catéchisme

CATÉCHISME 
& SERMONS

Les livres contenant les principes de la foi chrétienne

Abrégé de l'explication du catéchisme

Abrégé de l'explication du catéchisme

Abbé Ambroise Guillois

Demande. Qu'est- ce que Dieu ? - Réponse. Dieu est un esprit infiniment parfait.
Mes enfants, il y a quelques années, vous n'existiez pas, vous étiez dans le néant. Qui vous en a fait sortir ? Sont-ce vos parents ? Non, sans aucun doute ; et la mère de chacun de vous peut dire avec autant de vérité que la mère des Machabées à ses fils : « Je ne sais comment vous avez été formés dans mon sein : car ce n'est point moi qui vous ai donné l'âme, l'esprit et la vie, ni qui ai joint tous vos membres « pour en faire un corps » C'est à Dieu, mes enfants, que vous devez l'existence et la vie, et par ce mot DIEU il faut entendre un esprit infiniment parfait.

Explication historique, dogmatique, morale, liturgique et canonique du catéchisme (Tome 1)

Explication historique, dogmatique, morale, liturgique et canonique du catéchisme (Tome 1)

Abbé Ambroise Guillois

Pourquoi, mes chers enfants, êtes-vous réunis dans cette enceinte ? C'est pour y apprendre un secret admirable : le secret de vivre en paix avec vous-mêmes et avec vos semblables; le secret de plaire à Dieu et d'être estimés des hommes qui ne peuvent s'empêcher de rendre hommage à la vertu et à la piété ; le secret de devenir riches et d'amasser d'immenses trésors ; le secret, enfin, d'être heureux en ce monde, et de vous assurer, après cette vie, un bonheur éternel.

Explication historique, dogmatique, morale, liturgique et canonique du catéchisme (Tome 2)

Explication historique, dogmatique, morale, liturgique et canonique du catéchisme (Tome 2)

Abbé Ambroise Guillois

Deuxième partie.
De la morale, des péchés et de la grace.

D. Suffit-il, pour être sauvé, de croire les vérités que l'Église nous enseigne ?
R. Non , il faut encore pratiquer les vertus chrétiennes, et observer fidèlement les commandements de Dieu et de l'Église.

Explication historique, dogmatique, morale, liturgique et canonique du catéchisme (Tome 3)

Explication historique, dogmatique, morale, liturgique et canonique du catéchisme (Tome 3)

Abbé Ambroise Guillois

Troisième partie.
Des sacrements et de la prière.

Dans cette première leçon, nous parlerons d'abord des sacrements en général, puis de certains objets qui ont quelque rapport, quelque analogie avec les sacrements, quoiqu'ils n'en fassent-point partie, et qu'on appelle les sacramentaux.

Explication historique, dogmatique, morale, liturgique et canonique du catéchisme (Tome 4)

Explication historique, dogmatique, morale, liturgique et canonique du catéchisme (Tome 4)

Abbé Ambroise Guillois

Quatrieme partie.
Liturgie, fêtes, dévotions et confréries.

D. Que faut-il entendre par liturgie ?
R. La liturgie est l'ensemble des rites et des cérémonies prescrites par l'Église pour l'accomplissement régulier des différentes fonctions ecclésiastiques.

Catéchisme de Léon XIII

Catéchisme de Léon XIII

Abbé Cerceau

AVERTISSEMENT
Faire connaître à tous les hommes les trésors de la doctrine catholique, tel est le but que s'est proposé tout particulièrement le Souverain Pontife, Léon XIII, dès le commencement de son Pontificat. C'est lui-même qui le dit, dans un discours adressé au Sacré Collège, le 2 mars 1890 : « Nous avons cra, dès le commencement de Notre Pontificat, que Notre tâche toute spéciale était de montrer au monde les grands trésors de la doctrine catholique, soit parce que beaucoup ne la connaissent pas, soit parce que d'autres la dénaturent, la calomnient et la combattent. »

Le purgatoire d'après les révélations des saints

Le purgatoire d'après les révélations des saints

Abbé Louis-Eugène Louvet

La dernière heure a sonné pour le chrétien mourant ; l'Église a répandu sur lui ses dernières bénédictions avec ses dernières prières, il a reçu pour la dernière fois le par don de ses fautes, pour la dernière fois aussi il a senti le cœur de Jésus reposer sur son cœur dans le Sacrement de l'amour ; l'ami de la première communion, en apprenant que son ami est malade, a quitté son tabernacle pour venir le visiter; porté entre les mains de son prêtre, il a passé inaperçu dans les rues de nos grandes cités, ou bien, suivie quelques fidèles, il s'est acheminé le long des sentiers de la campagne; il est entré dans cette chambre funèbre, transformée pour le moment en sanctuaire, il a reposé un instant sur ces lèvres que la mort va glacer, et dans un dernier et mystérieux colloque avec l'âme, ...

Le grand catéchisme de Canisius (Tome 1)

Le grand catéchisme de Canisius (Tome 1)

Canisius

A qui doit-on attribuer le nom de chrétiens?
On doit appeler chrétiens ceux qui professent la saine doctrine de Jésus-Christ, vrai Dieu et vrai homme, dans l'Eglise qu'il a fondée..

Le grand catéchisme de Canisius (Tome 2)

Le grand catéchisme de Canisius (Tome 2)

Canisius

Y a-t-il pour les chrétiens d'autres commandements à observer que ceux du Décalogue ?

Le grand catéchisme de Canisius (Tome 3)

Le grand catéchisme de Canisius (Tome 3)

Canisius

Qu'est-ce que le sacrement de pénitence ?
C'est le sacrement dans lequel on reçoit d'un prêtre l'absolution des péchés qu'on a commis , après qu'on lui en a témoigné son regret en lui en faisant une exacte confession.

Le grand catéchisme de Canisius (Tome 4)

Le grand catéchisme de Canisius (Tome 4)

Canisius

Quels sont les péchés appelés spécialement péchés d'autrui?
On appelle particulièrement de ce nom les péchés qui, quoique commis par d'autres que nous, nous sont cependant imputés à juste titre, et nous feraient encourir notre condamnation au tribunal de Dieu.

Le grand catéchisme de Canisius (Tome 5)

Le grand catéchisme de Canisius (Tome 5)

Canisius

Qu'est-ce que l'aumône?
L'aumône est un bien fait par lequel, touchés de compassion, nous soulageons la misère d'autrui. Elle nous est recommandée par ces paroles de l'ange Raphaël adressées à Tobie ...

Le grand catéchisme de Canisius (Tome 6)

Le grand catéchisme de Canisius (Tome 6)

Canisius

Qu'entend-on par les quatre fins dernières de l'homme?
Les quatre fins dernières de l'homme sont la mort, le jugement, l'enfer et le royaume des cieux. On appelle ces quatre choses d'un tel nom, parce qu'elles viennent en dernier lieu parmi tous les accidents qui peuvent survenir à l'homme.

Le grand catéchisme de Canisius (Tome 7)

Le grand catéchisme de Canisius (Tome 7)

Canisius

Il ne saurait être permis à un chrétien, jouissant de l'usage de sa raison, de tenir sa foi en suspens sur les vérités révélées que l'Eglise catholique lui propose de croire.

