Vieux livres

ANTI-LIBÉRALISME

Histoire du catholicisme libéral et du catholicisme social en France (Tome 1)

Histoire du catholicisme libéral et du catholicisme social en France (Tome 1)

Abbé Emmanuel Barbier

PREMIÈRE PÉRIODE

DU CONCILE DU VATICAN A LA MORT DE PIE IX - 1870-1878

CHAPITRE PREMIER
L'ASSEMBLÉE NATIONALE À BORDEAUX.

L'armistice conclu entre Jules Favre et Bismarck entraînait la convocation d'une Assemblée nationale à Bordeaux (,). L'article 2 de cette convention du 28 janvier portait : « L'armistice ainsi conclu a pour but de permettre au Gouvernement de la défense nationale de convoquer une assemblée librement élue, qui se prononcera sur la question de savoir si la guerre doit être continuée ou à quelles conditions la paix doit être faite ».

Histoire du catholicisme libéral et du catholicisme social en France (Tome 2)

Histoire du catholicisme libéral et du catholicisme social en France (Tome 2)

Abbé Emmanuel Barbier

PREMIÈRE PÉRIODE

DE L'AVÈNEMENT DE LÉON XIII AU TOAST D'ALGER
1878-1890

CHAPITRE PREMIER
Le nouveau pontificat.

I
Le 20 février 1878, le cardinal Joachim Pecci était élu pape et prenait le nom de Léon XIII.

Histoire du catholicisme libéral et du catholicisme social en France (Tome 3)

Histoire du catholicisme libéral et du catholicisme social en France (Tome 3)

Abbé Emmanuel Barbier

PONTIFICAT DE LÉON XIII - SECONDE PÉRIODE

DU TOAST D'ALGER A LA MORT DE LÉON XIII - 1890-1903

DEUXIÈME PARTIE - LE CATHOLICISME SOCIAL
CHAPITRE PREMIER

L'encyclique « Rerum novarum ».
L'encyclique Rerum novarum sur la condition des ouvriers, du 15 mai 1891, constitue un monument de clairvoyance pontificale, un monument de pacification indiquant les conditions propres à ramener la concorde entre les membres d'une société en proie à des convulsions effroyables et distribuant aux hommes de toutes les classes des enseignements salutaires. Mais il n'est peut-être pas de document qui ait été plus diversement interprété.

Histoire du catholicisme libéral et du catholicisme social en France (Tome 4)

Histoire du catholicisme libéral et du catholicisme social en France (Tome 4)

Abbé Emmanuel Barbier

LE PONTIFICAT DE PIE X - (4 août 1903-20 juillet 1914).

CHAPITRE PREMIER - L'avènement de Pie X.

Le pape Léon XIII était mort |le 20 juillet 1903, après un règne de vingt-cinq ans et trois mois. Dix jours après (30 juillet), les cardinaux entraient au Conclave, et le 4 août, ils désignaient le cardinal Sarto pour être le nouveau successeur de saint Pierre.

1 Fils de paysans de la Vénétie, Joseph Sarto était né dans l'humble bourgade de Riese, le 2 juillet 1833; il montait sur le trône pontifical à l'âge de 68 ans ; son père, d'abord cultivateur, avait ensuite obtenu un mince emploi au municipe de sa commune; sa mère travaillait comme couturière.

Histoire du catholicisme libéral et du catholicisme social en France (Tome 5)

Histoire du catholicisme libéral et du catholicisme social en France (Tome 5)

Abbé Emmanuel Barbier

LE PONTIFICAT DE PIE X
(Suite)

CHAPITRE VIII
Les directions pontificales de Pie X (1909-1912).

Un énorme et fatal imbroglio s'était formé,depuis l'époque du Ralliement, autour des directions pontificales de Léon XIII. Il avait eu son origine dans la confusion entre renseignement doctrinal de ce pape sur les devoirs des chrétiens à l'égard du régime établi et ses vues politiques qui tendaient, en outre, à faire passer les catholiques de la subordination sincère au pouvoir existant, exigée par la doctrine traditionnelle de l'Eglise, à l'adhésion formelle et publique.

