Des rapports de l'homme avec le démon (Tome 4)

Maître Joseph Bizouard

Des rapports de l'homme avec le démon (Tome 4)

On a vu sur la fin du dix-septième siècle les lois sur la sorcellerie perdre de leur sévérité. On punissait encore de peines corporelles les pratiques superstitieuses : c'était uniquement quand on y joignait l'impiété et le sacrilège, « sous prétexte de prétendues magies, » que le coupable était puni de mort.