Outre le canon que nous venons de rapporter du concile de Trente, nous pouvons citer de même, à l'appui de cette proposition fondamentale, un autre canon, le huitième de la même session du saint concile, et conçu en ces termes : « Si quelqu'un dit que les fidèles baptisés sont libres par rapport à tous les préceptes de la sainte Eglise contenus dans l'Ecriture ou dans la tradition, au point qu'ils ne soient obligés de les observer qu'autant qu'ils voudront eux-mêmes s'y soumettre; qu'il soit anathème. »

Catéchisme catholique

Catéchisme catholique

Cardinal Gasparri

QUELQUES NOTIONS UTILES OU NÉCESSAIRES A TOUS LES CHRÉTIENS

I. - Signe de la Croix.

Au nom du Père du Fils et du Saint-Esprit.
Ainsi soit-il.

II - Oraison dominicale.

Notre Père qui êtes aux cieux,
qui votre nom soit sanctifié,
que votre règne arrive,
que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donnez aujourd'hui notre pain quotidien;
pardonnez-nous nos offences, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés,
et ne nous laissez pas succomber à la tentation, mais délivrez-nous du mal. Ainsi soit-il.

Le catéchisme romain ou, l'enseignement de la doctrine chrétienne (Tome 1)

Le catéchisme romain ou, l'enseignement de la doctrine chrétienne (Tome 1)

Chanoine Bareille

PREMIÈRE PARTIE
Le Symbole

Le mot Catéchisme paraît pour la première fois, chez les Latins, dans la lettre de saint Ambroise à la reine des Marcomans, dont nous avons déjà parlé ; il y est synonyme de catéchèse. Ce n'est que très tard qu'il a été employé au sens actuel. Il désigna d'abord l'enseignement familier et rudiinentaire donné aux jeunes baptisés ou aux ignorants, ensuite le manuel pédagogique, méthodiquement distribué en leçons, que les enfants doivent apprendre par cœur et dont ils doivent recevoir l'explication d'un catéchiste autorisé.

Le catéchisme romain ou, l'enseignement de la doctrine chrétienne (Tome 2)

Le catéchisme romain ou, l'enseignement de la doctrine chrétienne (Tome 2)

Chanoine Bareille

PREMIÈRE PARTIE
Le Symbole II

Dieu existe ; le monde existe : quels sont exactement les rapports de Dieu et du monde? Cette question a toujours été pour l'esprit humain une pierre d'achoppement. Elle était pourtant résolue en termes assez clairs dans l'Ancien Testament et connue par les Juifs : Dieu l'avait révélée. Mais elle resta elle resta étrangère aux croyances populaires, et la philosophie antique ne l'accepta jamais, essayant d'expliquer l'existence du monde en partant de ce principe : ex nihilo nihil.

Le catéchisme romain ou, l'enseignement de la doctrine chrétienne (Tome 3)

Le catéchisme romain ou, l'enseignement de la doctrine chrétienne (Tome 3)

Chanoine Bareille

DEUXIÈME PARTIE
La Grâce et les Sacrements I

ENCYCLIQUE
« PASCENDI DOMINICI GREGIS »
sur le Modernisme

Gravité des erreurs modernes - « Ce qui exige surtout que nous parlions sans délai, c'est que, les artisans d'erreurs, il n'y a pas à les chercher aujourd'hui parmi les ennemis déclarés. Ils se cachent, et c'est un sujet d'appréhension et d'angoisse très vives, dans le sein même et au cœur de l'Eglise, ennemis d'autant plus redoutables qu'ils le sont moins ouvertement. Nous parlons d'un grand nombre de catholiques laïques et, ce qui est encore plus à déplorer, de prêtres qui, sous couleur d'amour de l'Eglise, absolument courts de philosophie et de théologie sérieuses, imprégnés au contraire jusqu'aux moelles d'un venin d'erreur puisé chez les adversaires de la foi catholique, se posent, au mépris de toute modestie, comme rénovateurs de l'Eglise; qui, en phalanges serrées, donnent audacieusement l'assaut à tout ce qu'il y a de plus sacré dans l'œuvre de Jésus-Christ, sans respecter sa propre personne qu'ils abaissent, par une témérité sacrilège, jusqu'à la simple et pure humanité.

Le catéchisme romain ou, l'enseignement de la doctrine chrétienne (Tome 4)

Le catéchisme romain ou, l'enseignement de la doctrine chrétienne (Tome 4)

Chanoine Bareille

DEUXIÈME PARTIE
La Grâce et les Sacrements II

Les Sacrements

L'étude des sacrements est à la fois l'une des plus importantes et des plus difficile de la théologie. Son importance se mesure au rôle pratique que jouent dans la vie chrétienneces instruments de la grâce. La science des sacrements, dit le Catéchisme Romain, si impérieusement recommandée par Dieu lui-même et si féconde en avantages précieux, exige des talents et un zèle particuliers. C'est en la développant fréquemment et avec soin que les pasteurs rendront les chrétiens dignes de participer convenablement et avec fruit à des choses aussi excellentes et aussi saintes, et qu'ils resteront fidèles eux-mêmes à cet ordre divin : « Ne donnez pas aux chiens ce qui est saint, et ne jetez pas vos perles devant les pourceaux. »

Le catéchisme romain ou, l'enseignement de la doctrine chrétienne (Tome 5)

Le catéchisme romain ou, l'enseignement de la doctrine chrétienne (Tome 5)

Chanoine Bareille

TROIXIÈME PARTIE
Les Commandements et la Prière I

Sans préambule, après avoir exposé le dogme, les rédacteurs du Catéchisme Romain entrent dans l'explication du Décalogue. Ils n'avaient pas, en effet, à justifier la morale traditionnelle et chrétienne, car elle était universellement admise, et nul système de morale « scientifique » ou « indépendante » n'était formulé. Nous n'en sommes plus là de nos jours. Tel est le désarroi actuel des intelligences et le trouble des idées qu'il y a, en morale, comme dans le domaine de la foi, une crise dont on ne saurait méconnaître l'étendue et la gravité. Impossible de rignorer, mais il importe de la signaler, car, au point de vue apologétique, elle constitue, par ses multiples efforts et son insuccès radical, un argument des plus significatifs en faveur de la « vieille morale. »

Le catéchisme romain ou, l'enseignement de la doctrine chrétienne (Tome 6)

Le catéchisme romain ou, l'enseignement de la doctrine chrétienne (Tome 6)

Chanoine Bareille

TROIXIÈME PARTIE
Les Commandements et la Prière II

Après les commandements de Dieu, les commandements de l'Église doivent être expliqués à leur tour ; ils méritent une attention spéciale, à cause de l'importance qu'ils ont dans la pratique de la vie chrétienne. Ce ne sont pas de simples conseils de perfection, mais des ordres positifs ou des défenses précises, émanés de l'autorité compétente, qui a le droit de les imposer, et concernant tous les fidèles, qui ont le devoir de s'y soumettre

Le catéchisme romain ou, l'enseignement de la doctrine chrétienne (Tome 7)

Le catéchisme romain ou, l'enseignement de la doctrine chrétienne (Tome 7)

Chanoine Bareille

QUATRIÈME PARTIE
Dimanches et Fêtes

Pour avoir un aperçu général de l'année liturgique, il suffit d'ouvrir un missel romain et d'en examiner les dispositions. C'est, en effet, le livre actuellement destiné par l'Eglise à la célébration de la messe tous les jours de l'année. L'emploi d'un tel livre est loin de remonter aux origines chrétiennes, car ce n'est qu'à partir du xm° siècle que l'usage s'en est répandu. Le plus ancien exemplaire d'un missel plénier est l'Ambrosianus du x° siècle. ...

