Monsabré O.P.

Éminentissime Seigneur, Monseigneur, Messieurs,
Pendant les quatre années qui viennent de s'écouler, nous avons, en expliquant le premier article du Symbole, développé tout un plan de vérités et d'actions divines qui s'imposent à notre croyance et commandent notre admiration. — Avant toutes choses et au sommet de toute existence Dieu est. Simplicité parfaite et plénitude infinie, être personnel et vivant, unité et trinité, éternellement il se contemple, s'admire, s'aime, se bénit et n'a besoin que de lui-même pour être heureux. Cependant sa bonté le presse de répandre le bien dont il possède la plénitude, et de faire participer ...

Exposition du dogme catholique (Tome 7)

Exposition du dogme catholique (Tome 8)

Père Monsabré O.P.

LE TEMOIGNAGE DES FAITS

Credo in Jesum Cliristum tiliun Dei unicum.

Messeigneurs, Messieurs,
Un esprit, droit et modeste, accoutumé aux
grandes spéculations intellectuelles, peut difficilement se défendre d'admirer le plan divin de l'incarnation. Ce plan est si vigoureusement empreint d'extraordinaire et de sublime, tellement supérieur à toute conception humaine, et, disons-le hardiment, si impossible à imaginer qu'il se justifie par son simple exposé. Je ne puis mieux rendre l'impression que j'en reçois que par cette proposition : — C'est trop étrange et trop beau pour que ce ne soit pas vrai.

Exposition du dogme catholique (Tome 9)

Exposition du dogme catholique (Tome 9)

Père Monsabré O.P.

L'INTELLIGENCE DE JÉSUS-CHRIST

ÉMINENTISSIME SEIGNEUR, MONSEIGNEUR, MESSIEURS,
Pour prouver l'existence de l'Homme-Dieu, et pour préciser les principales conséquences de l'union hypostatique, il était nécessaire de jeter un coup d'œil sur les perfections de Jésus-Christ : c'est ce que nous avons fait dans nos précédentes conférences*. Nous avons été charmés, éblouis, convaincus; mais, entraînés par le rapide mouvement de nos démonstrations, nous n'avons rien approfondi. La question posée, au débutde nos études, sur l'existence et la personne de Jésus-Christ : —Comment devons-nous concevoir un homme-Dieu? — n'a pas encore reçu sa dernière réponse.

Exposition du dogme catholique (Tome15)

Exposition du dogme catholique (Tome15)

Père Monsabré O.P.

LE REPENTIR

Éminentissime Seigneur, Messieurs,
Dieu peut-il placer une créature raisonnable clans de telles conditions cle grâce que son premier crime soit à jamais irrémissible? — Il le peut et il l'a fait. Les esprits célestes qui se groupaient autour de son trône, à l'origine des temps, n'eurent pas d'autre perspective devant eux qu'une persévérance sans déclin ou une prévarication sans remède. En un instant ils se décidèrent, en un instant, aussi, leur sort fut fixé. Dans un pareil état, la pénitence est impossible.

Exposition du dogme catholique (Tome16)

Exposition du dogme catholique (Tome16)

Père Monsabré O.P.

LA CONSECRATION SACERDOTALE

Monseigneur, Messieurs,
Nous nous sommes quittés, l'an dernier, enmurmurant, près du lit de douleur où le chrétien expire, cette parole de l'Écriture : Bienheureux les morts qui meurent dans le Seigneur : Beati mortui qui in Domino moriuntur. Dans le dernier des sacrements, nousavons vu s'achever le mouvement harmonieuxde la nature et de la grâce rythmées par Dieu.Rien de plus admirable que l'application dessignes sacrés à notre vie individuelle.
Mais, je vous le disais au commencementde notre étude sur les sacrements : Il ne fautpas oublier que nous sommes une société, un corps religieux : " Multi unum corpus sumus " et que ce corps religieux, nature multiple et complexe, doit avoir ses sacremnets.Jésus-Christ y a pourvu en instituant l'ordre et le mariage, tous deux ordonnés à laformation, au perfectionnement, au gouvernement de la société spirituelle et à la réparation des pertes qu'elle fait, chaque jour, sous les coups de la mort.

Exposition du dogme catholique (Tome17)

Exposition du dogme catholique (Tome17)

Père Monsabré O.P.

