La cité mystique de Dieu - vie de la Très-Sainte Vierge Marie (Tome 5)

Vénérable Maria d'Agreda

La cité mystique de Dieu - vie de la Très-Sainte Vierge Marie (Tome 5)

CHAPITRE XV
On amène notre Sauveur Jésus-Christ lié chez le pontife Anne. - Ce qui arriva dans cette circonstance, et ce que sa très-sainte Mère y souffrit.

Il faudrait, pour parler dignement delà passion, des opprobres et des souffrances de notre Sauveur Jésus- Christ, se servir de paroles si vives et si éloquentes, qu'elles pussent pénétrer plus avant qu'une épée à deux tranchants, et atteindre par une profonde blessure jusqu'aux fibres les plus secrètes de nos cœurs. Les peines de cet adorable Seigneur ne furent point communes, et il n'y aura jamais de douleur semblable à la sienne. Sa personne sacrée n'était point comme celle des autres enfants
des hommes; il ne souffrit point pour lui-même ni pour ses péchés, mais pour nous et pour nos propres crimes. Il ne faut donc pas que les termes dont nous nous servons pour parler de ses souffrances soient communs, mais extraordinaires et efficaces, afin de nous en faire concevoir un juste sentiment.