Histoire partiale, histoire vraie (Tome 4)

M. Jean Guiraud

Histoire partiale, histoire vraie (Tome 4)

CHAPITRE PREMIER
Origine des accusations portées contre les Jésuites SOMMAIRE. — Institution canonique de la Compagnie de Jésus. — Son établissement légal en France malgré la coalition des gallicans. — Jésuites, ordre enseignant. — Décadence des Universités. — Multiplication et prospérité des collèges de Jésuites. — Exclusivisme et galli- canisme de l'Université. — Procès de 1564. — Etienne Pasquier ; son caractère ; ses mœurs. — Procès de 1594. — Antoine Arnauld ; ses origines protestantes ; son ca- ractère. — Violence de sa plaidoirie. — Accusations de Pasquier et d'Arnauld sans cesse rééditées jusqu'à nos jours. — Résumé de ces accusations.

Nulle société n'a été plus combattue que la Société de Jésus. Depuis ses origines, dans la première moitié du xvi^ siècle, jusqu'à nos jours, elle s'est trouvée en butte aux attaques de toutes sortes : attaques de tous les ennemis déclarés de l'Église, protestants, philosophes, libres penseurs, qui la reconnaissaient pour l'un des plus solides soutiens de l'orthodoxie catholique; attaques des gallicans et des jansénistes, qui détestaient en elle la milice consacrée par un vœu spécial au service de la papauté ; attaques de^ gouvernements monarchiques, auxquels les Parlements et les Universités la dénonçaient comme l'adversaire de leur absolutisme centralisateur ; attaques des gouvernements démocratiques, jaloux d'une puissance qui ne se réclamait pas de la volonté populaire et rappelait à l'étatisme révolutionnaire les droits souverains de Dieu et de la conscience religieuse. Pen- dant près de quatre siècles, le procès de la Société de Jésus a été instruit sans relâche ...