LA SAINTETE DU MARIAGE

Monseigneur, Messieurs,
Je n'ai point à vous annoncer le sujet quejedois traiter cette année; vous le connaissez. Dans l'intéressante étude de la grâce de Jésus-Christ, qui nous occupe depuis cinq ans, il ne nous reste plus à examiner qu'un sacrement: c'est le second des sacrements sociaux, ordonné à la réparation des pertes que fait la société chrétienne sous les coups de la mort et à la préparation de la sainte lignée des enfants de Dieu, — le mariage.
Comme la famille naturelle est le fondement de toutes les sociétés civiles, la famille chrétienne est le fondement de la grande société spirituelle agrégée, gouvernée, perfectionnéepar le sacerdoce. La source de la famille naturelle est l'union maritale de l'homme et de la femme; mais, pour que cette union devint la source de la famille chrétienne, Dieu l'a transportée du monde de la nature dans le monde de la grâce, en l'élevant à la dignité d'un sacrement.

Exposition du dogme catholique (Tome18)

Exposition du dogme catholique (Tome18)

Père Monsabré O.P.

LA MORT

Credo carnis resurrectionem et vitam seternam.

Messeigneurs, Messieurs,
Nous commençons aujourd'hui le dernier chapitre de nos études dogmatiques. Les grandes vérités que je vous ai exposées jusqu'ici attendent leur couronnement; il doit être digne de l'édifice. Le Dieu parfait qui nous a aimés jusqu'à consommer en nous sa ressemblance par la communication de sa propre vie, jusqu'à livrer son fils à la mort pour nous faire recouvrer le don ineffable que nous avion sperdu; le Christ béni qui a payé notre salut de son sang, est devenu le roi de nos âmes, et nous a incorporés à son humanité sainte par la grâce des sacrements, devaient se proposer une autre fin que l'ennoblissement de notre vie passagèreet trop promptement terminée. Aussi, la doctrine catholique nous apprend-elle qu'au de là de cette vie passagère il y a une vie éternelle, dans laquelle notre perfection, commencée par la grâce, sera achevée par la gloire.

Apologie du Christianisme au point de vue des moeurs et de la civilisation (Tomes 1 et 2)

Apologie du Christianisme au point de vue des moeurs et de la civilisation (Tomes 1 et 2)

Père Weiss O.P.

LES FORCES DE L'HOMME COMPLET PREMIÈRE CONFÉRENCE

l'image divine

1. Le chemin de l'incrédulité. — L'homme perd la foi en lui, et c'est en lui qu'il doit la retrouver. — 2. L'homme insupportable à soi et à ses semblables. — 3. Les vices de la civilisation plus intolérables aux hommes que la barbarie des sauvages. — 4. Double altération de l'image divine. — 5. Deux conditions nécessaires pour rétablir en nous la vraie nature et nous faire arriver à la vraie civilisation. — 6. Le lien entre Dieu, l'homme et la nature. — 7. L'image de Dieu dans l'homme. — 8. Souvenir de cette image chez les Anciens. — 9. Ce que l'image divine produit dans l'homme. — 10. Honneur pour l'homme d'être l'image de Dieu; devoirs qui qui en découlent.
en découlent.
Va chercher ta foi là ou tu l'as laissée » dit un vieux et profont proverbe. Et cela est vrai. Or, quiconque a eu le malheur de perdre la foi, doit s'empresser d'aller la chercher en lui. On ne la perd pas ailleurs que là. Personne ne s'est égaré, ni ne s'égarera jamais dans la sainteté de Dieu, dans la parole de l'éternelle Vérité, dans les décrets de l'incorruptible Justice. Mais l'homme peut se perdre lui-même. Alors pour lui, tout est vénal, sans valeur, méprisable. « A quoi peut être bon, celui qui est mauvais à lui-même » ?

Apologie du Christianisme au point de vue des moeurs et de la civilisation (Tomes 3 et 4)

Apologie du Christianisme au point de vue des moeurs et de la civilisation (Tomes 3 et 4)

Père Weiss O.P.

PREMIERE CONFERENCE

LA CORRUPTION DE LA NATURE HUMAINE,

1. Le cœur humain est le témoin le plus irrécusable de la perversité humaine. — 2. La doctrine de l'intégrité de la nature humaine. — 3. La perversité morale comme conséquence de cette doctrine. — 4. La bonté de la nature comme excuse à tous les égarements. — 5. Tous les hommes sans exception sont corrompus dans leur intérieur. — 6. La convoitise mauvaise qui se trouve dans chaque homme est indépendante de sa volonté ; elle est déjà de par la nature. — 7. La corruption de la nature existe déjà dans l'enfant. — 8. L'homme est à lui-même une énigme. — 9. L'idée de nature est elle-même une contradiction, parce qu'elle porte la corruption en elle. — 10. Bifurcation de l'Humanisme et de l'Humanité.

Apologie du Christianisme au point de vue des moeurs et de la civilisation (Tomes 5 et 6)

Apologie du Christianisme au point de vue des moeurs et de la civilisation (Tomes 5 et 6)

Père Weiss O.P.

