La mère des chrétiens et la reine de l'église

Abbé Joseph Lemann

La mère des chrétiens et la reine de l'église

On a généralement le tort de quitter trop tôt le Cénacle, dans l'explication des faits de la primitive Église. On s'occupe de cette salle célèbre quand il s'agit de l'institution du grand sacrement d'amour et de la descente du Saint-Esprit; puis l'attention s'en détourne, et le Cénacle demeure solitaire comme un monument historique. C'est là non seulement une lacune, mais encore un dommage dans la compréhension de l'unité : on perd un fil conducteur.