Voltaire, sa vie et ses œuvres (Tome 2)

Abbé Ulysse Maynard

Voltaire, sa vie et ses œuvres (Tome 2)

Voltaire a bien dit : Berlin était pour lui un ciel où il trou­vait tous les objets de son culte : d’abord, le Jupiter qu’il adorait depuis quinze ans ; puis, ce qui ne plaisait pas moins à son humeur avide et glorieuse, des honneurs et des pensions.
A peine arrivé, il reçut de Frédéric la clef d'or de cham­bellan, le cordon de l’ordre du Mérite, et il passa avec le maître un contrat d’engagement qui lui assurait une pension de vingt mille livres. A Berlin, il logeait au château ; à Potsdam, dans l’appartement du maréchal de Saxe, et sa vie se partageait entre les fêtes et le travail. Frédéric se partageait lui-méme pour plaire à son hôte : du matin au dîner, il était roi ; dans l’après-midi, l’élève de Voltaire ; le soir, à souper, simplement son ami, le meilleur de tous les hommes et le plus joyeux des con­vives.