PREMIÈRE PARTIE

L'ORIGINE DU CHRISTIANISME

PREMIÈRE CONFÉRENCE

LA FIN DU MONDE ANCIEN.

1. Pierre à Rome. — 2. La civilisation à l'époque de la diffusion du christianisme. — 3. Epuisement du monde ancien par sa civilisa- tion. — 4. Toute la civilisation extérieure vouée au recul ou à la
ruine. — 5. Recul de la culture intellectuelle de l'antiquité. — 6. Déclin de l'esprit des anciens peuples. — 7. Désespoir ou indifférence, telle était la disposition d'esprit du monde ancien. —
8. Le suicide en masse dernier acte de l'antiquité. — 9. La fin du monde ancien est le commencement d'un monde nouveau.

Apologie du Christianisme au point de vue des moeurs et de la civilisation (Tomes 7 et 8)

Apologie du Christianisme au point de vue des moeurs et de la civilisation (Tomes 7 et 8)

Père Weiss O.P.

PREMIERE CONFERENCE

l'état absolu.

1. Rien de nouveau sous le soleil. — 2. La divinité de l'Etat dans l'antiquité. — 3. Byzantinisme. — 4. Absolutisme d'état au moyen-âge. — 5. Origine du moderne absolutisme d'état. — 6. Réalisation de cet absolutisme. — 7. L'état absolu dans son développement le plus moderne. — 8. L'état absolu a fait son temps; son rôle est joué.

Aujourd'hui, il n'est peut-être pas d'expressions que nous ayons plus souvent sur les livres, les uns pour les louer, les autres pour les blâmer, que celles d'idées modernes.

Apologie du Christianisme au point de vue des moeurs et de la civilisation (Tomes 9 et 10)

Apologie du Christianisme au point de vue des moeurs et de la civilisation (Tomes 9 et 10)

Père Weiss O.P.

LA PLUS HAUTE TACHE MORALE DE L'HOMME

PREMIÈRE CONFERENCE

LA MYSTIQUE NATURELLE.
1. Le christianisme est une Révélation nouvelle, surnaturelle, ve- nant d'en haut. — 2. La nature va au devant de ses exigences. — 3. Dans le paganisme lui-même, on remarque un vif penchant naturel vers la mystique. — 4. La base naturelle de la mystique. — 5. La mystique simplement naturelle doit nécessairement dégénérer. — 6. Son subjectivisme. — 7. Son dédain individualiste du monde. — 8. Son caractère purement négatif. — 9. La nature est une base, mais aussi un danger pour la mystique. — 10. L'histoire de la mystique naturelle prouve qu'elle a besoin d'un secours surnaturel

Dictionnaire apologétique de la foi catholique (Tome 1)

Dictionnaire apologétique de la foi catholique (Tome 1)

R. P. d’Alès

AGNOSTICISME. — Première partie : I. Origine du mot. II. L'agnosticisme n'est pas le scepticisme universel; III. ni l'incrédulité; IV. ni l'athéisme. V. Psychologie de l'agnosticisme au point de vue catholique.
Deuxième partie : VI. L'agnosticisme pur; VII. L'agnosticisme croyant ou dogmatique; VIII. L'agnosticisme larvé ou des modernistes.

PREMIÈRE PARTIE

I. — Origine du mot. — Le mot agnosticisme a
été jeté dans la circulation en îSGgparHenri Huxley. Parvenu à l'âge d'homme, Huxley reconnut un jour qu'il n'était plus chrétien, mais libre penseur. « La plupart de mes contemporains, dit-il, pensaient avoir atteint une certaine gnose et prétendaient avoir résolu le problème de l'existence; j'étais parfaitement sûr de ne rien savoir sur ce sujet et bien con- vaincu que le problème est insoluble; et, comme j'avais Hume et Kant de mon côté, je ne croyais pas présomptueux de m'en tenir à mon opinion. » Huxley faisait partie de la Metaphysical Society, club dont les membres professaient chacun un système défini; il lui vint à l'esprit de se faire comme les autres une étiquette, et il lui sembla que pour bien montrer l'antithèse de sa pensée et des vues philosophiques ou théologiques de ceux qui prétendaient si bien savoir tant de choses qu'il ignorait, l'épithète d'agnostique serait très convenable. « J'en fis donc- parade à la Société de Métaphysique, pour montrer que moi aussi, comme les autres renards, j'avais une queue; et, à ma grande satisfaction, le mot, qui eut pour parrain le Spectator, réussit. » Huxley, Agnosticism, 1889.