Le catéchisme romain ou, l'enseignement de la doctrine chrétienne (Tome 8)

Le catéchisme romain ou, l'enseignement de la doctrine chrétienne (Tome 8)

Chanoine Bareille

QUATRIÈME PARTIE
Dimanches et Fêtes II

Dans l'explication des messes des dimanches qui suivent la Pentecôte, on chercherait vainement les harmonies qu'y remarquèrent les liturgistes du moyen âge, attendu que les pièces liturgiques qui les composent n'occupent plus la même place qu'alors. Ces messes, telles qu'elles sont aujourd'hui, n'en offrent pas moins, chacune prise à part et dans leur ensemble, des beautés de premier ordre et un intérêt des plus grands pour l'instruction et la piété. Nous laisserons pourtant de côté la question des chants, pour éviter trop de répétitions, et nous ne nous en tiendrons qu'aux lectures et aux prières, dont nous essaierons de dégager la note caractéristique et quelques-uns des enseignements qu'elles contiennent.. ...

Le catéchisme romain ou, l'enseignement de la doctrine chrétienne (Tome 9)

Le catéchisme romain ou, l'enseignement de la doctrine chrétienne (Tome 9)

Chanoine Bareille

Table chronologique des principaux faits liturgiques et des fêtes chrétiennes

PREMIER SIECLE

Le dimanche, ou jour du Seigneur, signalé par saint Paul et par l'auteur de la Didaché, comme le jour des réunions chrétiennes ; c'est le huitième jour, dont parle le pseudo-Barnabe, le jour du soleil, d'après Pline ; t. V, p. 363-363. L'acte principal du culte est le renouvellement de la cène ; t. VII. p. 50, 52.
Le jeûne chrétien fixé au mercredi et au vendredi, d'après la Didachê ; t. VI, p.59.

Explication pratique du catéchisme (Tome 1)

Explication pratique du catéchisme (Tome 1)

Chanoine Jean-Xavier Vétu

Demande. Qu'est-ce que le Catechisme ?
Réponse. Le Catéchisme est une Instruction familière, par demandes et par réponses, sur, les vérités et sur les devoirs de la Religion.

EXPLICATION.
L'Eglise étant chargée par Jésus- Christ d'instruire tous les hommes sur les vérités et les devoirs de la Religion, est obligée de mettre ses instructions à la portée de tous, afin que les ignorans aussi bien que les savans en profitent.
C'est pour cette raison qu'elle leur met entre les mains un Catéchisme, c'est-à-dire un livre où les vérités et les devoirs de la Religion sont exposés d'une manière simple et familière.

Explication pratique du catéchisme (Tome 2)

Explication pratique du catéchisme (Tome 2)

Chanoine Jean-Xavier Vétu

Chanoine Jean-Xavier Vétu - Explication pratique du catéchisme (Tome 2)

Demande. Pourquoi les Commandemens de Dieu et de l'Eglise nous sont- ils donnés ?
Réponse. C'est pour nous faire pratiquer les vertus chrétiennes, et fuir le péché.

EXPLICATION.
Tout ce que Dieu et l'Eglise nous commandent, n'a pour but que de nous faire éviter la damnation. On ne peut être sauvé qu'en pratiquant les vertus chétiennes, et en fuyant le péché. C'est pour notre bien et pour nous conduire au bonheur , que Dieu et l'Eglise nous imposent des lois : lois salutaires, dont l'observance conduit à la véritable vie, à la possession éternelle du souverain bien.

Explication pratique du catéchisme (Tome 3)

Explication pratique du catéchisme (Tome 3)

Chanoine Jean-Xavier Vétu

Demande. Qu'est- ce que la Penitence ?
Réponse. La Pénitence est un Sacrement qui remet les péchés commis après le Baptême.

EXPLICATION.
Dieu ne s'est pas contenté de nous donner la vie spirituelle par le Baptême ; comme nous pouvons perdre cette vie précieuse , il nous a préparé un moyen pour la recouvrer après l'avoir perdue. Ce moyen, c'est le sacrement de Pénitence, qui a la force de remettre tous les péchés commis après le Baptême. Que la miséricorde de Dieu est grande, quels sentimens de reconnoissance ne doit-elle pas exciter en nous !

Catéchisme catholique populaire

Catéchisme catholique populaire

Francois Spirago

Ce catéchisme dans sa forme actuelle est un livre d’instruction populaire, adapté aux besoins de notre époque, et un manuel pour les catéchistes et les prédicateurs. Ce sont surtout les parties .imprimées en petites lettres qui lui donnent ce caractère. L ’auteur croit du reste utile de donner les explications suivantes :
1. Ce catéchisme a trois parties : la première traite du dogme, la seconde, de la morale, la troisième, de la grâce. Dans la première partie, le Christ apparaît principalement comme docteur; dans la seconde, comme roi; dans la troisième, comme pontife.
Comme ce catéchisme répond avant tout à la question : pourquoi sommes-nous sur cette terre? et qu’il met particulièrement en relief la sublime destinée de l'homme, il convient singulièrement à notre époque matérialiste, sensuelle et avide de plaisirs. Les discours du Sauveur se rapporten t eux aussi, presque tous, à ce qui est seul nécessaire.

Recueil d'exemples appliqués au catéchisme catholique populaire

Recueil d'exemples appliqués au catéchisme catholique populaire

Francois Spirago

LA FOI.
Importance du Catéchisme.
Le Catéchisme catholique contient les principes de la vraie sagesse.
1. — La jeune Manon Phlipon, née à Paris 1764, fille d'un graveur, épousa Roland, plus tard ministre de Louis XVI, en 1780, et mourut sur l'échafaud en 1793. La future Madame Roland avait passé dans sa jeunesse pour une merveille d'érudition. Un parent lui avait prêté des ouvrages des philosophes de l'antiquité et des Saints Pères qu’elle avait lus avec autant d’avidité que peu de discernement.
On la présenta un jour à l'archevêque de Paris, qui, après avoir écouté pendant quelque temps les savantes tirades de la jeune pensionnaire, tourna sur ses talons et dit à la supérieure : «Achetez à cette petite fille un catéchisme de six sous.» L ’évêque avait raison : elle perdit bientôt la foi et mourut incrédule.

Catéchisme chrétien pour la vie intérieure

Catéchisme chrétien pour la vie intérieure

Mgr Jean-Jacques Olier

D. Qui est celui qui mérite d'être appelé chrétien ?
R. C'est celui qui a en soi l'Esprit de Jésus-Christ.

D. Qu'entendez-vous par l'Esprit de Jésus-Christ ?
R. Je n'entends pas son âme, mais le Saint-Esprit, qui habitait en lui.

D. A quoi connait-on qu'on a l'Esprit de Jésus-Christ ?
R. On le connaît aux inclinations qu'on a semblables aux siennes, en suite de quoi on vit comme lui.

Abrégé du catéchisme de persévérance

Abrégé du catéchisme de persévérance

Mgr Jean-Joseph Gaume

PREMIÈRE PARTIE
Contenant l'histoire et l'explication de la religion depuis le commencement du monde jusqu'à la venue du messie.

PREMIÈRE LEÇON

ENSEIGNEMENT VOCAL DE LA BELIGION
CATÉCHISME

Q. Quel est le but du Catéchisme de Persévérance?
R. Le but du Catéchisme de Persévérance est de faire persévérer dans l'étude et la pratique de la Religion les enfants qui ont fait leur première communion.
Q. Pourquoi est-il nécessaire de persévérer dans l'étude de la Religion après la première communion?
R. Il est nécessaire de persévérer dans l'étude de la Religion après la première communion ; 1° parce que les instructions qui précèdent la première communion sont très abrégées et s'oublient facilement ; 2° parce que le salut de plusieurs personnes dépendra peut-être de nos conseils et de nos leçons ; 3° enfin, parce que notre vie est exposée à beaucoup de peines que la Religion seule, bien connue et bien aimée, peut adoucir.

