Les merveilles de Sainte-Anne d'Auray

Mgr de Ségur

Les merveilles de Sainte-Anne d'Auray

Le petit travail que je présente ici à la piété des fidèles n'est qu'un résumé de plusieurs excellents livres, auxquels je renvoie le lecteur, pour de plus amples détails. Je lui signalerai tout particulière ment l'Histoire du pèlerinage de Sainte - Anne d'Auray, par M. l'abbé Nicol, professeur au Petit - Sémi naire de Sainte -Anne, et les Gloires de Sainte-Anne, par M. l'abbé Bernard, aumônier de l'Ecole nor male de Paris.
l'avais eu d'abord l'intention d'intituler cet opuscule : La Bretagne aux pieds de sainte Anne ; mais il m'a paru que c'était circonscrire en quelque sorte le rayonnement des merveilles de Sainte - Anne d'Auray. Sans doute, les Bretons sont, avant tous les autres, les enfants de la « bonne Mère sainte Anne, » comme ils l'appellent ; mais ils n'ont ja mais ea et ils n'auront jamais la prétention de l'accaparer pour eux seuls. S'ils l'aiment tant, s'ils l'invoquent avec tant de foi, s'ils obtiennent de sa bonté et de sa puissance tant de faveurs et de mi racles, c'est qu'ils la connaissent.
Que je serais heureux si la lecture de ces quel ques pages pouvait attirer à sainte Anne et à son sanctuaire d'autres fidèles que les Bretons, et les initier à ce culte, à cet amour de sainte Anne, si chers au coeur de la Sainte- Vierge immaculée, et si féconds en graces, en faveurs surnaturelles, en bénédictions de tout genrell'avais eu d'abord l'intention d'intituler cet opuscule : La Bretagne aux pieds de sainte Anne ; mais il m'a paru que c'était circonscrire en quelque sorte le rayonnement des merveilles de Sainte - Anne d'Auray. Sans doute, les Bretons sont, avant tous les autres, les enfants de la « bonne Mère sainte Anne, » comme ils l'appellent ; mais ils n'ont ja mais ea et ils n'auront jamais la prétention de l'accaparer pour eux seuls. S'ils l'aiment tant, s'ils l'invoquent avec tant de foi, s'ils obtiennent de sa bonté et de sa puissance tant de faveurs et de mi racles, c'est qu'ils la connaissent.
Que je serais heureux si la lecture de ces quel ques pages pouvait attirer à sainte Anne et à son sanctuaire d'autres fidèles que les Bretons, et les initier à ce culte, à cet amour de sainte Anne, si chers au coeur de la Sainte- Vierge immaculée, et si féconds en graces, en faveurs surnaturelles, en bénédictions de tout genrel