Du pape et du concile ou doctrine complète de Saint Alphonse de Liguori sur ce double sujet

Père Jules Jacques

Du pape et du concile ou doctrine complète de Saint Alphonse de Liguori sur ce double sujet

PREMIER TRAITE.
LE SUPRÊME PONTIFICAT
CONSIDÉRÉ DANS SA NÉCESSITÉ, SON AUTORITÉ, ET SON INFAILLIBILITÉ.

CHAPITRE I.
DE LA NECESSITE d'UiN CHEF SUPRÊME DANS l'ÉGLISE POUR MAINTENIR l' UNITE DE DOCTRINE. — SAINT PIERRE FUT CE CHEF SUPRÊME.
ARTICLE I NOTIONS PRÉLIMINAIRES.

Pour qu'il y eût dans le gouvernement de l'Eglise un ordre parfait, il ne suffisait pas qu'un certain nombre de ministres sacrés fussent destinés à lui prêter leu'r concours et qu'ils fussent rangés dans les différents degrés de la hiérarchie ecclésiastique, d'après les différents ministères qu'on y exerce ; mais il fallait encore qu'ils fussent subordonnés les uns aux autres, afin que toutes les parties de l'Eglise pussent se réduire à une unité parfaite. C'est pourquoi on distingue dans l'Eglise le pouvoir d'Ordre du pouvoir de Juridiction, comme on distingue entre le droit de commander et l'obligation d'obéir. Aussi, a-t-on tou- jours regardé comme nécessaire dans l'Eglise, la mission des ministres conférée par leurs supérieurs.