Catéchisme de persévérance (Tome 1)

Catéchisme de persévérance (Tome 1)

Mgr Jean-Joseph Gaume

La même foi catholique qui nous enseigne de la part de Dieu que le Verbe s'est fait chair et que JÉSUS-CHPen­dant la première année, remontant a ce commencement qui précède tous les com­mencements , nous adorons dans son essence ineffable le Dieu de l'éternité qui a créé le temps et toutes les creatures qui doivent vivre dans le temps. L'existence et les per­fections de cet être par excellence fixent d'abord notre attention. Nous disons sa puis­sance, sa sagesse, sa bonte, sa liberté, son immutabilité, sa providence.
Après avoir contemplé en lui-même, nous le considerons dans ses oeuvres. Avec les astres du matin, nous assistons au magnifique spectacle de la création de I'univers.
Chaque jour de cette grande semaine ajoute une nouvelle syllabe a ce mot que nous lisons enfin gravé en lettres de flamime au front de chaque creature : Dieu.

Catéchisme de persévérance (Tome 2)

Catéchisme de persévérance (Tome 2)

Mgr Jean-Joseph Gaume

CONNAISSANCE DE LA RELIGION

Existe-t-il une Religion? — Qu'est-ce que la Religion? — Peut-il y avoir plusieurs Religions? — De qui vient la Religion? — Quelle esl la vraie Religion? — La vraie Religion peut-elle changer? — Paroles de Bossuet et de saint Augustin. — Trait historique.

Quand, après une longue marche, le voyageur est arrivé au sommet d'une montagne, il aime à se reposer pour jeter un regard sur l'espace qu'il vient de parcourir : imitons-le, et suspendons un instant nos études pour repasser les leçons que nous avons apprises.

Catéchisme de persévérance (Tome 3)

Catéchisme de persévérance (Tome 3)

Mgr Jean-Joseph Gaume

Nous venons de quitter le monde ancien : aujourd'hui nous mettons le pied sur le monde nouveau, dans lequel doivent s'accomplir, se vérifier, se compléter les promesses, les figures, les prophéties, les enseignements, dont l'histoire a si longtemps occupé notre esprit et fait battre notre cœur. Avant d'aller plus loin, apprenons à connaître ce monde nouveau, témoin de tant de merveilles.
L'empire romain, qui, suivant la prophétie de Daniel, devait renverser et absorber tous les autres empires, était parvenu à son plus haut degré de gloire ; il embrassait dans son vaste sein presque toutes les nations connues.
Après une lutte longue et sanglante contre ses nombreux rivaux, Auguste, vainqueur par terre et par mer, était tranquillement assis sur le trône des Césars. La terre entière reposait dans la paix; s'il est permis de donner ce nom au calme momentané de l'esclave abruti et chargé de chaînes.

Catéchisme de persévérance (Tome 4)

Catéchisme de persévérance (Tome 4)

Mgr Jean-Joseph Gaume

NOUVEL ADAM, PAR L'ESPÉRANCE (SUITE).

Second moyen d'obtenir la grâce, les Sacrements. — Place que les Sacrements occupent dans le plan général de la Religion : ils se rapportent tous à l'Eucharistie. — Définition générale des Sacrements. — Éléments des Sacrements. — Cérémonies. — Preuves de l'institution divine des Sacrements. — Nécessité de leur institution fondée sur lajnature de l'homme. — Trait historique.

Le premier moyen d'obtenir la grâce, le plus universel et le plus facile, c'est la prière. Par ce mot il ne faut pas seulement entendre la prière mentale ou vocale, publique ou privée, telle que nous l'avons expliquée dans les leçons précédentes, mais encore les bonnes œuvres en général, comme la mortification, l'aumône, le travail, la souffrance, en un mot, tout ce que nous faisons ou endurons pour la gloire de Dieu.

Catéchisme de persévérance (Tome 5)

Catéchisme de persévérance (Tome 5)

Mgr Jean-Joseph Gaume

LE CHRISTIANISME ÉTABLI. (Ier SIÈCLE.)

Vie de l'Église : lutte éternelle. — Tableau du premier siècle. — Jour de la Pentecôte. — Discours de saint Pierre. — Confirmation de sa doctrine par des miracles. — Boiteux guéri. — Pierre et Jean mis en prison. — Église de Jérusalem. — Ananie et Saphire. — Élection des sept diacres. — Martyre de saint Etienne. — Avantage de cette mort et de la persécution. — Prédication de l'Évangile dans la Palestine. — Simon le Magicien.—Conversion de saint Paul.

L'histoire des quatre mille ans qui précèdent le Messie se résume en trois mots : Tout pour le Christ, le Christ pour l'homme, l'homme pour Dieu.
L'histoire des dix-huit siècles écoulés depuis la naissance du Messie, et de tous ceux qui s'écouleront jusqu'à la fin des temps, se résume aussi en trois mots : Tout pour le Christ, le Christ pour l'homme, l'homme pour Dieu.

Catéchisme de persévérance (Tome 6)

Catéchisme de persévérance (Tome 6)

Mgr Jean-Joseph Gaume

LE CHRISTIANISME CONSERVÉ ET PROPAGÉ.
(7e siècle.)

L'Eglise consolée : suite de la vie de saint Jean l'Aumônier; son amour de là pauvreté; histoire édifiante qu'il aimait à raconter; son testament . — Celui de sainte Perpétue. — Jugement de Dieu sur les Partîtes. — La vraie Croix est rendue.

Restons encore en Egypte pour étudier le Vincent de Paul de l'Orient, que la Religion, toujours la même dans son esprit aussi bien que dans sa foi, fera revivre aux yeux de l'Occident mille ans plus tard. Le saint patriarche d'Ale xandrie pardonnait aussi facilement les injures qu'il donnait l'aumône. Son Église avait au marché public plusieursplaces qui lui appartenaient et dont le loyer était employéau soulagement des pauvres. Un jour le sénateur Nicètas voulut disposer de ces places en faveur du trésor public. Le Saint s'y opposa. II s'ensuivit une grande contestation, et chacun se retira demeurant ferme dans ses sentiments. Le Saint ressentit un extrême déplaisir de ce qui venait de se passer.

Catéchisme de persévérance (Tome 7)

Catéchisme de persévérance (Tome 7)

Mgr Jean-Joseph Gaume

CULTE EXTÉRIEUR, OU LE CHRISTIANISME RENDU SENSIBLE.

L'avocat el le mathématicien. -Définition du culte intérieur et extérieur, son origine. — Cérémonies, rites, liturgie. — Culte extérieur nécessaire à l'homme, à la société. — Premier avantage du culte extérieur : il redit à nos sens toutes les vérités de la Religion, sous les patriarches, sous la loi de Moïse, sous l'Evangile.

« Vous ête s donc un ange ? vous ête s donc un pur esprit ? » Telles furent le s paroles qui , sans s'adresser à moi , retentirent à mo n oreille , lorsqu'au mois de septembre de l'année dernière , je prenais place dans une voiture publique en marche vers la capitale. Ces paroles, qui passaient de bouche en bouche , étaient accompagnées d'un sourire moqueur dont le mystère m'intrigua tout d'abord. Je me hasardai à demande le mot de l'énigme : un de mes nouveaux compagnons de voyage me répondit : « Vous avez vu ce s deu x messieurs qui viennent de descendre au relais ; le plus âgé est un avocat de Paris, l'autre un des plus habiles mathématiciens de notr e époque. Leur supériorité, leur facilité d'élocution les ont rendus maîtres de la conversation : autour d'eux., tout était en silence . La vue d'une église que nous avons aperçue par la portière a fait tomber le discours sur la Religion. « A quoi bon de s églises, a demandé l'avocat, le seul temple digne de l'Être suprême , n'est-ce pas l'univers ! Et puis, que signifie tout cet appareil extérieur que le s Catholiques déploient dans leurs exercices religieux ? tout cela n'est propre qu'à matérialiser la Religion. »

Catéchisme de persévérance (Tome 8)

Catéchisme de persévérance (Tome 8)

Mgr Jean-Joseph Gaume

LE CHRISTIANISME RENDU SENSIBLE (SUITE).

