Introduction historique et critique aux livres de l'Ancien et du Nouveau Testament (Tome 4)

Abbé Jean Baptiste Glaire

Introduction historique et critique aux livres de l'Ancien et du Nouveau Testament (Tome 4)

DES PROPHÉTIES D'OSÉE.
Osée, en grec Dons et en hébreu Hôschêah, mot qui, selon saint Jérôme, veut dire sauveur, mais qui, par sa forme grammaticale, ne peut signifier que sauver, salut, à l'infinitif, ou bien sauve à l'impératif, tient le premier rang parmi les petits prophètes, tant dans le texte hébreu et dans notre Vulgate, que dans la version des Septante et dans l'ancienne Italique. Dans l'inscription de sa prophétie, Osée est dit fils de Béêrî, que les rabbins ont faussement pris pour Beêrâ, chef des Rubénites, transporté en Assyrie par Téglathphalasar (1 Par., V, 6) ; car, indépendamment de la forme des noms, qui n'est pas la même, la chronologie ne permet pas de confondre ces deux personnages. C'est aussi sans fondement que les rabbins donnent pour patrie à notre prophète la ville de Jérusalem, et que le faux Epiphane le fait naître à Bélémoth, mot auquel saint Jérôme, suivi de quelques critiques, croit devoir substituer celui de Betschémès, ville de la tribu d'Issachar.