Histoire du catholicisme libéral et du catholicisme social en France (table analytique)

Histoire du catholicisme libéral et du catholicisme social en France (table analytique)

Abbé Emmanuel Barbier

AVERTISSEMENT
1
La table analytique d'un ouvrage qui embrasse l'histoire de près de cinquante années et la traite en cinq gros volumes ne comporte pas un index alphabétique absolument complet de tous les noms de personnages, de tous les litres de livres ou de périodiques qui y sont cités, car il en serait inutilement alourdi. On y trouvera du moins ceux qui offrent le plus d'intérêt, surtout à cause des documents très nombreux contenus dans cet ouvrage et qui se rapportent à ces noms.

Les Démocrates Chrétiens et le Modernisme

Les Démocrates Chrétiens et le Modernisme

Abbé Emmanuel Barbier

CHAPITRE PREMIER
Trop d'aplomb.

L'encyclique sur le modernisme atteint en pleine poitrine les membres les plus agissants du parti démocrate chrétien en France.
S'ils avaient reçu le coup avec quelque dignité, en silence, s'ils n'avaient pas eu l'impudeur et l'audace de se proclamer hautement indemnes, et même de faire tourner à leur glorification l'acte .dont ils devraient se sentir accablés, on eût respecté leur situation pénible et gardé tous les ménagements que la charité chrétienne commande envers ceux sur qui pèse l'humiliation.

Les erreurs du Sillon

Les erreurs du Sillon

Abbé Emmanuel Barbier

AVANT-PROPOS

Loin de nous la pensée de mettre en cause l'universalité des groupements rattaches au Sillon. Nombre d'entre eux restent etrangers aux spéculations perilleuses et sont composes de jeunes gens donnant l'exemple d'une activité, d'un devouementet d'un zele pour la defense religieuse et sociale quimeritent vraiment des eloges sans restrictions. » Ces lignes, ecrites dans l'avant-propos des Idées du Sillon, reviennent naturellement sous ma plume au moment de commencer ce nouvel ecrit. Mais, ajoutais-je, il n'en est pas de même partout. En serait-il de meme longtemps? Ge sont les idées qui menent le monde. M. Marc Sangnier remue trop puissamment le Sillon dans lequel il jette les siennes, pour que cette moisson ne germe pas.

La liberté de conscience

La liberté de conscience

Abbé Guillaume Canet

PROLOGUE
COMMENT SE JUGE UN CONCOURS
I
Ce livre que nous offrons au public est né d'un concours ouvert, à la fin de 1888, avec un certain éclat, sur la grande et difficile question de la liberté de conscience.
Le but, nettement avoué du fondateur, était la glorification du célèbre centenaire de 1789.
Cette date fatidique et la composition du jury, choisi tout entier parmi les maîtres les plus considérables et les plus connus de l'Ecole rationaliste, indiquaient très clairement que, dans l'étude du problème proposé, la solution préférée ne serait pas celle du dogme catholique, quelle que fût d'ailleurs sa valeur intrinsèque, mais bien celle de la libre-pensée.

La libre-pensée contemporaine

La libre-pensée contemporaine

Abbé Guillaume Canet

INTRODUCTION

Les sophistes ont eu recours, dans tous les temps, à la redoutable puissance des mots .
Lorsque, au xvie siècle, un moine révolté entreprit de briser l'unité religieuse du monde chrétien , il s'appela la Réforme. Ce nom seul lui valut plus de conquêtes que son ardente parole et toute la protection intéressée des princes de l'Allemagne : Sous le prétexte de réformer, il s'attaqua à la constitution et aux dogmes les plus essentiels de l'Eglise. Ses partisans ravagèrent une partie de l'Europe, mirent nos villes à feu et à sang, renversèrent nos temples, brisèrent nos statues et jetèrent au vent les reliques de nos saints et les cendres de nos pères.

Les Nations frémissantes contre Jésus-Christ et son Église

Les Nations frémissantes contre Jésus-Christ et son Église

Abbé Joseph Lemann

Avertissements sous forme de discours et dédiés a ce qui reste de catholiques chez les nations.