Trois roy Mères. —Sagesse de la loi de la purification. — Humilité et obéissance de Marie. — Exemple pour les mères chrétiennes. — Cérémonies des relevai! les. — Présentation. — Humilité et dévouement de l'enfant Jésus. — Sacrifice de Marie. — Rencontre du saint vieillard Simon. — Ses prédictions. — Son cantique de mort. — Origine de la fête de la Purification. — Sagesse de l'Église. — Dispositions a la fête.

Depuis Noël jusqu'à la Purification, l'Église nous retient en adoration devant l'enfant de Bethléem. Elle veut que nous nous pénétrions profondément des leçons qu'il nous donne : car sa crèche est une chaire éloquente du haut de laquelle il nous instruit. Quarante jours après la nativité du Sauveur, elle nous convoque solennellement ; mais ce n'est plus dans l'étable qu'elle offre le Dieu-Enfant à nos adorations. Le temple de Jérusalem va recevoir, pour la première fois, une victime digne du Dieu qu'on y adore. Partons pour la ville sainte, Marie nous précède, portant son fils entre ses bras : le vieillard qui est avec elle sur la poussière du chemin, c'est saint Joseph, le vertueux descendant de la royale lignée de David.

L'Angelus au XIXe siècle

L'Angelus au XIXe siècle

Mgr Jean-Joseph Gaume

PREMIÈRE LETTRE
Oubli de l'Angélus.

Paris, 31 mai 1872.

Aventure d*un voyageur en Terre-Sainte. — Désarmé et dépouillé par les Bédouins. — Son histoire est celle d'un grand nombre de chrétiens. — Trois Bédouins qui les désarment, — Nature des armes qu'il» leur enlèvent. — Dépouillent nt qu'ils subissent. — État malheureux ou ils sont réduits. — L'Angelus. — Objet et plan de cette correspondance.

MON CHER FRÉDÉRIC,
Je commence , comme tu vois, notre nouvelle correspondance, le dernier jour du Mois de Marie. Mon intention est de la mettre sous la protection de la Mère de miséricorde, dernier espoir du dixneuvième siècle. Voici, d'abord, une histoire. 11 y a peu de jours, je m'entretenais avec un de nos amis, revenu dernièrement du pèlerinage de Terre-Sainte. Écoute l'aventure qu'il me raconta.

L'eau bénite au dix-neuvième siècle

L'eau bénite au dix-neuvième siècle

Mgr Jean-Joseph Gaume

PREMIÈRE LETTRE
Paris, 25 septembre 1865.

Étudier la science divine : noble et utile pensée. — Affaiblissement de la science moderne. — Pourquoi étudier l'eau bénite. — Réponse à trois sortes de gens — Première raison d'étudier l'eau bénite : s'instruire. — L'eau bénite n'est pas connue. — Noble sujet d'étude. —. Utilité actuelle de la connaître. — Seconde raison : l'obligation de défendre la religion pour soi et pour les autres. — Obligation imposée à tous — Histoire de Néhémias.

MON CHER FRÉDÉRIC,

Je te remercie de la demande que tu m'adresses. Si elle me fait plaisir, elle te fait honneur. Il est beau, très beau de voir un jeune homme qui, tout en étudiant avec succès les sciences humaines, aspire vivement à connaître la science divine. Soit dit sans vouloir te flatter, c'est le signe d'une intelligence d'élite.

La génuflexion au XIXe siècle

La génuflexion au XIXe siècle

Mgr Jean-Joseph Gaume

PREMIERE LETTRE
Fuans, 16 juin 1876.

ce qu'est la génuflexion.

La Génuflexion considérée dans son essence. —Beau passage de Rupert. — Puissance de la Génuflexion.µ

Mon cher Frédéric,

Entre toutes les tâches que ton amitié m'a successivement imposées, celle d'aujourd'hui n'est pas la moins difDiffîcile, parce que Pacte dont il s'agit étant, au premier coup d'œil, d'une très-mince importance, la difficulté est d'en montrer la valeur et de lui concilier l'intérêt qu'il mérite. Or, cet intérêt, je le dis dès l'abord, est très-réel, et aujourd'hui très-grand.
Difficile, parce que, si rien n'est plus aisé que de définir la Génuflexion, rien peut-être ne demande, pour en faire concevoir une juste idée, plus d'étude et plus de soins. D'une part, c'est un sujet tout neuf : à ma connaissance, personne jusqu'ici ne l'a traité d'office.
D'autre part, c'est un sujet qui se rattache aux lois fondamentales de l'humanité. La Génuflexion est elle-même une loi : tu vas en convenir.

La profanation du dimanche

La profanation du dimanche

Mgr Jean-Joseph Gaume

Ire LETTRE .
Raison et plan de cette correspondance .
Nevers, 3 avril 1850.

I

MONSIEUR ET CHER AMI,
Pour répondre à vos désirs , je vous envoie les considérations que m'a dictées le rapide examen de la grande question dont vous faites depuis longtemps l'objet d'une étude approfondie. Rien n'est plus digne, en effet, des méditations d'un homme vraiment politique : la loi sacrée du repos hebdomadaire, étant le fondement de la Religion, est la sauvegarde des États. Aussi, vous avez mille fois raison de dire que si, en nos jours d'aberration, quelque chose avait le droit d'étonner, c'est assurément l'oubli général dans lequel on laisse un point de cette importance. Sans autre préambule, j'arrive à ma préface. Je la crois nécessaire; mais, rassurez-vous, elle ne sera pas longue.

La vie n'est pas la vie

La vie n'est pas la vie

Mgr Jean-Joseph Gaume

PREMIÈRE LETTRE.
Paris, 1er septembre 1868.

Objets de cette correspondance : détromper, consoler, éclairer. encoMPager. — L'erreur qui consiste à croire que la vie d'ici-bas c'est la vie, est de toutes les er- reurs la plus radicale, la plus cruelle, la plus désastreuse et malheureusement la plus répandue de nos jours. — La plus radicale : elle est la première. — Elle atteint l'homme dans le plus intime de son être. — Elle le fascine. — Anecdote. — La plus cruelle : elle le dégrade et le rend malheureux. — Ignobles définitions del'borame par les victimes de la grande erreur. — Noblesse de l'homme et du chrétien.

Mon cher Frédéric,
Si j'avais cent poitrines et cent voix, je ne cesserais de crier : hommes, mes amis et mes frères ! l'erreur la plus radicale, la plus cruelle, la plus désastreuse et malheureusement la plus répandue de nos jours, est de croire que la vie d'ici-bas c'est la vie.

Le bénédicité au XIXe siècle

Le bénédicité au XIXe siècle

Mgr Jean-Joseph Gaume

PREMIERE LETTRE
Fuans (Doubs), ler août 1877.

La salle à manger. — Ses noms. — Sa forme. — Le Cénacle de la Cène. — Richesse des salles à manger. — Pourquoi? — La table. — Étymolog'ie. — Matière. — Forme. — Richesse» — Table de Cicéron.

