Considérations sur la France

Joseph de Maistre

Considérations sur la France

CHAPITRE PREMIER.
DES REVOLUTIONS.
Nous sommes tous attachés au trône de l'Être suprême par une chaîne souple, qui nous retient sans nous asservir.
Ce qu'il y a de plus admirable dans l'ordre universel des choses, c'est l'action des êtres libres sous la main divine. Librement esclaves, ils opèrent tout à la fois volontairement et nécessairement : ils font réellement ce qu'ils veulent , mais sans pouvoir déranger les plans généraux.
Chacun de ces êtres occupe le centre d'une sphère d'activité, dont le diamètre varie au gré de l'éternel géomètre, qui sait étendre, restreindre, arrêter ou diriger sa volonté, sans altérer sa nature.