Saint Paul a éprouvé une tristesse poignante au sujet des Nations. On l’ignore généralement. Il était devenu leur Apôtre. Contredit et maltraité par les Juifs, il avait dit : Je passe aux Nations. Un jour donc qu’il leur expliquait le mystère de la transposition des grâces sous la belle et saisissante image d’un olivier (Jésus-Christ) auquel on a retranché une partie de ses branches naturelles (les Juifs) pour enter sur lui des branches étrangères (les Nations) ; tout à coup, le cœur rempli d’émotion et d’inquiétude devant une vision d’avenir, il s’écria : « P renes garde, ô Nations; ne vous éleves point par l’orgueil, mais tenezvous dans la crainte.

Somme contre le catholicisme libéral (Tome 1)

Somme contre le catholicisme libéral (Tome 1)

Abbé Jules Morel

J'ai vu naître le catholicisme libéral. La révolution de 1830, ce 89 en récidive, avait enfanté cette autre révolution plus perturbatrice qu'elle-même. En effet, le catholicisme libéral, c'était la révolution de 89 approuvée, baptisée, sacrée par l'Eglise. Celui qui avait conçu cette pensée diabolique, sans savoir encore d'où elle lui venait, était l'abbé de Lamennais.

Somme contre le catholicisme libéral (Tome 2)

Somme contre le catholicisme libéral (Tome 2)

Abbé Jules Morel

Nous avons prouvé dans un précédent volume que le parti des Catholiques libéraux n'était ni une faction imaginaire, ni une erreur inoffensive. Il nous reste à prouver dans celui-ci que ce parti s'est infiltré presque partout, et que ceux qui le combattent avec le plus de talent ne sont pas toujours à l'abri de sa contagion.

La Souveraineté du peuple est une hérésie

La Souveraineté du peuple est une hérésie

Charles Maignen

INTRODUCTION

Ce qui divise la France en deux camps, ce n'est pas la forme du gouvernement, c'est le principe de l'autorité .
Nous sommes en présence de deux doctrines : celle de l'Église : « Tout pouvoir vient de Dieu », et celle de la Révolution : « Tout pouvoir vient du peuple. »
L'une et l'autre peuvent s'adapter aux différentes formes du pouvoir politique. La première a trouvé son application dans les républiques de Venise, de Gênes et des cantons Suisses, comme dans la monarchie française. La seconde a dominé les monarchies constitutionnelles, comme les trois républiques qui se sont succédées, en France, depuis la Révolution.

Les religions laïques, un romantisme religieux

Les religions laïques, un romantisme religieux

Dom Jean-Martial Besse

CHAPITRE PREMIER
LES RELIGIONS LAÏQUES

Il faut aux hommes une religion. C'est dans leur nature. Quelques individus parviennent à s'en passer. Mais ce ne sont, en temps ordinaire, que des exceptions. Ces phénomènes areligieux peuvent se multiplier dans des milieux et à des époques qui leur sont favorables. Leur nombre ne vaut point cependant contre la règle qui vient d'être formulée. De nos jours l'indifférence religieuse s'est extraordinairement développée. On peut y voir le résultat d'une épidémie morale, que les circonstances ont entretenue.

Le libéralisme est un péché

Le libéralisme est un péché

Don Sarda Y Salvany

INTRODUCTION

Ne vous alarmez pas, pieux lecteur, et ne débutez point par faire mauvaise mine à cet opuscule. Ne le rejetez pas avec effroi en le feuilletant, car si brûlantes, si embrasées, si incandescentes que soient les questions qu'il traite et que nous allons tirer au clair, entre nous, dans ces familières et amicales conférences, vous n'aurez pas les doigts brûlés ; le feu dont il s'agit ici n'étant que métaphore et rien de plus.
Je n'ignore point, et du reste vous allez vous hâter de me le dire pour excuser vos craintes, que vous n'êtes pas le seul à ressentir une invincible répulsion et une horreur profonde pour de pareils sujets.

Le mal social (Tome 1)

Le mal social (Tome 1)

Don Sarda Y Salvany

Amis lecteurs, dites-moi tout d'abord, dans toute la sincérité de vos cœurs, l'état social présent, l'état dans lequel se trouve le monde, est-il l'état normal, régulier, solidement constitué, dans lequel il doit se trouver ? Ne portez point vos regards au loin, et que votre imagination n'aille point s'égarer dans des régions inexplorées; ici même, dans votre patrie, dans votre province, dans votre propre localité, vous trouverez des faits sur lesquels vous pourrez baser votre réponse. Qu'il prenne la parole celui qui osera déclarer que tout va bien ; ou mieux qu'il se montre, afin que nous voyions tous si ce mensonge ne le fera pas rougir de honte. Et comment pourrez-vous tenir ce langage, si chaque jour, à chaque heure, à chaque instant, vous reconnaissez et déclarez le contraire ?