MON CHER FRÉDÉRIC,
Il est donc dit, que, malgré la neige qui commence à blanchir tes cheveux, tu n'as rien perdu de ta curiosité, ni de ton importunité. Non content de me persécuter à Paris, tu viens me relancer jusqu'au fond de ma campagne solitaire : chère campagne, si pleine des souvenirs de mon enfance et où j'essaie de réparer mes forces, dans un repos qui n'est troublé que par le chant des oiseaux et e bêlement des moutons. N'importe, tu veux que je disserte sur le Bénédicité.

Le cimetière au dix-neuvième siècle

Le cimetière au dix-neuvième siècle

Mgr Jean-Joseph Gaume

PREMIÈRE LETTRE
Fuans, 6 juin 1873.
La guerre aux cimetières, mot d’ordre actuel de la Révolution. — Lutte à outrance du bien et du mal. — Haine du cimetière. — Raisons de cette haine. — Deux enseignements opposés. — Influence et enseignement du christianisme, sur le corps de l’homme, sa dignité et le respect qui lui est dû, vivant et mort. — Paroles de Tertullien. — Influence et enseignement du paganisme : mépris du corps del'homme et sépulture de l’âme. — Les matérialistes flétris par Napoléon Ier.
.
Mon cher Frédéric,
Tu as raison : La guerre est aux cimetières.
Aux premiers jours de 89, on entendit retentir, dans toute la France, le cri sinistre : Guerre aux châteauxI Et des troupes de bandits saccagèrent sans pitié un grand nombre de riches habitations, très-hospitalières et glorieusement historiques : c'était l’annonce du branle-bas révolutionnaire.

Le signe de la Croix au XIXe siècle

Le signe de la Croix au XIXe siècle

Mgr Jean-Joseph Gaume

PREMIÈRE LETTRE
Paris, 25 novembre 1862.
État de la question. Le monde actuel ne fait plus, ou il fait rarement, ou il fait mal le signe de la croix. Les premiers chrétiens le faisaient, ils le faisaient souvent, ils le faisaient bien. Nous avons raison, et ils avaient tort ; ou nous avons tort , et ils avaient raison ; lequel des deux?

MON CHER FRÉDÉRIC ,

Il y a quinze jours à peine, les journaux annonçaient le naufrage du capitaine Walker. Ce récit , que nous lisions ensemble, était d'autant plus douloureux qu'il nous apprenait la mort de plusieurs passagers de notre connaissance. Le navire avait touché contre un écueil ; une large voie d'eau s'était déclarée. Malgré les efforts de l'é quipage , il fut impossible de la fermer. En moins d'une heure, la cale était inondée. Le navire descendait à vue d'ail au-dessous de sa ligne de flottaison.

À quoi sert le Pape ?

À quoi sert le Pape ?

Mgr Jean-Joseph Gaume

Non, ce n'est pas un rêve. Après dix-huit cents ans de christianisme, en plein dix-neuvième siècle, siècle, dit-on, de progrès et de lumière, dans les assemblées législatives, dans les salons, dans les cafés, dans les ateliers, dans l'intimité du foyer domestique, aussi bien dans les campagnes que dans les villes, des millions de créatures baptisées en sont venues à demander, avec une assurance qui désole : A quoi sert le Pape, le Pape-Roi surtout.

Instructions familières et lectures du soir sur toutes les vérités de la religion (Tome 1)

Instructions familières et lectures du soir sur toutes les vérités de la religion (Tome 1)

Mgr de Ségur

Il y a des gens qui savent beaucoup de choses, et qui cependant sont étrangers à la seule science nécessaire; il en est d'autres qui savent peu de choses, que l'on regarde comme des ignorants, et qui possèdent en réalité la véritable science. Les premiers sont les hommes, trop nombreux, hélas! qui ne veulent pas s'instruire de l'unique science nécessaire, de la science qui conduit au salut éternel, de la science de la Religion; ils savent ce que l'on peut ignorer sans danger, et ils ignorent ce que tout homme doit savoir en ce monde, sous peine de perdre son âme.

Instructions familières et lectures du soir sur toutes les vérités de la religion (Tome 2)

Instructions familières et lectures du soir sur toutes les vérités de la religion (Tome 2)

Mgr de Ségur

PREMIER ET DEUXIÈME COMMANDEMENTS DE L'EGLISE

LES FÊTES TU SANCTIFIERAS,
QUI TE SONT DE COMMANDEMENT.

Outre les cinquante-deux dimanches de l'année, l'Église nous ordonne, au nom de Notre-Seigneur Jésus-Christ, de sanctifier certains jours, quel'on appelle des Fêtes, et qui sont destinés à raviver dans le souvenir des chrétiens les principaux mystères de la vie du Sauveur et de sa Mère, ainsi que les triomphes des Martyrs et les vertus héroïques des Saints.

Je crois

Je crois

Mgr de Ségur

La même foi catholique qui nous enseigne de la part de Dieu que le Verbe s'est fait chair et que JÉSUS-CHRIST est Dieu fait homme, nous enseigne qu'il ya en Dieu trois personnes distinctes, toutes trois éternelles, infinies, adorables, égales en toutes choses, le Père et le Fils et le Saint-Esprit; et ces trois personnes divines possèdent chacune la plénitude de la divinité.Tel est en deux mots le mystère de la Sainte Trinité.
Le mystère de l'Incarnation, c'est l'une des trois personnes divines se faisant homme ; ce n' est pas Dieu en sa Trinité laquelle comprend les trois personnes.

L'Eglise

L'Eglise

Mgr de Ségur

L'Église et la Religion,

La Religion est le lien spirituel qui unit DIEU et l'homme; l'Eglise est la forme extérieure que Dieu lui-même a donnée à ce lien. La Religion est la connaissance, le service et l'amour du vrai DIEU; l'Église est la société de tous les hommes fidèles qui connaissent et pratiquent la Religion.
LÉglise est à la Religion ce que le corps est à l'âme. Le corps et l'âme créés par le même DIEU et unis ensemble composent l'homme vivant, l'homme tout entier. Ainsi en est-il dans le Christianisme, que JÉSUS-CHRIST a formé de deux éléments, l'un, spirituel et invisible, qui comprend la vérité religieuse, la sainteté, la vie de l'âme, etc., et l'autre, extérieur, visible et terrestre, qui comprend la hiérarchie des pasteurs, l'enseignement catholique, les sacrements, le culte divin, etc. ; l'un et l'autre sont d'institution divine, et leur union compose le Christianisme.

L'Enfer

L'Enfer

Mgr de Ségur

S'IL Y A VRAIMENT UN ENFER :

Il y a un enfer : c'est la croyance de tous les peuples, dans tous les temps

Ce que tous les peuples ont toujours cru, dans tous les temps, constitue ce qu'on appelle une vérité de sens commun, ou, si vous l'aimez mieux , de sentiment commun, universel. Quiconque se refuserait à admettre une de ces grandes vérités universelles n'aurait pas, comme on dit très justement, le sens commun. Il faut être fou , en effet, pour s'imaginer qu'on peut avoir raison contre tout le monde.
Or , dans tous les temps, depuis le commencement du monde jusqu'à nos jours, tous les peuples ont cru à un enfer. Sous un nom on sous un autre, sous des formes plus ou moins altérées, ils ont reçu, conservé et proclamé la croyance à des châtiments redoutables, à des châtiments sans fin , où le feu apparaît toujours, pour la punition des méchants, après la mort.