Dictionnaire apologétique de la foi catholique (Tome 2)

Dictionnaire apologétique de la foi catholique (Tome 2)

R. P. d’Alès

FIN JUSTIFIE LES MOYENS? — Dès lors que l'on se propose une tin légitime et louable, peut-on employer des moyens expressément con- damnés par la morale? Des moyens mauvais en soi cessent -ils d'être illicites lorsque le but vers lequel ils convergent est digne d'éloges? Les Jésuites ont été souvent accusés de répondre affirmativement à cette question et de formuler la réponse en ces termes expressifs : La fin justifie les moyens.

Dictionnaire apologétique de la foi catholique (Tome 3)

Dictionnaire apologétique de la foi catholique (Tome 3)

R. P. d’Alès

LOI ECCLÉSIASTIQUE 1 . — Ses caractères .- I. Evolution; IL Transcendance. Pour opérer la sanctification du monde, Dieu se sert d'éléments créés, parfois assez vulgaires, auxquels Il communique son inspiration ou sa force, et qu'il transforme en instruments de ses desseins.

L'Eglise, mue par le Saint-Esprit, imite dans -son action ces procédés divins. Obligée de se donner, pour le bien des fidèles, une discipline, des lois, une vie juridique, elle ne craint pas de laisser pénétrer chez elle quelques institutions ou usages d'origine profane ; mais elle purifie ces apports, les élève à sa hauteur, et leur assure une efficacité nouvelle. Cette double vérité commande tout le développement du droit canon. L'Église, en construisant son droit, emploie pour partie les éléments que lui fournit le milieu où elle évolue, mais en même temps elle leur communique quelque chose de sa transcendance.

Dictionnaire apologétique de la foi catholique (Tome 4)

Dictionnaire apologétique de la foi catholique (Tome 4)

R. P. d’Alès

PERSÉCUTIONS. — Sous ce titre : L'intolé- rance religieuse et la politique (Paris, 1911), M. A. Bouchb-Lbclbrcq, professeur à la Sorbonne, membre de l'Institut, s'est proposé d'étudier « la politique religieuse des empereurs romains », et de définir « leur attitude envers le christianisme nais- sant ». La cause de cette « politique » et la justifica- tion de cette « attitude », c'est-à-dire l'explication et l'excuse des persécutions sanglantes qu'ils infligèrent aux chrétiens des trois premiers siècles, lui paraissent devoir être cherchées dans « l'antagonisme non seulement apparent, mais réel, entre le christianisme des premiers siècles et les institutions de l'Empire ». Si bien que ce que nous jugeons de loin injustice, cruauté, oppression des consciences, était imposé aux empereurs par la « raison d'Etat » et par leur devoir de souverains. Il y eut, aux trois premiers siècles de notre ère, de « l'intolérance religieuse », mais elle était chez les victimes et non chez les bourreaux. C'est « l'intolérance religieuse » que les empereurs poursuivent chez les chrétiens en leur défendant, sous peine de mort, de suivre leur religion. M.Bouché-Leclercq n'a pas tort d'avouer que cette conclusion est « paradoxale en apparence et surtout malsonnante » ; mais il consacre près de quatre cents pages à la soutenir. J'ai cru être autorisé par M. Bouché-Leclercq lui-même à lui répondre, car je suis seul cité dans sa préface. Avec une courtoisie dont je lui sais gré, il me reproche d'avoir, par les cinq volumes de mon Histoire des persécutions, « rendu du crédit » à l'opinion traditionnelle, c'est-à-dire à celle qui s'apitoyait sur les persécutés, blâmait les persécuteurs, et ne croyait pas que «la raison d'Etat » pût justifier tant de consciences opprimées et tant de sang versé. Je n'ai pas besoin de dire que ma réponse, en discutant librement ses idées, ne s'écartera pas de la déférence due au savant professeur à la Sorbonne, dont ce livre montre une fois de plus la profonde connaissance des institutions romaines.

Terribles châtiments des révolutionnaires ennemis de l'Eglise

Terribles châtiments des révolutionnaires ennemis de l'Eglise

Révérend Père Jean-Joseph Huguet

La grande Révolution de 1789 à ISOO.

Il faut des châtiments dont l'univers fiéniisso. L. Racine.

CHAPITRE PREMIER.

LES CORYPHÉES DE LA RÉVOLUTION.

On vit, à la fin du dix-huitième siècle, une époque lamentable commencer pour l'Eglise. Les désordres de Louis XIV et de Louis XV avaient singulièrement affaibli le sens moral. Le gallicanisme avait presque séparé le clergé français de Rome, la mère et la maîtresse de toutes les Eglises; le jansénisme, avec sa fausse morale et sa sévérité exagérée, avait desséché les cœurs. Les courtisanes en faveur intro- duisirent les philosophes à la cour, et les livres les plus hostiles au catholicisme se multiplièrent d'une manière effrayante.

Apologétique

APOLOGÉTIQUE