Le mal social (Tome 2)

Le mal social (Tome 2)

Don Sarda Y Salvany

Il nous est impossible de rester indifférents en
présence du mouvement qui prétend s'établir
en Espagne (i) dans l'opinion publique, à l'aide
du libéralisme, en faveur des Juifs. Que leur
nombre atteigne ou non, en ce moment, le
chiffre de soixante mille, c'est là, à notre humble avis, un point qui ne saurait avoir une grande
importance. Il nous semble, du reste, que la
question peut être immédiatement tranchée dans
un sens négatif. Les fils d'Israël donneront une
nouvelle preuve de leur perspicacité proverbiale en n'exposant ni leurs trésors ni leurs personnes
pour accepter la singulière hospitalité qu'on leur
octroie aujourd'hui, mais qui pourrait se convertir demain, même de la part de leurs plus chauds
ennemis, en une persécution plus impitoyable et
plus cruelle que celle qu'ils souffrent à l'heure
actuelle dans les nations septentrionales.

Le mal social (Tome 2)

Le mal social (Tome 2)

Don Sarda Y Salvany

LE LAÏCISME CATHOLIQUE

1 Vous ne trouverez pas étonnant, amis lecteurs, qu'en présence d'un sujet d'une importance si capitale, je déplore aujourd'hui plus que jamais ma faiblesse et mon insuffisance. C'est un sujet que je n'ai point choisi au hasard, mais qui m'a été fourni et comme irrésistiblement imposé par les circonstances; un sujet que vous aurez déjà deviné par les paroles si graves du Vicaire du Christ que j'ai cru devoir placer en tête de ce travail, dont elles sont un résumé, et que je vous demande la permission de reproduire ici : « Une cause si noble et si grande, dit le Pape en parlant de la défense des intérêts religieux et sociaux contre la franc-maçonnerie, appelle à son secours la coopération des séculiers qui joignent la probité et la science à l'amour de la religion et de la patrie ».

L'illusion libérale

L'illusion libérale

Louis Veuillot

Sentant l'hérésie.... J'ai compris, il y a quelques jours, la vérité et la profondeur de cette expression, en écoutant longuement causer un homme, le plus honnête que l'on puisse imaginer, dévot, occupé de bonnes œuvres, érudit, ardent, plein de belles illusions; plein aussi, hélas ! de lui même, et,
tout à l'heure, plein de mauvaise foi.
Il s'était proclamé catholique obéissant, mais surtout catholique « libéral. »

Les libres penseurs

Les libres penseurs

Louis Veuillot

J'appelle « libres penseurs » comme ils se nomment eux-mêmes, les lettrés ou se croyant tels qui, par livres, discours et pratiques ordinaires, travaillent sciemment à détruire en France la religion révélée et sa morale divine. Professeurs, écrivains, législateurs, gens de banque, gens de palais, gens d'industrie et de négoce, ils sont tout, ils font tout, ils règnent ; ils nous ont mis dans la situation où nous sommes, ils l'exploitent et l'empirent.

Du modérantisme ou, de la fausse modération

Du modérantisme ou, de la fausse modération

Luigi

DU MODERANTISME ou DE LA FAUSSE MODERATION

Deux conditions sont absolument indispensables pour être vrai chrétien d'abord, et ensuite pour produire la plus grande somme
de bien possible, chacun dans la position qu'il occupe. La première de ces conditions, c'est de savoir n'être rien et de
vouloir n'être rien. Tous les vrais ouvriers de Dieu, à commencer par les apôtres, ont eu ce savoir et cette volonté. Dieu, a dit
l'apôtre St. Paul, a choisi ce qu'il y a d'ignoble et de méprisable en ce monde; il a choisi ce qui n'est rien pour détruire ce qui
est. Ignobilia mandi et contemptibilai elegit Deus, et ea quae non sunt, ut ea quœ sunt destrueret.