La Confession

La Confession

Mgr de Ségur

Parler de Confession dans le siècle des lumières, en plein dix -neuvième siècle ? c'est un peu fort ! Pour qui nous prend-on ? Pour des ultramontains ? Pour des cléricaux, des capucins, des jésuites ? Doucement, mon cher ; ne vous fâchez pas pour commencer. Écoutez-moi seulement, et, quand nous aurons fini, vous verrez que c'est vous qui avez tort et que c'est moi qui ai raison. En plein dix -neuvième siècle, ne faut-il pas croire ce qui est vrai, aimer ce qui est bien, respecter ce qui est respectable ? Or telle est cette Confession, après laquelle on crie, on déblatère sa fort dans tous les mauvais livres et dans tous les mauvais lieux. En vous parlant ici, je vous prends pour ce que vous êtes bien certainement : un chrétien, un brave homme, un esprit droit, un bon cœur. Je m'adresse à votre bon sens : prenez, lisez, et jugez !

La Très Sainte Communion

La Très Sainte Communion

Mgr de Ségur

En publiant cet opuscule sur la sainte Communion, mon but n'est pas d'éclairer les incrédules, mais de fortifier dans la piété et dans la confiance les chrétiens qui pratiquent déjà. Je voudrais leur élargir le cour, en leur faisant mieux comprendre ce Sacrement ineffable , qui est tout amour, et en leur faisant toucher du doigt l'inanité des préjugés jansénistes qui nous tiennent encore trop éloignés de la divine Eucharistie.
Je voudrais aider les bons prêtres dans leurs efforts pour ressusciter l'esprit de piété, et ramener, s'il se peut, l'antique ferveur par l'usage fréquent de la Communion, qui a sanctifié les premiers fidèles.
Je voudrais enfin contribuer pour ma faible part à cette grande œuvre de régénération qui préoccupe tout le monde, et qui ne peut se réaliser que par des miracles de grâce . Maintenant plus que jamais il nous faut des saints, et la Communion seule fait les saints.

La messe

La messe

Mgr de Ségur

A qui s'adresse cet opuscule?

Un peu à tout le monde, mais surtout à tous ceux chez qui le catéchisme n'est plus qu'à l'état de souvenir.
Il est vraiment douloureux , après plus de dix-huit siècles de christianisme, d'être obligé d'expliquer à des chrétiens ce que c'est que la Messe. Nous en sommes réduits là cependant, grâces au progrès des lumières d'en bas ,qui ont presque éteint la lumière d'en haut. A mesure que l'on apprend aux gens ce dont ils pourraient parfaitement se passer, ils désapprennent de plus en plus ce dont personne ne peut se passer ici-bas, sous peine de devenir et malheureux et pervers. Comme le démon se moque de nous, avec son beau progrès, avec sa fameuse science, avec tous les grands mots dont il affuble ses mensonges !

La piété enseignée aux enfants

La piété enseignée aux enfants

Mgr de Ségur

La piété est à la religion ce que la crème est au lait. La crême vaut encore mieux que le lait : la piété est supérieure encore à la religion , ou , pour mieux dire, elle est la religion pratiquée d'une manière plus parfaite et supérieure.
Les enfants sont beaucoup plus susceptibles de piété qu'on ne le pense généralement. Surtout aux approches de leur première communion, leurs petits cours s'ouvrent à l'amour du bon Dieu, comme, aux approches du printemps, localice des fleurs s'épanouit à la chaleur du soleil.
J'offre ce petit livre à tous les parents chrétiens, à toutes les personnes qui comprennent ce que renferme de sainteté et de fécondité la mission de l'éducation chrétienne des enfants ; comme il est basé tout entier sur l'expérience, j'ose espérer que, Dieu aidant, il pourra servir à à sanctification de l'enfance.

Le denier de Saint-Pierre

Le denier de Saint-Pierre

Mgr de Ségur

Qu'est-ce que le Denier de Saint-Pierre ?

On appelle ainsi une offrande faite au Pape par les catholiques, dans certains moments de crise où le Chef de l'Eglise a besoin d'argent. C'est un denier, c'est à dire une très- petite aumône qui est à la portée de tout le monde, des chrétiens les plus pauvres, des petits enfants, des ouvriers, des villageois, des servantes, en un mot des pauvres gens. Les riches sont conviés aussi au Denier de Saint-Pierre; mais les pauvres, loin d'en être exclus, sont les premiers invités à participer à cette grande œuvre catholique .

Le souverain pontife

Le souverain pontife

Mgr de Ségur

L'Église a besoin d'un Chef, parce que l'Église est un corps, et un corps vivant . Chaque chrétien est un membre de ce corps ; et l'ensemble des membres forme cette unité vivante que l'on appelle l'Église Catholique, c'est-à- dire la Société universelle des enfants de Dieu.
Jésus- Christ, Dieu -Homme, est le Chef naturel de cette société divino -humaine. Quel autre pourrait lui disputer cette préémincnce ? Il est à toute l'Église et à chaque membre de l'Église ce que la tête est au corps : le principe de vie.
Sans Chef , l'Église ne serait plus une ; ce serait un cadavre, un corps sans nom , ou plutôt ce ne serait plus un corps; ce ne serait plus qu'une multitude de membres épars, d'individus étrangers les uns aux autres ; ce ne serait plus une famille, une armée, un troupeau. L'unité de la famille vient du chef, qui est le père ; l'unité de l'armée vient du chef, qui est le général ; l'unité du troupeau vient du chef, qui est le pasteur .

Les Pâques

Les Pâques

Mgr de Ségur

Il y a quelques années, un missionnaire prèchait à Nancy une admirable retraite pour les militaires de la garnison. Chaque soir, l'église était encombrée d'auditeurs ; à côté des simples troupiers on voyait assidûment réunis au pied de la chaire des officiers de tout grade.
Quelques jours avant Pâques, le missionnaire reçut la visite d'un capitaine, homme d'esprit, droit et honnête, qui entama la conversation sur les grandes vérités chrétiennes, exposées dans les réunions précédentes. « J'ai bien la foi, dit cet officier ; qui ne l'a pas? Il n'y a qu'un triple ignorant, ou un triple corrompu qui soit de force à ne pas croire en Dieu, à ne pas croire à l'éternité , à ne pas croire en Jésus - Christ, et à nier la majesté de l'Église . Dieu merci! je n'en suis pas encore là. Et cependant j'ai dans l'esprit un je ne sais quoi d'embrouillé qui m'empêche d'y voir clair, d'y voir assez clair pour aller plus loin , pour pratiquer. » ...

Les trois roses des élus

Les trois roses des élus

Mgr de Ségur

L'Amour du Pape

Pourquoi tous les chrétiens dolvent aimer le Pape.

Parce qu'il est le Vicaire, c'est-à-dire le Représentant visible du bon DIEU sur la terre.
Dans son amour infini, Dieu a voulu des cendre et apparaître visiblement au milieu de nous ; et c'est pour cela qu'il s'est fait homme. Lui, le Créateur et le souverain Seigneur de tout ce qui existe, il s'est revêtu de notre humanité, au milieu des temps; et, dès lors , vrai Dieu et vrai homme tout ensemble, il a pris le nom sacré de Jésus. C'est ce que l'Église appelle « le mystère de l'Incarnation. »
Après nous avoir rachetés en mourant pour nous sur la croix , Jésus-CHRIST est ressuscité et est monté aux cieux , où il nous prépare à tous le bonheur éternel de son beau Paradis, si, pendant notre vie, nous lui sommes bien fidèles et si nous observons ses commandements.

