Sainte Bible de Vence, en latin et en français (Tome 15)

Abbé de Vence

Sainte Bible de  Vence, en latin et en français (Tome 15)

ÉZÉCHIEL

Ezéchiel, qui est le troisième des quatre grands prophètes, nous aprrends qu'il étoit fils de Buzi, de la race scerdotale. Un ancien auteur a prétendu que ce prophète étoit natif d'un lieu nommé Saréra, pezut-être le même que Saréda, ou, selon les Septantes, sarira, patrie de Jéroboam, fils de Nabat, de la tribu d'Ephraïm, dans laquelle cette ville devoit être située. Il fut emmené captif à Babylone au temps de la transmigration de Jéchonias, roi de Juda; c'est de cette époque qu'il compte les années dans lesquelles il prophétisa. Dès le commencement de son livre, il date sa première vision de la cinquième année depuis la transmigration du roi Joachin ou Jéchonias : ipse est annus quitus transmigrationis regis Joachin. Et vers la fin, içl date l'une de ses dernières prophéties de la vingt-cinquième année de cette même transmigration, et fait entendre qu'il étoit lui-même du nombre de ceux qui avoient été emmenés alors : In vigesimo-quinto anno transmigrationis nostae.

Sainte Bible de Vence, en latin et en français (Tome 15)

Abbé de Vence

Sainte Bible de  Vence, en latin et en français (Tome 15)

ÉZÉCHIEL

Ezéchiel, qui est le troisième des quatre grands prophètes, nous aprrends qu'il étoit fils de Buzi, de la race scerdotale. Un ancien auteur a prétendu que ce prophète étoit natif d'un lieu nommé Saréra, pezut-être le même que Saréda, ou, selon les Septantes, sarira, patrie de Jéroboam, fils de Nabat, de la tribu d'Ephraïm, dans laquelle cette ville devoit être située. Il fut emmené captif à Babylone au temps de la transmigration de Jéchonias, roi de Juda; c'est de cette époque qu'il compte les années dans lesquelles il prophétisa. Dès le commencement de son livre, il date sa première vision de la cinquième année depuis la transmigration du roi Joachin ou Jéchonias : ipse est annus quitus transmigrationis regis Joachin. Et vers la fin, içl date l'une de ses dernières prophéties de la vingt-cinquième année de cette même transmigration, et fait entendre qu'il étoit lui-même du nombre de ceux qui avoient été emmenés alors : In vigesimo-quinto anno transmigrationis nostae.