La Démocratie chrétienne

La Démocratie chrétienne

Mgr Henri Delassus

Un double incident, qu'il est inutile de spécifier, survenu au diocèse de Cambrai, dans le second semestre de l'année 1911 , y suscita des souvenirs, des regrets et des væux : souvenirs de luttes, regrets d'un passé d'union et de concorde, veux d'apaisement dans la rencontre de tous les esprits dans la vérité.
Pour la mettre en lumière, le directeur de la Semaine reli gieuse, que ces deux incidents avaient visé, y publia une série de sept articles. Sa pensée, en montrant l'existence et les agissements d'un parti, l'existence et les enseignements d'une école , qui se glorifiaient l'un et l'autre de leur NOUVEAUTÉ, était d'écarter enfin la cause des divisions dont le diocèse souffrait depuis trop longtemps . Il espérait que ces enseigne ments et ces agissements mis à nu porteraient les cæurs droits et les esprits sincères à écarter définitivement toute cause de division dans leur esprit d'abord, puis dans le diocèse.
Aujourd'hui, faisait- il observer, et c'est par là qu'il débutait, aujourd'hui, il y a chez nous division ; c'est un fait que tous constatent et déplorent.

Où allons-nous ?

Où allons-nous ?

Mgr Jean-Joseph Gaume

A LA FAMILLE, ET A CHACUN DE SES MEMBRES : PÈRE, MÈRE, ENFANT, JEUNE HOMME, VIEILLARD.

Quel mal vous a-t-il fait?

I. L'heure fatale approchait. Les puissances de ténèbres étaient déchaînées; et voilà que tout un peuple, saisi d'un esprit de fureur et de vertige, s'empare du JUSTE. Ses propres disciples, élevés à son école, noyrris de son pain, comblés de ses caresses; ses disciples, qui viennent de lui jurer une fidélité à toute épreuve , l'abandonnent, le renient : un d'eux l'a trahi. Garrotté comme un malfaiteur, il est promené de tribunaux en tribunaux, parles rues d'une grande cité. Hommes, femmes, enfants, magistrats, vieillards aux cheveux blancs, tous sont accourus et forment le tumultueux cortège.

Où en sommes-nous ?

Où en sommes-nous ?

Mgr Jean-Joseph Gaume

Le christianisme est le soleil de l'humanité : lux mundi. Partout où il règne, brille la lumière et s'épanouir la vie. Partout où il s'éteint, les ténèbres et la mort. Un coup d'œil jeté sur la mappemonde, et la preuve est faite . Par une conséquence nécessaire, le jour où le christianisme cessera d'éclairer les nations, comme nations, sera pour le monde le crépuscule du dernier soir .

Hommage aux jeunes catholiques-libéraux

Hommage aux jeunes catholiques-libéraux

Mgr de Ségur

Aux jeunes gens.

Mes amis, permettez-moi de vous faire hommage de ce petit écrit, qui n'est au fond qu'un appel à votre foi et à votre bonne foi. Il renferme des choses très-importantes, et que la plupart d'entre vous ne connais sent assurément pas , ou du moins qu'ils ont parfaitement oubliées.
Un catholique, vous le savez, c'est un enfant de l'Église de JÉSUS-CHRIST, qui croit d'une ferme foi tout ce que Dieu lui enseigne par la bouche du Chef de l'Église, lequel ne peut se tromper, du moment qu'il parle et enseigne officiellement. Pour un catholique, écouter le Pape, c'est écouter JÉSUS-CHRIST, c'est entendre DIEU.

Le Pape

Le Pape

Mgr de Ségur

I
On ne parle plus que du Pape.
Qu'est-ce donc que le Pape ?
Le Pape est le Chef de la religion chrétienne.
La religion n'a qu'un chef qui est JÉSUS Christ dans les cieux ; mais sur la terre ce divin chef a un représentant visible, un Vicaire, un dépositaire de sa toute -puissance spirituelle ; ce Vicaire du Christ, ce représentant de Dieu, ce Grand - Prêtre de la religion chrétienne, c'est le Pape , évêque de Rome et successeur de saint Pierre .