Le péché originel

Le péché originel

Révérend Père Emmanuel

Petite introduction

Le naturalisme est la grande hérésie du temps présent.
Nous l’avons combattue, et la combattrons sans trêve, sans relâche, sans m erci. Elle est la négation complète de tout le christianisme, de tout ce que nous croyons, de tout ce que nous espérons, de tout ce que nous aimons.
Et comme il n’est rien que le naturalisme contemporain attaque comme le péché originel, nous nous proposons de donner un traité du péché originel.
Nous tenons à dire à nos lecteurs que nous ne leur donnerons pas des vérités diminuées. Nous dirons le vrai sans faiblir, et sans en rien gazer. Dim inuer les vérités sous prétexte de les rendre plus facilement acceptables, nous paraît simplement une trahison : que Dieu nous préserve d’un pareil malheur !

Catéchisme du Concile de Trente (Tome 1)

Catéchisme du Concile de Trente (Tome 1)

Sa Sainteté le Pape Pie V

Introduction
Où l'on traite de la nécessité des pasteurs dans l'Église , de leur autorité, de leurs fonctions, et des articles principaux de la Doctrine chrétienne.

Sommaire.

D. L'homme aurait - il pu connaitre par lui-même, et deviner par la seule raison , les devoirs que la religion lui impose envers Dieu ?
R. Non , et c'est pour cela que Dieu les lui a révélés , dès le commen cement du monde ; comme en font foi les traditions des peuples , tous les monuments historiques, et spécialement les croyances catholiques.
D. Comment la religion , une fois connue des hommes par le moyen de la révélation , s'est- elle conservée et propagée, dans toute la suite des siècles ?
R. Elle s'est conservée d'abord par la tradition des patriarches ; ensuite par les écrits et par l'enseignement des prophètes ; puis par l'établissement du sacerdoce judaïque, qui a duré depuis Moïse jusqu'à Jésus-Christ; et cnfin par la mission divine de Jésus-Christ, des Apôtres et de leurs successeurs légitimes.
D. Pour quelles raisons les Pères du concile de Trente ont- ils fait com poser un catéchisme ?
R. Pour plusieurs raisons. D'abord , à cause des hérésies qui se multi pliaient à l'infini, et pour conserver plus aisément partout l'unité de la foi. Ensuite , pour aider et pour diriger les pasteurs , dont le plus grand nombre n'a ni le temps ni les moyens nécessaires pour étudier et appro fondir toutes les parties de la doctrine catholique.

Catéchisme du Concile de Trente (Tome 2)

Catéchisme du Concile de Trente (Tome 2)

Sa Sainteté le Pape Pie V

Chapitre vingt-cinquième.
Du sacrement de l'extrême-onction.

D. Qu'est-ce que le sacrement de l'extrême-onction ?
R. C'est un sacrement particulier institué par Notre-Seigneur Jésus- Christ, pour remettre aux malades qui sont en danger de mort les restes de leurs péchés, et même leur rendre la santé, si cela est expédient pour leur salut.
D. Quelle est la matière de ce sacrement?
R. C'est l'huile consacrée par les évêques.
D. Quelle en est la forme?
R. La forme est dans les prières prononcées par le prêtre aux différentes onctions.

Sermons du vénérable serviteur de dieu Jean-Baptiste-Marie Vianney curé d'Ars (Tome 1)

Sermons du vénérable serviteur de dieu Jean-Baptiste-Marie Vianney curé d'Ars (Tome 1)

Saint Jean-Baptiste-Marie Vianney

Du 1er dimanche de l'Avent au Vendredi saint

Ce n'est plus mes frères, un Dieu revêtu de nos infirmités, caché dans l'obscurité d'une pauvre étable, couché dans une crèche, rassasié d'opprobres, accablé sous le pesant fardeau de sa croix; c'est un Dieu revêtu de tout l'éclat de sa puissance et de sa majesté, qui fait annoncer sa venue par les prodiges les plus effrayants, c'est-à-dire, par l'éclipse du soleil, de la lune, par la chute des étoiles, et par un entier bouleversement de la nature. ...

Sermons du vénérable serviteur de dieu Jean-Baptiste-Marie Vianney curé d'Ars (Tome 2)

Sermons du vénérable serviteur de dieu Jean-Baptiste-Marie Vianney curé d'Ars (Tome 2)

Saint Jean-Baptiste-Marie Vianney

Du dimanche de Quasimodo au XIe dimanche de la Pentecôte

Oui, M. F., le voilà arrivé et passé ce temps heureux où tant de chrétiens ont quitté le péché, le démon, et ont arraché leurs pauvres âmes d’entre les griffes de l’enfer, pour se remettre sous le joug aimable du Sauveur. Ah ! plût à Dieu que nous fussions nés dans le temps heureux des premiers chrétiens, qui voyaient venir ce moment avec une sainte allégresse! 0 beau jour! ô jour de salut et de grâce, qu’êtes-vous devenu? ...

Sermons du vénérable serviteur de dieu Jean-Baptiste-Marie Vianney curé d'Ars (Tome 3)

Sermons du vénérable serviteur de dieu Jean-Baptiste-Marie Vianney curé d'Ars (Tome 3)

Saint Jean-Baptiste-Marie Vianney

Pourquoi, M. F., le Seigneur nous fait-il un commandement de l'aimer de tout notre cœur : c'est-à-dire, sans partage, de la manière dont il nous a aimés lui-même; de toute notre âme et de toutes nos forces; en nous promettant une récompense éternelle, si nous y sommes fidèles, et une punition éternelle si nous y manquons? Pour deux raisons : c'est 1° pour nous montrer la grandeur de son amour; 2° que nous ne pouvons être heureux qu'en l'aimant et qu'enfin cet amour ne se trouve que dans l'accomplissement de ses commandements.

Sermons du vénérable serviteur de dieu Jean-Baptiste-Marie Vianney curé d'Ars (Tome 4)

Sermons du vénérable serviteur de dieu Jean-Baptiste-Marie Vianney curé d'Ars (Tome 4)

Saint Jean-Baptiste-Marie Vianney

Qui de nous, M. F., pourra jeter les yeux sur cette croix sainte et sacrée, sur laquelle J.-C. a perdu la vie, sans être pénétré de la plus vive reconnaissance? Quoi! M. F., Jésus-Christ égal à son Père meurt pour nous sauver! O croix sainte! O croix précieuse Sans vous, jamais de ciel sans vous, jamais de Dieu! sans vous, toujours pleurer dans les enfers! sans vous, jamais de bonheur en l'autre vie!

Catéchisme de Saint Pie X

Catéchisme de Saint Pie X

Saint Pie X

PREMIÈRES PRIÈRES ET FORMULES A SAVOIR PAR CŒUR

Médite ces choses et sois-y tout entier,
afin que 1ns progrès soient évidents pour tous. (Tim. IV, 15).

1 — Signe de la croix .
In nomme Patris et Filii et Spiritus
Sancti. Amen.

Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.

2. — « Credo » ou Symbole des apôtres .
Credo in Deum Patrem omnipotentem, Creatorem cœli et terrœ, et in Jesum Christum, Filium ejus unicum, Dominum nostrum, qui conceptus est de Spiritu Sancto, natus ex Maria Virgine, passus sub Pontio Pilato, crucifixus, mortuus et sepultus : descendit ad inferos : tertia die resurrexit a mortuis : ascendit ad cœlos, sedet ad dexteram Dei Patris oninipotentis : inde venturus est judicare vivos et mortuos. Credo in Spiritum Sanctum, sanctam Ecclesiam catholicam, sanctorum communionem, remissionem peccatorum, carnis resurrectionem, vitam aeternam. Amen.