top of page
< Back

Questions vendéennes - Cathelineau généralissime de la grade armée catholique et royale (13 mars-14 juillet 1793)

Eugène Bossard

Questions vendéennes - Cathelineau généralissime de la grade armée catholique et royale (13 mars-14 juillet 1793)

Aux gars de la Vendée.
Voici qu'à cent ans de distance, dans nos genéts devenus rares, la guerre, - la petite, si je la compare à celle d'autrefois, - recommence. N'en déplaise à personne, je crois bien qu'il y a cent ans, au premier son du tocsin, j'eusse sauté sur mon fusil et fait le coup de feu tout comme un autre. Je me souviens de cet obscur soldat dont le nom m'est cher, et qui, combattant aux côtés de Charette, lorsque son général fut blessé, l'emporta sur ses épaules jusqu'à ce qu'il tombât lui-même sous les balles des Bleus. Je suis son exemple, et dans cette mêlée nouvelle où nous n'avons pas tiré les premiers, il ne paraîtra pourtant pas que nous ayons peur : que tous ceux qui peuvent tenir, je ne dis pas un fusil, grâces à Dieu ! dans ces nouveaux combats, il n'y aura pas de sang fraternel versé, mais une plume, s'arment pour la riposte.

Questions vendéennes - Cathelineau généralissime de la grade armée catholique et royale (13 mars-14 juillet 1793)

Eugène Bossard

Questions vendéennes - Cathelineau généralissime de la grade armée catholique et royale (13 mars-14 juillet 1793)

Aux gars de la Vendée.
Voici qu'à cent ans de distance, dans nos genéts devenus rares, la guerre, - la petite, si je la compare à celle d'autrefois, - recommence. N'en déplaise à personne, je crois bien qu'il y a cent ans, au premier son du tocsin, j'eusse sauté sur mon fusil et fait le coup de feu tout comme un autre. Je me souviens de cet obscur soldat dont le nom m'est cher, et qui, combattant aux côtés de Charette, lorsque son général fut blessé, l'emporta sur ses épaules jusqu'à ce qu'il tombât lui-même sous les balles des Bleus. Je suis son exemple, et dans cette mêlée nouvelle où nous n'avons pas tiré les premiers, il ne paraîtra pourtant pas que nous ayons peur : que tous ceux qui peuvent tenir, je ne dis pas un fusil, grâces à Dieu ! dans ces nouveaux combats, il n'y aura pas de sang fraternel versé, mais une plume, s'arment pour la riposte.

bottom of page