Discours sur l'histoire universelle

Mgr Bossuet

Discours sur l'histoire universelle

AVANT-PROPOS.
DESSEIN GÉNÉRAL DE CET OUVRAGE ! SA DIVISION EN TROIS PARTIES.

Quand l'histoire seroît inutile aux autres hommes , iî foudroit ïa faire lire aux princes. Il n'y a pas de meilleur moyen de leur dé- couvrir ce que peuvent les passions et les intérêts, les temps et les conjectures, les bons et les mauvais conseils. Les histoires ne sont composées que des actions qui les occupent, et tout semble y être fait pour leur usage. Si l'expérience leur est nécessaire pouracquérir cette prudence qui fait liien régner , il n'est rien de plus utile à leur instruction que de joindre aux exemples des siècles passés les expériences qu'ils font tous les jours. Au lieu qu'ordinairement ils n'apprennent qu'aux dépens de leurs sujets et de leur propre gloire, à juger des affaires dangereuses qui leur arrivent; parle secours de l'histoire, ils forment leur jugement, sans rien hasarder, sur les événements passés. Lorsqu'ils voient jusqu'aux vices les plus cachés des princes, malgré les fausses louanges qu'on leur donne pendant leur vie , exposés aux yeux de tous les hommes, ils ont honte de la vaine joie que leur cause la flatterie, et ils connoissent que la vraie gloire ne peut s'accorder qu'avec le mérite.