La Sainte Bible (Tome 1)

Abbé Crampon

La Sainte Bible (Tome 1)

Le Pentateuque ouvre le canon des saintes Ecritures. On appelle ainsi le livre dans lequel Moïse, le liberateur et le legisla-teur des Hebreux, a raconte, dans le XVeme siecle avant Jesus-Christ, les origines du monde et I'histoire du
peuple de Dieu jusqu'au moment où celui-ci va prendre possession de la Terre promise.
Il ne formait sans doute a l'origine qu'un seul livre, la Loi (hebr. Thorah) ou le Livre de la Loi; mais les Juifs le distribuèrent de bonne heure, certainement avant la traduction des Septante (IIIeme siecle av. J.-C), en cinq parties; de la son nom actuel de Pentateuque, le livre aux cinq étius, c.-a-d. les cinq rouleaux ou volumes. Chacun de ces ecrits fut d'abord designe par le mot qui le commençait, et dont on faisait une cspece de titre; ainsi pour le premier, Bereschit, au commencement; pour le second, Veéllé-schemoth, voici les noms, etc. Mais les traducteurs alexandrins, selon I'usage des Grecs, leur ont attribue des noms plus en rapport avec leur contenu, et ces denominations ont passe dans la Vulgate latine et dansnos traductions frangaises.

La Sainte Bible (Tome 1)

Abbé Crampon

La Sainte Bible (Tome 1)

Le Pentateuque ouvre le canon des saintes Ecritures. On appelle ainsi le livre dans lequel Moïse, le liberateur et le legisla-teur des Hebreux, a raconte, dans le XVeme siecle avant Jesus-Christ, les origines du monde et I'histoire du
peuple de Dieu jusqu'au moment où celui-ci va prendre possession de la Terre promise.
Il ne formait sans doute a l'origine qu'un seul livre, la Loi (hebr. Thorah) ou le Livre de la Loi; mais les Juifs le distribuèrent de bonne heure, certainement avant la traduction des Septante (IIIeme siecle av. J.-C), en cinq parties; de la son nom actuel de Pentateuque, le livre aux cinq étius, c.-a-d. les cinq rouleaux ou volumes. Chacun de ces ecrits fut d'abord designe par le mot qui le commençait, et dont on faisait une cspece de titre; ainsi pour le premier, Bereschit, au commencement; pour le second, Veéllé-schemoth, voici les noms, etc. Mais les traducteurs alexandrins, selon I'usage des Grecs, leur ont attribue des noms plus en rapport avec leur contenu, et ces denominations ont passe dans la Vulgate latine et dansnos traductions frangaises.