Somme théologique (Tome 8)

Saint Thomas d'Aquin

Somme théologique (Tome 8)

DES PARTIES DE LA. PÉNITENCE EN PARTICULIER, ET D'ABORD DE LA CONTRITION.

Nous devons ensuite considérer chacune des parties de la pénitence et traiter: 1° de la contrition; 2° de la confession ; 3° de la satisfaction. A l'égard de la contrition il y a cinq choses à examiner : 1° ce qu'elle est; 2° ce qui en doit être l'objet; 3° son étendue ; 4° sa durée; 5° son effet. — Sur la première de ces choses il y a trois questions à faire : 1° Est-elle convenablement définie ? — 2° Est-elle un acte de vertu? — 3° L'attrition peut-elle devenir contrition ?

ARTICLE I. — LA CONTRITION EST -ELLE INE DOLLEIR QLON A CONÇIE DE SES PÉCHÉS, ETC.?
1. Il semble que la contrition ne soit pas une douleur qu'on a conçue de ses pèches, avec le ferme propos de s'en confesser et de satisfaire, comme quelques-uns la définissent. Car, comme le dit saint Augustin (De civ. Dei, lib. XIV, cap. G,, la douleur a pour objet ce qui nous arrive contrairement à notre volonté. Or, les péchés n'ont pas ce caractère. La contrition n'est donc pas une douleur qui se rapporte aux péchés.